Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Editeurs indpendants = tire-au-flanc ? | Accueil | A l'Ouest, du nouveau: diteurs qubcois, wannabes et globalisation »

28 novembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

François Martini

Moi, non. Quand je considère l'inculture alimentaire de mon frère (un type adorable au demeurant), je n'ai pas peur du régime alimentaire de mademoiselle Nothomb !

Vinosse

La couverture du bouquin me semble particulièrement atroce!

Elles auraient pu se payer un vrai illustrateur de talent.

C'est des radines!

Et la cuisine de radines, c'est guère appétissant!

Conseils

Pour mémoire, la famille Nothomb, c'est un peu comme les d'Ormesson en France :

http://www.arllfb.be/composition/membres/nothomb.html

Enfin, la publication du récit (traduit en français) du jeune Nick McDonell se déroule à Harvard. Si tu as des idées à picorer pour ton premier roman !

Dahlia

Je l'ai feuilleté ce livre. Bon la mise en page est très mal faite, elle est fouillis donc on ne peut pas lire une seule recette correctement. Mais le peu qu'on arrive à déchiffrer donne envie, sincèrement.

@Vinosse: Jul est un excellent dessinateur et l'auteur de la très bonne BD "Il faut tuer José Bové"

@Conseils: Guerre à Harvard. Lu en une heure et demi, et d'un intérêt quasi-nul sur l'échelle des campus-novel.

robert

Je ne vois pas trop le rapport entre les d'Ormesson et Pierre Nothomb. Ce dernier n'etait pas le pere d'Amelie, il ne possedait pas sa propre maison d'edition et il est mort avant la naissance de sa petite niece(?) petite fille(?) Il n'a donc pas pu la pistonner (surtout dans une maison d'edition francaise) sauf pendant une seance de spiritism peut-etre.
Tout ceci est assez mince tout de meme pour parler de nepotisme. Enfin on n'est pas a une grossiere approximation pret.
Quant a etre publie a tous prix, est-ce vraiment l'alpha et l'omega de tout de vendre 150 bouquins (parce que c'est a peu pres le nombre d'exemplaires qui seront vendus de ce livre de cuisine)?

François Martini

Il y a aussi Charles-Ferdinand Nothomb, ministre et Patrick Nothomb (son papa), diplomate. Cela aide, pour le réseau de relations.

Comment ça, on ne peut pas pistonner dans une maison d'édition française lorsqu'on est Belge et bien placé ?

Sade

Un bon gros coup de piston n'a jamais fait de mal à personne...

robert

On peut certainement etre pistonne par un belge dans une maison d'edition francaise, mais ce n'est surement pas Pierre Nothomb qui a pistonne Amelie... Charles Ferdinand Nothomb a pu etre ministre mais ca devait etre avant ma naissance! Le papa diplomate? Oui peut-etre mais alors dans ce cas il doit y avoir une ribambelle de fils/filles de diplomates dans les maisons d'editions.
Mazarine Pingeot a aussi quelques relations dont elles pourrait (ou a pu) user pour etre publiee, MAIS jamais ses livres ne ce sont vendus autant que ceux de Nothomb (qu'ils soient meilleurs ou pires je n'en sais rien n'ayant lu ni l'une ni l'autre). Et malgre tout le tapage mediatique autour de Levy/Houellbecq, les ventes ont ete maigres. La publicite dans un domaine ou dans un autre ne fait pas tout loin de la.
Si Nothomb n'etait que la petite fille de, ou la petite niece de, pourquoi les lecteurs contnueraient-ils betement a gaspiller 15-20 euros?
Pourquoi en y irait-il differemment des auteurs et des acteurs? Pourquoi Brad Pitt et Angelina Jolie ont-il pus de succes a l'ecran que leurs camarades inconnus? Peut-etre parce qu'ils ont une belle gueule et que cela leur a permis de percer au depart mais ce n'est surement pas suffisant (oyez l'ex de Pitt!). Parce que des belles gueules aux USA il y en a quelques millions.

U. Eco

formule du succès en littérature = redondance + consolation

François Martini

Charles-Ferdinand Nothomb :
Ministre des Affaires Etrangères du 18 mai 1980 au 17 décembre 1981. Vice-Premier Ministre et Ministre de l'Intérieur et de la Fonction Publique du 17 décembre 1981 au 28 novembre 1985. Vice-Premier Ministre et Ministre de l'Intérieur et de la Fonction Publique et de la Décentralisation du 28 novembre 1985 au 18 octobre 1986. Ministre d'Etat depuis le 30 janvier 1995.

Amélie Nothomb :
Hygiène de l’assassin, roman, Albin Michel, 1992 (Prix René-Fallet, Prix Alain-Fournier)

F. Nietzsche

"Que chacun s’invente sa vertu, son impératif catégorique." Cela s'applique aussi tellement bien aux lettres. N'est-ce pas ?

Arnaud

Merci Nietzche, merci François, merci Eco, merci Sade, merci Robert.

robert

Si c'etait aussi simple il n'y aurait que des grandes maisons d'editions, que des ecrivains milliardaires et 700 succes litterarire a chaque rentree!

robert

Il a pas tenu longtemps aux affaires etrangeres de Mitterand dites donc!

robert

Et en plus il etait ministre en Belgique. Alors un agent double?!

Arnaud

Pardonne-moi Friedrich d'avoir écorché ton glorieux nom.

Nicolaï Lo Russo

Ça n'a rien d'extraordinaire, ce phénomène ; vous enfoncez des portes ouvertes depuis des lustres : Le marketing vit sur le concept d'extension de ligne depuis bientôt vingt ans. Et là encore ça va, on reste en famille et on reste dans les livres. Imaginez que Nothomb sorte un parfum et une ligne de cosmétique ciblée. Ç'est ce qui va arriver de toute façon. Guillaume Musso va lancer un site de rencontres, Marc Lévy une ligne sportswear, etc. C'est formidable non ? Ça les occupera ailleurs, ils laisseront un peu tomber leurs livres et ça fera de la place sur les étals de libraires. En outre — ultime cerise sur le gâteau — ça vous assurera de la matière pour vos billets, Lise-Marie, pour les vingt prochaines années. Que demander de mieux ?

Vinosse

Dahlia: J'avais pas lu le nom du dessinateur. Je connais Jul.

Mais bon, on peut pas être bon à chaque fois!
Pas comme François qui ne l'est pas!!!!!!!!!!! Hahaha Je rajoute des rires, au cas ...

sirius

Wrath : ton blog t'échappe de plus en plus, tu ne crois pas ?
Un certain nombre de personnes donne son avis, François M. en tête, qui squatte aussi bien à 2h du matin qu'à ... oh, il est là toute la journée. Ressaisis-toi LMJ, ton blog se délite...

Beaujean

Oui, Sirius, mais il parait qu'il a un bouquin à vendre, le François Mauvais. alors, il s'incruste partout où il n'est pas encore jeté.
Il va nous pourrir le blog de Wrath comme il a pourri tous les forums où il a sévi. Il adore ça.

François Martini

Tiens, Beaujean qui transporte ses petites haines d'un site à l'autre…

Beaujean

Tiens, on dit "François Mauvais", et tu as le réflexe de dire qu'on parle de toi... belle lucidité.
Le pire, c'est que je ne pensais pas du tout à toi. Mais celui auquel je pensais, il faut être juste, est moins mauvais que toi.
Et si tu en profitais pour faire ta réclame ? Je suis sûr que ça te démange.

François Martini

Tu ne parles que de moi. Donc tu parles de moi.

Réclame ? Mais non, il n'est pas encore sorti. Chaque chose en son temps. Et pas ici.

Beaujean

Non, je ne parle (en mal) que des prétentieux, grandes gueules et hypocrites.
Ne vas pas me dire que tu te reconnais dans toutes ces catégories ! Ben si, je vois.

valy-christine

c'est fou ce que l'on parle de nous meme pendant que l'on des autres!

valy-christine

c'est fou ce que l'on parle de nous même pendant que l'on parle des autres !
dsl, j'avais "avalé" le verbe parler, comme quoi....

François Martini

Prétentieux, grande gueule et hypocrite, dit par Beaujean, c'est sûrement moi. Il ne fait que cela, me traiter de noms d'oiseaux. C'est son unique passe-temps.
Je vais chercher les épreuves pour signer le BAT demain.

Ciao, Valy Christine.

Arnaud

Fulminons

Beaujean

Valy-christine, vous êtes bien indulgente envers un petit auteur qui adore dire du mal des gens sur les forums, et qui les insulte ensuite si l'attaqué ne lui dit pas merci.
Voyez le forum où il sévit sous divers pseudos et traite les gens de niaiseux, de pervers, de pédales, de pédophiles. De plus, il y fait sa réclame de façon éhontée et reproche aux autres de parler de leurs livres ou des livres qu'ils ont aimés.
Vous avez raison de le défendre. C'est un gentil, le François Mauvais.

François Martini

Ah ah… Beaujean s'acharne…

valy christine

Non, Beaujean, je ne défends personne.Ma citation personnelle est valable pour tout être humain :
"c'est fou ce qu'on parle de nous même lorsqu'on parle des autres".
Je suis sur ce site depuis peu, je ne connais ni vous ni François, ni les autres intervenants. J'ai simplement remarqué que la plupart du temps quand les gens parlent des autres, en réalité ils parlent d'eux même.

Beaujean

Rebonjour, Valy-christine

Si votre citation est valable pour tout humain, François Mauvais, en voulant habiller les autres, s'est habillé pour l'hiver et tous les hivers à venir.
Le plus drôle, c'est que la première fois que je l'avais repris (gentiment), j'avais dit à peu près comme vous; ça n'a pas eu l'heur de lui plaire.
Il ne supporte que l'admiration béate et inconditionnelle.

Conseils n°2

@ F Martini
@ robert

Parfois, j'ai l'impression que vous ne compreniez pas le fonctionnement de la société, ses réseaux, ses coulisses...

Dommage !

@ Dahlia

Je n'ai jamais porté de jugement sur le livre de McDonell. Si ce livre est mauvais, c'est avec les erreurs des autres que l'on peut progresser.

"Nul" : votre adjectif paraît bien lapidaire. Ce "Nul" pourrait davantage s'attribuer à d'autres auteurs, à des maisons d'édition, et à bien d'autres gens passés maîtres dans le cirage de chaussures.

François Martini

Donc, Beaujean parle de lui même en m'attribuant ses qualités. Il apparaît, comme ça, souvent le week-end, ou en fin de soirée, et me conchie.
C'est sans doute un justicier aigri, comme on dit.

François Martini

@ Conseils n°2

C'est possible, mais à quoi voyez-vous cela ?

Beaujean

C'est vrai, Mauvais et moi sommes un justicier aigri. J'assure le côté justicier, et lui le côté aigri.

François Martini

C'est clair que tu n'es pas aigri. on le lit à chaque message.

Dahlia

@Conseils n°2: relisez ma phrase. J'ai dit "d'un intérêt quasi-nul sur l'échelle des campus-novel."

PhJ.

Ah ça y va. (Je comprends rien, mais je vois que ça y va.)
Pour revenir à Amélie Nothomb, comment peut-on parler de piston ? N'importe quel éditeur serait prêt à payer 2 ou 3 millions d'euros pour la signer. Que vient faire le piston là-dedans ? Et depuis le début, ils ont compris que c'était le jackpot. Qu'elle ait été la fille de Proust ou la femme du pape ne lui aurait rien apporté de plus.

François Martini

@ Ph J : c'est sans doute vrai. Son Hygiène de l'assassin avait toutes les qualités. La dame avait dès le début une posture médiatique intéressante.

PhJ.

Oui, François, c'est Albin qui a décroché le gros lot, mais tous les autres étaient partants. (Elle est d'ailleurs la première consciente du côté marketing de la chose, elle a bien bossé là-dessus – c'est une fille très simple et très gentille, qui s'est débrouillée pour profiter du système, comme on dit. On peut critiquer ça, mais en attendant, elle a plein de lecteurs, ce qui est un peu le but.)

François Martini

Je n'ai rien à lui reprocher, au contraire. Elle m'a diverti avec deux romans, et son récit de harcèlement au Japon, un thème qui me concerne particulièrement, puis je me suis lassé, mais je me lasse vite.
Elle écrit un français châtié, ce qui permettra de la faire étudier au collège, plus tard.
En séances de signatures, elle est toujours très aimable, d'une résistance exceptionnelle au harcèlement des fan !

Accessoirement, elle est le sujet d'un petit roman amusant, que je conseille aux amateurs de se procurer, s'ils le trouvent :
Alain Dantinne : Hygiène de l'intestin, Éditions Labor, 2004.
C'est un roman d'admiration, comme ceux d'Amélie. Donc la narratrice est raide dingue d'un écrivain (Mély). Il est question de pureté, d'alimentation, etc. Le roman est un jeu de devinettes : il est truffé de citations d'Amélie Nothomb. Amusant.

wrath

@Sirius: Comment ça, mon blog se délite? Il fut une période où j'avais 20 commentaires d'insultes en moyenne par post. On ne peut pas dire que c'est pire maintenant.

@François Martini: en tant que pilier de mon blog depuis x années, je vous aime bien. Mais franchement, essayez de commenter sur le post uniquement (et d'ignorer les martiniphobes).

@PhJ: sans vouloir être méchante, je sens percer une pointe de jalousie pour Nothomb dans votre commentaire. Plein de lecteurs? ça n'est pas près de vous arriver, pas vrai?

césar

c'est vrai que vous, wrath, ça semble assez près de vous arriver.

Pataques

@Wrath: Quoi que vous en pensiez PhiJ a du talent et valorise votre blog par sa présence. Quant à Nothomb, la première fois que je l'ai lue, j'ai cru que c'était un vieil académicien qui avait écrit ce livre, qui brillait par son intelligence et sa drôlerie (le Sabotage amoureux), elle a ses fans, elle vend, et cela n'a pas grand chose à voir avec du piston. Pour être édité au début peut être mais ensuite, il faut tenir. Et on tient les lecteurs ou pas. Les gens achètent le dernier Nothomb comme la cuvée de Beaujolais, elle fait partie de la tradition de la rentrée littéraire.

PhJ.

Vous savez bien que vous ne pouvez pas être méchante, Wrath – vous êtes une angelote, un coeur de crème. A part ça, jalousie, non – franchement (je le dirais). J'ai peut-être un ou deux défauts (minimes), mais je ne crois pas être envieux, jamais. Ce qui ne veut pas dire que je n'aimerais pas avoir plein de lecteurs, bien sûr. (Et je ne sais pas si ça va m'arriver, on verra bien.) Mais j'ai une petite théorie là-dessus : on a les lecteurs qu'on mérite (surtout après six livres, quand on a bien eu le temps de s'installer). Si je n'ai pas 200 000 lecteurs, c'est donc que mes livres ne sont pas faits pour 200 000 lecteurs. C'est comme ça, comme les truites ne sont pas faites pour grimper aux arbres ni la tartiflette pour rafraîchir. A partir du moment où j'écris mes romans de mon mieux, où j'estime qu'ils correspondent à ce que je voulais faire, je n'ai pas à regretter ou à envier quoi que ce soit. C'est dans leur nature, donc dans la mienne, de ne pas toucher 200 000 lecteurs. Je pense qu'ils ont un "potentiel" de 15 ou 20 000 lecteurs. Alors évidemment, je suis contrarié ou triste ou énervé quand ils passent bien à côté (comme le dernier, qui a dû faire 4 500 ou 5 000). Mais ça s'arrête là. Tout comme, par exemple, Amélie Nothomb n'est pas envieuse des scores de Bienvenue chez les Ch'tis. On a ce qu'on doit avoir, je pense.

Pataques

Y a pas de honte à vendre 5000 exemplaires! Beaucoup d'écrivains aimeraient bien en vendre 5000.

PhJ.

Bien sûr, Pataquès, y a aucune honte, ni à en vendre 800 ou 80 000. C'est justement ce que je dis. Chaque livre, ou plutôt chaque auteur, a ses lecteurs, ce n'est pas une compétition, c'est juste, enfin je pense, l'ordre des choses. Quand JP Dubois fait un gros carton avec son avant-dernier (je ne sais plus le titre), c'est ça qui est "anormal", à mon avis, qui découle d'un malentendu. Après quand son roman suivant, le dernier, revient à ses chiffres habituels, ou à peu près, les gens qui ont aimé celui d'avant s'exclament : "Ouah, c'est quoi ça, c'est nul, ce bouquin !" Mais lui est resté dans sa ligne – c'est eux qui se sont "trompés" à un moment, pas lui. (Ça m'a fait ça avec mon premier roman, le Chameau sauvage, qui s'est vendu plus que ce que je "dois" vendre, à mon avis. Une bonne partie des gens qui ont aimé ce livre (entre 60 et 80 000, je n'arrive pas à avoir les chiffres exacts), me disent des suivants : "Qu'est-ce que vous avez fait, là, c'est beaucoup moins bien !" Mais c'est eux qui se méprennent sur moi, pas moi – enfin, je pense.) Bref, 5 000, c'est très bien, 1 000, c'est très bien (il suffit de s'imaginer dans un gymnase, seul en face de 1 000 personnes qui disent : "J'ai adoré !" pour s'en rendre compte), 200 000 c'est très bien. Ça dépend du livre et de l'auteur, c'est tout. Les gens qui ont plein d'amis, par exemple, ne sont pas forcément plus intéressants que ceux qui en ont deux ou trois.

gadrel

C'est beaucoup plus simple : on réussit certaines oeuvres mieux que d'autres. Rien à voir avec un auditoire prédestiné ni avec une fidélité à des conceptions esthétiques qui échappent bien évidemment à ces cons de lecteurs - dont on ne dira jamais assez à quel point ils se trompent sur toute la ligne sauf lorsqu'ils meuglent au génie. Tout à voir avec une réussite artistique et une certaine adéquation avec le zeitgeist.

Quo Vadis

Zeitgeist? A vos souhaits. Pensez à vous couvrir, Gardel: c'est l'hiver.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats