Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Revue Sans Soirée | Accueil | Universités et expats »

06 juillet 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

stéphane

Vous avez l'air de passer beaucoup de temps à lire des bouses.
Quel courage !

Daniel Fattore

Je me souviens d'être tombé sur cette autrice, ou plutôt sur un de ses ouvrages, à la gare de Lyon Part-Dieu. Mais je me souviens aussi que le prière d'insérer ne m'avait pas poussé à poursuivre l'aventure jusqu'à l'achat et à la lecture... Voilà tout ce que je peux dire sur cet ouvrage: un vague souvenir de voyage.

[Certains de ceux qui hantent ce blog diront qu'il est sur cette Terre des écrivains qui ne vous laissent même pas un vague souvenir de voyage. Mon expérience de lecteur ne peut que leur donner raison. D'autres me diront même que je ferais mieux de la fermer... là, ça se discute.]

Fratrie

Dans ce monde, il est vrai que la nullité ambiante en littérature incite les pauvres petits fonctionnaires du signe à écrire.

Oui, certains (sans forcément de talent) bénéficient de réseau bien établi pour être publié, d'autres rament dans le silence de la publication et du succès des autres.

Il y a des sujets à la mode. Certains bénéficient d'une aubaine, tiens, il parle de la banlieue, c'est à la mode. Le trentenaire looser.

Demain, la mode sera à la grand-mère de 80 ans... Après-demain, les auteurs Pakistanais... Et après après demain, le roman écologique...

Les éditeurs, pour la plupart, ne font qu'obéir à un petit diktat qui est dans l'air du temps.

Ils donnent corps et chair aux clichés ambiants.

wrath

@Daniel F: "autrice"??? c'est une expression suisse ou une faute de frappe?

@Fratrie: je crois surtout que les éditeurs n'ont aucune rationalité. C'est un peu la formule de l'arbitraire royal: "car tel est mon bon plaisir"; S'ils estiment qu'untel a une bonne tête et est "très sympa", ils publieront. Thème à la mode ou pas.

Daniel Fattore

@Wrath: non, il n'y a pas de faute de frappe. Je préfère en effet "autrice" (ou autoresse) à "auteure", s'il faut féminiser, puisque "autrice" et "autoresse" recourent à des modes de féminisation existant depuis longtemps (au contraire d'"auteure", né dans la mouvance des "procureures", "professeures", "docteures" et autres, nés dans la mouvance de la féminisation des noms de métiers et fonctions des années 1990). Reste, effectivement, que c'est "auteure" qui s'est imposé à l'usage.

Helvétisme? Un peu quand même, puisque l'organe regroupant les écrivains suisses (j'allais dire "organe faîtier", mais là, c'est un véritable helvétisme!) s'appelle justement "Autrices et auteurs de Suisse" (http://www.a-d-s.ch).

Fratrie

@wrath

u m'as l'air de bien savoir la façon dont les éditeurs fonctionnent. Alors bonne chance pour la première publication.

wrath

@Daniel F: bon, sans vouloir te vexer, je préfère quand même "auteure" à "autrice"...

@Fratrie: merci!

Fulmi

En bon français, on peut dire : autrice, auteuse, autoresse, les trois correspondent à des manières correctes de former les féminins, mais "auteure", c'est un barbarisme gaucho-administratif. Beurk.

stéphane

En bon français on écrit "auteur". En français politiquement correct on écrit ce qu'on veut. "Ecrivaillonne" par exemple, dans le cas de mademoiselle Guène.

A noter qu'"auteure" est le terme employé au Québec, du moins selon le Robert Historique de la Langue Française.

cassiopée

Le féminin de majeur est majeure, donc le terme auteure n'est pas si choquant en soit

Fulmi

C'est vrai, mais autrice est assez joli, je trouve, et fait la nique à l'Académie, ce qui me plaît assez.

strangedays

Non : c'est "auteuse" le mot correct. Enfin en tout cas celui qui sied à notre hôtesse blonde...

Daniel Fattore

@Wrath: pas de problème! L'essentiel, c'est qu'on s'entende, dans tous les sens du terme.

Certains, ici, affirment même que seul "auteur" est admissible - je les comprends, et les suis intégralement pour d'autres noms de métier (cafetier, coureur, entraîneur, débroussailleur).

J'aime "autrice" parce que je le fais dévier d'un latin "auctrix", qui serait le féminin d'"auctor" (par assimilation à d'autres féminins latins, tel "saltatrix", la danseuse). Mais pour répondre à Cassiopée, "majeur/e" viennent de "major", un comparatif qui n'a pas de marque de féminin (mais fait "majus" au neutre).

Voilà pour la minute étymologique tordue... qu'on me la pardonne.

Fratrie

Fort amusant, puisque ce prétendu journal en ligne (blog) pense lever le voile avec un soupçon de dénonciation sur le monde de l'édition, alors que ce monde-là est bien différent que ce que certains l'imaginent.

Bonne chance aux prisonniers qui tournent en rond sur leur journal intime dit "blog".

hl

Le nouveau roman de Faiza Guene
http://www.dailymotion.com/hachette-litteratures/video/x6d1ku_faiza-guene-les-gens-du-balto_creation

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats