Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Contacter le Diable Vauvert sur Twitter | Accueil | Nouvelle formule pour WRATH ? »

28 mai 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

LeReilly

Ué bon ça reste très superficiel comme conseils.

Alors que sur Chuck et les wannabes tu pourrais parler du forum de son site officiel où il y a des concours de nouvelles mensuels pour obtenir des critiques du patron en personne, ainsi que sa volonté de produire un recueil des meilleurs textes issus de ses ateliers d'écriture.

L'homme est aussi fascinant que l'oeuvre, il y a de quoi produire PLUSIEURS thèses et dans la thématique de l'aide au wannabe il ya beaucoup beaucoup plus intéressant à dire.

Je te conseille plus que fortement d'aller t'instruire sur le site et le forum du monsieur pour te rendre compte à quel point certains auteurs peuvent avoir des rapports forts et échanger avec ses lecteurs.

mano

je n'ai jamais pris les conseils d'écriture très au sérieux (je ne crois pas à une méthode universelle), mais il faut avouer que ceux-là sont plutôt pertinents.

wrath

@Le Reilly: j'espère qu'il ne vous a pas échappé que l'illustration de ce post est en fait une lettre que Chuck Palahniuk a écrite à un fan...Donc c'est tout à fait qu'il entretient des liens très forts avec ses lecteurs. Il essaie d'en tirer de l'argent également, en leur vendant tout un tas de services de réécriture:
http://chuckpalahniuk.net/workshop/my-desk

NLR

1) J'ai un truc infaillible pour quand "j'ai pas envie d'écrire". Je prends ma chaise en bois, celle avec le dossier couvert de punaises collées à l'envers. Dès que je me relaxe un peu trop, que je quitte ma feuille désespérément blanche et que je m'adosse par inadvertance, hop ! c'est reparti !

2) et 3) C'est curieux, j'adore écrire — et lire — les scènes où il ne se passe absolument rien. Où l'action se fige. Où l'intrigue semble stopper net, coupée dans son élan par une terrifiante zone de néant. Palahniuk, lui, comme il écrit essentiellement pour être adapté au cinéma — ses romans se lisent plutôt comme des scénarii — semble en effet totalement étranger à ce genre de plaisir. Pour lui, seule la grille dramaturgique est importante. Chacun fait comme il veut, hein.

4) Ça c'est un conseil du tonnerre. De la même façon, je cuisine ce que j'aimerais manger, et je fais mon lit comme j'aimerais m'endormir. Depuis, je tends à devenir ce que je suis. Quelle plénitude.

5) On peut aussi faire le contraire : Utiliser la biture et les teufs à gogo six jours sur sept, pour enfin, le dimanche écrire ce qu'on a vécu. Pierre Mérot a largement usé de ce procédé pour "Mammifères", semblerait-il, (Prix de Flore, quand même), c'est donc une recette qui peut avoir des adeptes.

Ivan Ivanovitch

@NLR ça fait plaisir quelqu'un qui a un Vrai humour (quant à savoir ce qu'est le Vrai humour, je vous laisse libre d'y réfléchir).
Pour ma part j'avais écrit (dans mes folles années) un bouquin où il ne se passait strictement rien. Mais RIEN DU TOUT. C'est marrant 5 minutes mais on se lasse...

LeReilly

@wrath : Palahniuk ne vend pas des services de réécriture mais des essais et conseils sur l'écriture ainsi que l'accès a une communauté. C'est un poil différent.

@NLR : Palahniuk qui écrit pour le cinéma. Attention je me racle la gorge : "lol".
On peut avoir un style agressif et rapide sans justifier pour autant un procès d'intention.

broke

Comme toujours, des "conseils" dénués du moindre intérêt. Croyez-vous, chère Wrath, qu'un écrivain qui a un peu conscience de son travail, aille se plier à pareilles niaiseries ?

le koala

Oui, Palaniuk adaptable pour le ciné, c'est tout de même un peu moins évident que pour Stephen King; ça se voit au visionnage de "Fight Club" d'ailleurs. "Survivant" ne serait pas non plus un morceau très évident à adapter. Pour autant c'est vrai aussi que Palaniuk n'est pas très "situationniste" dans l'âme.

Tiens, à propos de roman "statique", j'ai lu la Presqu'île de Gracq il n'y a pas longtemps. Un homme sillonne la Bretagne en voiture en attendant de retrouver sa maîtresse dans une gare bizarrement hypothétique. Vertige d'un néant élégant. A part trois virage et un arrêt-pipi il ne se passe vraiment rien (même pas une crevaison).

NLR

D'où l'importance de l'adverbe "essentiellement" (qui n'est pas exclusif) :) Mais c'est vrai, King c'est encore plus visible. (Ceci dit quand King passe lui-même la casquette de réalisateur, c'est très mauvais, série Z.) Enfin bref.

Heureusement, il y a un fossé entre littérature et "histoire" (fiction). Décrire le vide, le néant, ce peut être tout à fait intéressant. Rien n'est jamais vide.

le koala

Quand bien même ce serait le cas, je suppose que le vide lui-même peut être intéressant.
Et après tout, faire beaucoup avec peu est un art assez respectable en soi... A condition d'échapper aux éceuils du nombrilisme et à quelques autres.

KazKaz

Stephen King :

"I'm often asked if writing classes are any help, and my immediate and enthusiastic answer is always, Yes! Writing classes are wonderful for the writers who teach them and can't make ends meet without that supplementary income. They are also good places for unattached people to meet, talk about books and movies, have a few drinks and possibly hook up. But teach you to write? No. A writing class will not teach you to write. The only things that can teach writing are reading, writing and the semi-domestication of one's muse. These are all activities one must pursue alone.

Aspiring writers are told these things over and over again and constantly push them aside. They want something quicker. A magic bullet at Breadloaf. A secret passageway at Iowa. They are desperate for someone to tell them it's not what you do but who you know. And when I tell aspiring writers I didn't know anybody, I see the light go out of their eyes."

becdanlo

@KazKaz: ne pas rater "Écriture" de Stephane King: il y raconte comment "notre histoire" préexiste... qu'il suffit de révéler à la façon d'un paléontologue qui "découvre" le squelette d'un animal préhistorique... il suffit d'un "pinceau" et d'être patient...

Ivan Ivanovitch

Je réfléchis actuellement à ma lettre d'accompagnement pour les éditeurs. ça donne à peu près ça :

"Avertissement

Les pages qui vont suivre sont particulièrement chiantes et dénuées d'intérêt. Cela pour au moins deux raisons :
1 elles ne présentent aucun événement, péripétie, rebondissement, action, etc... susceptibles de maintenir le lecteur en éveil.
2 elles sont dénuées de tout propos compréhensible ce qui rend leur lecture particulièrement fastidieuse.
A cela il faut ajouter le fait que l'auteur lui-même s'est ennuyé prodigieusement au cours de l'élaboration de son texte et qu'il ne souhaite à personne d'être un jour contraint de le lire. A moins évidemment de vouloir faire une blague à un collègue ou bizuter un stagiaire..."

Le problème qui se pose maintenant est : à qui l'envoyer ??

Maginhard

Et si l'on imaginait ceci :

Destinataire:
Éditions Bouillon et Pilon
Service des manuscrits
13, rue du Papier-à-Recycler
75006 PARIS.

Madame, Monsieur,

J'ai bien reçu la lettre de votre comité de lecture, m'informant de votre désir d'éditer mon manuscrit intitulé “Moi je suis tout et vous n'êtes rien”.

Mon comité de sélection des éditions postulantes a pris connaissance du dossier commercial et littéraire concernant vos activités éditoriales avec toute l'attention qu'il requiert.

Malheureusement, votre maison d'édition, malgré ses qualités réelles, évidentes, incontestables, suréminentes, n'entre pas dans notre ligne rédactionnelle et ne correspond pas au profil des éditeurs chez qui je désire être publié actuellement. En raison de mon exigence de qualité, j'écris peu, ce qui qui m'amène à être très sélectif dans le choix de mes éditeurs ; de plus, mon programme d'éditeurs à privilégier est bouclé jusqu'à l'an 2100.

Je comprends votre déception à la lecture de ces lignes, mais je ne doute pas que votre maison ne trouve prochainement un confrère en écriture qui acceptera de voir sa prose paraître sous une jaquette ornée de votre logotype.

Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, etc.

Pour l'auteur,
(paraphe illisible à la machine à signer)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats