Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Au Diable les wannabes! | Accueil | Conseil littéraire: l'enquête »

29 août 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

vedkin

Je vous trouve excessive (mais ayant lu quelques billets je cerne que c'est votre rôle).

En 1997, ayant écrit un premier roman, je le déposais dans une quinzaine de maisons d'éditions.
Résultat : rien ou des refus-type, c'est-à-dire rien. Sauf un coup de fil... de Martine Boutang.
Elle ne m'a rien appris que je ne savais déjà, à savoir que je lui avais déposé un drôle de truc qui lui semblait impubliable, mais ça l'intéressait, elle voulait prendre la température.
Le point important : 25 ans à l'époque, provincial et fantastiquement inconnu ; toutes choses qu'elle savait, et néanmoins elle m'a contacté.
Je m'arrête là, je m'en voudrais de la défendre davantage puisque l'histoire s'est arrêtée là et a fini, j'ai l'impression, comme avec votre Cohen-solal : non pas seulement sur une non publication, mais surtout sur une impossibilité de re-joindre la Martine, ne serait-ce que pour obtenir la fin de non-recevoir de la voix de celle qui avait manifesté son intérêt.

Warren Harel

Ame de chevalier blanc, je me dois de prendre la défense de Martine Boutang avec sinon panache du moins conviction.
Préambule : je suis ce que Wrath appelle un "wannabe", sans contacts, sans connexions, sans connaissances et sans famille dans le milieu littéraire; j'écris depuis longtemps, j'ai reçu au cumul plus que mon poids en lettres de refus (mais aussi quelques-unes encourageantes et personnalisées.)
Bref.
Martine Boutang, à qui j'avais envoyé par la poste un manuscrit début septembre, m'a téléphoné hier pour me dire très gentiment qu'elle avait aimé mon travail, voulait le publier mais n'avait pas été suivie par son comité éditorial.
Désolé ne nager à contre-courant de l'atmosphère de ce blog mais je trouve que c'est élégant de sa part.
C'est tout.

DESABLIN  ISABELLE

Bonsoir,

Je tiens à remercier Madame Boutang qui m'a répondu personnellement avec beaucoup de bienveillance et m'a renvoyé mon manuscrit alors que je n'avais pas joint d'enveloppe timbrées.
MERCI Madame Boutang de votre délicatesse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats