Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Publier chez Gallimard | Accueil | Les lecteurs de Drieu: un club trs ferm »

15 avril 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

cassiopée

Amusant, ça a l'air presque surréaliste et tu ne rales pas sur ton ton (haha tonton) narquois usuel. Y a pas à dire, te frotter au monde britannique et à ses règles (qui te paraissent peut-être) ubuesques semble réellement t'apporter un + au niveau écriture :-), un peu d'espoir peut-être ...

Juju le pigiste

Moi aussi malheureusement les gens ne touchent pas trop mon livre, or ce n'est pas interdit c'est bien là le hic :-((

RaoulDuke

c'était presque un bon article gonzo

sirius

je t'avais demandé pourquoi tu te vantais d'y aller alors que c'est réservé aux pros, pour les ventes des droits notamment étrangers...

Philippe

Diable ! Le bouquin intitulé "Sluty Bitch" me tente drôlement. À quand une critique sur ce blog ? :)

wrath

@Philippe: je n'ai même pas inventé le titre. Le niveau de la chick lit britannique peut être effrayant...

wrath

Un article intéressant sur la London Book Fair:
http://blogs.guardian.co.uk/books/2008/04/rumours_hype_and_deals.html

"What better symbol of the fact that some prominent London agencies won't even look at unsolicited submissions (ie new writing by unconnected authors)?"

Ah, voilà ce que j'aime dans le journalisme anglais: on ne prétend pas que tous les wannabes ont une chance, que tous les manuscrits sont lus.
"Unconnected authors", ça résume tout à fait le problème de la plupart des wannabes: l'absence de réseau.

Flip-Flop

En France, personne non plus ne prétend que "tous les wannabes ont une chance." (et heureusement!).
L'absence de réseau? Avec tout ce que vous faites pour en créer un, ça ne marche pas. Il doit y avoir autre chose. Le facteur "talent", peut-être...

sirius

"Le niveau de la chick lit britannique peut être effrayant..."
ou excitant, au choix... ne juge pas sur le titre, mais sur le contenu. La chick litt française ronronne pas mal, à côté.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats