Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Extension du domaine du copinage | Accueil | Intellos précaires »

30 novembre 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Michael Flame

Monsieur Levy fut président du jury du prix Montalembert (juin 2006 à l’hôtel Montalembert, 3 rue de Montalembert - Paris (7ème))

Le Prix Montalembert, Prix du Premier roman de femme consacrera chaque année le premier roman d’une femme écrivant en français et souhaite ainsi encourager les femmes à devenir auteures.

Le personnage est sympathique, l'interview était intéressante. Je constate juste une contradiction : sa dénonciation résistante, londonienne, de la démagogie bobo parisienne, et son respect des lecteurs qui le comparent, dans une visée négative, à Barbara Cartland. Qu'on le lise dans le métro fait son bonheur. Pour autant, il semble moins respecter le lecteur Guillaume Durand qui parle de son bouquin comme d'un roman de plage. Pourquoi mépriser la plage et aimer le métro quand on quitte Paris pour fuir la démagogie?

Respectueusement,

MF

chris

Amusante et très intéressante l'interview.

Formellement, on a l'impression que tu arrives plus à (te retenir de le couper et) laisser ton interlocuteur développer ses idées qu'auparavent. Au niveau du style, il est dommage que l'on ne te vois pas (au moins par exemple en prologue en présentation ou en conclusion).

Le personnage est symathique et me donnerais presque envie de le (re)lire malgré mon expérience passée.

Sur Paris: c'est pas Londres la capitale de l'énergie, il ne s'y passe rien. C'est Tokyo, voyons (^o^)!

Si les parisiens en disent du mal de leur ville, mais l'apprécient, c'est qu'ils sont masochistes. Et c'est vrai que c'est une ch... cette ville, mais...

Pour le reste je suis d'accord: paris est depuis longtemps en voie de muséification pour des bobo écolo, mais cela n'est pas nouveau.

ELle reste quand même une ville que j'aime (et je m'en fou de ces histoires d'énergie, je ne suis pas une prise) qui réserve toujours des surprises pour qui sait chercher.

Gary

Tu interviews Marc Levy, que tu as descendu dans plein de tes notes, en faisant mine de t'interesser à toute son oeuvre, et tu cites Florian Zeller...lol...tu as définitivement vendu ton âme..
En plus, les débats que tu cites ("il y a en ce moment un débat dans tout paris sur ...") n'ont lieu que sur ton blog...ptain, la grosse tete..

mère edith

C'est vraiment très intéressant, merci. Marc Levy a décidément l'air de quelqu'un de très sympathique qui voit les choses à leur juste mesure.
Un petit défaut à cette interview, le bruit de fond .. Moi ça ne me dérangeait pas trop, mais pour des personnes n'écoutant pas l'interview, ça semble très agaçant ???

Fi

En effet, interview intéressante pour un écrivain qui ne m'interesse habituellement pas. Néanmoins, je le trouve très humble et entier, limite je-m'en-foutiste. Après, est-ce feint ou non ? Je me pose également une question : As-tu eu des difficultés à le rencontrer ou a-t-il accepté ta proposition facilement ?

wrath

@Michael Flame: je pense que Marc Levy est tres critique du milieu germanopratin, meme s'il veut se donner une image consensuelle...

@chris: sur Paris et la museification, on est d'accord...
Sinon, je ne crois pas que cela soit une bonne idee de plus me montrer sur camera. Apres tout, c'est l'interview de Marc Levy, pas la mienne...

@gary: dans quelles notes ai-je "descendu" Marc Levy?
Un conseil: regarde le Podwrath de nouveau, tu as visiblement rate une partie. J'ai au contraire pose des questions sur des points relativement polemiques (cf comparaison avec Barbara Cartland...)
Et sur le debat sur les agents, va faire un tour ici:
http://www.lalettrine.com/1-categorie-793170.html

@mere edith: effectivement, Marc Levy a l'image d'un homme charmant, ce que j'ai pu verifier :)

@Fi: non, je n'ai eu aucun mal a le rencontrer (peut etre parce que j'habite a londres...) J'ai juste envoye un email a partir de son site internet...

wrath

Jo Ann, qui a quelques problèmes d'informatique, m'a envoyé le commentaire suivant par email:

"J'ai beaucoup apprécié l'interview, d'autant plus que j'aime les livres de Marc Levy. Pour certains c'est une faute de goût, mais j'assume (mon préféré étant La prochaine fois et ayant HAÏ Où es-tu?, comme quoi...). J'aime cet écrivain parce que 1) il se moque royalement de ce qu'on dit de lui, 2) pas besoin d'écrire un livre dans lequel on ne comprend strictement rien, juste pour faire "style", 3) parce que ses histoires me font passer un bon moment (ou un mauvais quart d'heure avec La prochaine fois parce qu'il y avait des passages qui calquaient sur mes propres tragédies).
Il ne se prend pas au sérieux (du moins, il ne le montre pas) et c'est sûrement le genre d'écrivain décontracté que j'aimerai bien être (avant mes 30 ans?), il écrit ce qu'il lui plaît sans concession.
Côté technique: Il y a une introduction et une conclusion, c'est super. L'interview avance tout naturellement, il est à l'aise, ne pense pas deux fois à ce qu'il dit. Par contre, le seul hic, ce serait le bruit de fond... je me demande si un café est réellement l'endroit idéal pour une interview de ce genre qui n'est pas du gossip.
Overall, c'est chouette, le meilleur pod jusqu'à présent!"

Et le blog de Jo Ann est ici:
http://marque-page.blogspirit.com/

Michael Flame

Merci pour cet avis Jo Ann, mais Marc Lévy s'en fout royalement.
Bouffonnement,
MF

secondflore

"Il suffirait de ne pas en parler..." Oui, dix fois oui!
Le bon sens a parfois une morgue très efficace.
(NB - des historiens pourraient sans doute enfoncer ce clou en montrant comment depuis XX décennies la critique des prix et du petit milieu fpnt partie intégrante du petit milieu...)

Michael Flame

"Si les historiens en parlent aussi, on n'a pas fini." de MF
Historiquement,
MF

Elisabeth Robert

Marrant comme interview, c'est rare de voir Marc Levy s'exprimer! Il a bien fait d'accepter, le net rend la promo plus plaisante pour les ti lecteurs que nous sommes! Le bruit de fond est un peu gênant mais rend tout ce ci encore plus simple! J'aime le concept!;)

Moi aussi je parle de lui sur mon tout pti blog:
http://elibabeth.typepad.fr/

Account Deleted

good job, Wrath. Interessant et pertinent.
:)

Jo Ann

Test

Jo Ann

Hallelujah, je peux reposter sur TypePad :D

Mike

Il est plutôt sympathique le Marco. C'est un libéral de droite, qui a tenté l'entrepreunariat, a trouvé un filon, un créneau dans les livres et s'est engouffré dedans.
Je ne vois pas quoi lui reprocher. Il ne fait pas le génie divin (sic), il est là pour divertir et fourguer, je préfère ça aux moix qui se la pètent en littérateurs inspirés, puis font des films à la max pecas.
Au moins, il sait ce que vaut sa plume, des livres faciles à consommer, qui font passer un bon moment avec des sentiments dedans et tout tout.
Je continerais à lire Chevillard, Jauffret, Beckett ou, sur la plage, Hank voire BEE.
Chacun ses goûts, et si le lecteur se fait paresseux, il est encore au moins lecteur, ce qui se fait rare et donc précieux.

Salut Marco, so long

Captainflamement,

Mike

Literatuuraire

whow! vous avez pu interviewer Marc Levy! Incroiable!

Rachel

Mademoiselle,

J'ai découvert par hasard votre "interview" de ML, et cela m'a laissée perplexe... Une seule question demeure : Pourquoi a-t-il accepté de vous l'accorder ?
Je n'ai rien appris, chacune de vos questions visant à lui faire confirmer ce qu'il a déjà déclaré par le passé. Votre but était-il de montrer que vous vous étiez bien documenté ?
Comme à son habitude, il est très courtois, se pliant avec patience à cet "exercice" répétitif, mais dans son attitude (gestuelle, regards, mimiques)on ressent que vous l'avez profondément ennuyé.
Et que dire du choix du lieu ? Un parfait "plantage" où le bruit incessant parasite "l'échange" (sic)...ML semble dès le début très incommodé puis de plus en plus agacé (mais le bruit n'est pas la seule cause ?)
Alors, quel était réellement le but de cet interview ? Il en ressort que vous critiquez la France, les Français, mais vous êtes une vraie Française, et de celles qui se qualifient (en secret) d'intellectuelles, et que cela autorise sans doute à se montrer impolie, voire agressive, sous couvert d'une appartenance au milieu littéraire...
Vous vous qualifiez "d'auteure" parce que vous écrivez, mais ML est publié Lui... cela vous laisse sûrement un goût amer, car vous vous jugez certainement au dessus de son style de romans accessibles à tous (le comble de la vulgarité ?) Alors, vous avez peut être quitté la France parce que votre "génie" n'y était pas reconnu (comment ML a-t-il pu recevoir une réponse en 8 jours - il a forcément été "pistonné"...) mais vous avez malheureusement "exporté" ainsi le manque de savoir vivre made in France que les chers anglo-saxons se garderaient bien de nous envoyer en pleine face, fair play of course...

Sans rancune,
Rachel

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats