Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Comment se faire refuser partout par les diteurs? | Accueil | Les 10 crivains de la rentre slectionns pour vous (ah, encore les mmes ttes!) »

16 août 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

cecyl

Dans mon recueil, y'a des poèmes érotiques...

Matthyeu R.

Quelle classe l'édition française ! (pas d'intervention ad hominem, oups, je suis presque limite !)

Cela semble plutôt bien corroborer ce que (très chère) Wrath, vous nous dites depuis longtemps et c'est tout simplement affligeant... Héloise d'Ormesson, en revanche, a l'air d'avoir les pieds un tant soit peu sur terre... non ?

Nawak

Dans le genre Wrath cherche au maximum à taper sur GCS... Rien de neuf.
Quant à la vidéo : sympa ça montre juste une seconde d'un émission télé quoi ? Ahhh la télé c'est the real life, ok pardon.

François Martini

Pas trop, non. Cohen-Solal dit, à un autre moment, que la maison n'a pas fait de bénéfices depuis quatre mois. Outre le ton grivois de cette conversation, j'y vois une tentative de publier un bouquin rentable (Monnehay pouvant en faire la promo sexy).

Parce qu'un catalogue constitué uniquement de soupe tiédasse, c'est insuffisant (OK, y'a Rosnay et Ormesson père, mais ce n'est pas assez)..

Cynthia

Y a rien de plus difficile que d'écrire une nouvelle érotique?

Heu...quelqu'un peut-il confirmer?

Cynthia

L'intégralité de l'émission est disponible en streaming :

http://www.zshare.net/video/638581736fe7a426/

En téléchargement :

http://www.megaupload.com/?d=C8HAUM92

Francois Martini

C'est très facile d'écrire érotique. À part savoir écrire, la seule condition est d'aimer le sexe et de le pratiquer de manière fantasque et variée.

Nicole

On a l'impression qu'il était complètement pété au moment du deal. Problème; il a promis à la jeune fille (5000 euros d'à valoir, alors que tout le monde sait que c'est hyper dur de vendre des nouvelles même de quelqu'un de connu!!!! Alors d'une jeunette déjà oubliée), il a promis, donc, il est bien obligé d'en parler à la patronne. J'imagine qu'une fois dégrisé, ça a dû être atroce pour lui d'imaginer le coup de fil qu'il faudrait passer: "Max t'es mignonne, j'adore l'érotisme mais Héloïse veut pas". Atroce; on en aurait presque pitié pour lui.
Très classe la Héloïse, très vieille France, on se demande comment ces deux là peuvent vivre ensemble. Elle doit le materner, aimer les mecs immatures, c'est pas possible autrement.
Enfin, merci de diffuser cette vidéo, j'avais loupé ça; un grand moment de solitude à gérer maintenant, pour les intéressés qui doivent se mordre les doigts jusqu'au sang d'avoir accepté d'être filmés pour Strip tease.

Yacedjaz

« L'édition française est décidément tombée très bas! », écrit Wrath.

Mais, l’on ne peut pas, rigueur scientifique oblige, tirer une telle conclusion à partir de ce seul extrait.

Cet ‘‘éditeur’’, ne représente, à lui tout seul, en rien ‘‘l’édition française’’.

Il aurait fallu d’abord montrer que sa manière de grossier boutiquier, ici mise en avant, tient lieu de pratique obligée pour tous les éditeurs français (ou situés en France ?) — ou du moins d’une large majorité d’entre eux.

Ensuite, il resterait à expliquer en quoi ce genre de ‘‘coutume’’ demeure l’apanage des éditeurs français : un auteur, dans le ‘‘besoin’’ d’argent, cherche à séduire l’éditeur avec lequel elle semble ‘‘copiner’’, en toute hypocrisie et tout intérêt bien compris.

Ce dernier, aussi fruste que mal dégrossi, se laisse lourdement amener, sans même dissimuler les feux vulgaires de sa concupiscence attisés par le pouvoir que lui confère sa position d’‘‘éditeur’’ ; l’agitation s’exhibant jusqu’à l’obscène, auquel le bourgeois en manque d’affect monnayable est si bien rompu.

Comment ! N’y a-t-il qu’en France que la corruption ronge les âmes mercantiles ?

De plus, si on visionne l’extrait dans sa totalité, on est conduit à presque tenir pour vrai le contraire de ce qu’affirme Wrath — sous réserve de négliger le fait que si, l’on ne peut généraliser une condamnation à partir d’une mauvaise pratique éditoriale d’un éditeur particulier à l’ensemble de l’édition française, on ne peut davantage généraliser un éloge à l’ensemble à partir de la bonne conduite d’un éditeur particulier.

On voit bien l’éditrice refusant, argument à l’appui, de suivre. Les caprices libidineux de son mari ne suffisent pas, même masqués sous des arguties de circonstances, pour qu’un auteur soit publiable dans sa maison d’édition.

Dans cet extrait, Héloïse d’Ormesson apparait au final comme défendant bien son métier d’éditeur, avec une certaine ‘‘éthique’’.

Gilles Cohen Solal et Max Monnehay, eux s’exhibent stupidement aux yeux de tous comme de médiocres opportunistes : le grand corrompu et la vile corruptrice se mettent à table pour grosse affaire.

La thèse de Wrath devrait donc se complexifier un peu : le ‘‘copinage’’, la corruption dans le milieu de l’édition existe bel et bien, mais il ne suffit pas de ‘‘copiner’’ pour se voir publié. Reste à mener une étude sérieuse afin de prendre la mesure de l’extension de la corruption dans le champ de l’édition littéraire.

Un prolétaire.

Benoit

Affligeant (de la part de Mr Cohen).

yibus

A ma gauche, une jeune femme, sûre de ses effets qui sent la possibilité d'une rentrée d'argent pas trop compliquée.
A ma droite, le mari d'une éditrice qui se sent un coup de jeune et qui, grisé par l'ambiance, le rouge dans le verre, les truffes et cette légère (mais vraiment très légère, on le verra ensuite) enveloppe de pouvoir qui le nimbe, pousse son avantage à tenir (par deux fois, quel exploit) la main de la jeune fille.
Au centre, l'éditrice, celle qui signe les chèques, qui publie les livres, qui, décidément très classe, connaît son homme et n'essaie même pas d'entamer une argumentation (vu qu'il doit en être ainsi une ou deux fois par mois, de cette retraite queue basse après promesse de recueil de nouvelles érotiques)...
Pour une poignée d'euros, on a un beau trio... Beau comme du Racine...

Olivier

Je double le commentaire de Benoit : affligeant.

Ding-Dong!

Non,ce n'est pas affligeant. C'est troublant.
Ce qui est troublant, c'est de voir s'étaler aux vues de tous, la réalité triviale, sans les faux-semblants habituels des conventions mondaines et sociales.
Ce qui nous gêne soudain, c'est la scène sans les masques. C'est la comédie humaine en "direct live"...et là ce n'est pas de la "virtual life" comme nous avons de plus en plus l'habitude d'en voir. C'est du vrai, du gras, avec les trois clés de la vie qui se balancent gentiment au-dessus de la table: Sexe, Pouvoir, Argent.

Ce qui nous gêne aussi, bien sûr, c'est de se sentir VRAIMENT voyeur de ces pulsions humaines si banales et cruelles à la fois, ces sentiments vieux et universels comme la nuit des temps humains. Nous sommes de petits garçons qui regardont par le trou de la serrure pour se voir confirmer ce que l'on savait déjà mais qui nous sautent à la gueule: OUI c'est comme ça que ça se passe, dans la vie!

hannah

Bonjour,

Pouvez-vous me dire où l'on peut voir l'intégralité de cette émission ?

Merci par avance.

walter

Le pire, ce n'est pas tant la vidéo, mais ce qu'elle implique: j'ose imaginer le niveau de la conversation s'il n'y avait pas de caméra.

Rentrée littéraire

The deal is done ;-D et bien.

Daria

Comique : si on veut regarder l'extrait sur Dailymotion, il est censuré, faut prouver qu'on a 18 ans…

Pauvre pauvre vieux Cohen Solal en libidineux de base, ridicule, et pathétique ensuite face à son "épouse".

La réplique la pire, à mes yeux ? Quand il dit à sa jolie écrivaine qui avoue ne pas avoir un sou qu'elle peut redemander des truffes,"avec ce qu'on leur donne, ici", etc. Carrément puant.

Strip Tease est décidément une émission qui met à nu la réalité des malheureux qui se prêtent au jeu de se laisser filmer parce qu'ils se croient supérieurs aux autres - lesquels autres n'ont aucune chance, obscurs et sans grade qu'ils sont, de se faire filmer pour la télé. Ca rend d'autant plus réjouissant le fait d'être un obscur sans grade !

poupouille

En attendant peu importe le comportement de GCS, qui à mon sens a le mérite d'être cash et franc. Il se sait filmer mais ne modifie pas ce qu'il est. Tout le monde ne pourrait pas en dire autant.
Bref, en attendant les livres des éditions EHO sont pratiquement tous très bons. Surtout le dernier Harold Cobert d'ailleurs !
Et on peut vraiment se fier à leur ligne éditoriale.
Alors peu importe la méthode, cette vidéo ne m'empêchera pas de continuer à lire les ouvrages qu'ils publient. Bien au contraire.
Quand j'achète ma viande chez le boucher je ne sais pas comment il cause avec sa femme, comment il a négocié le prix au kilo mais sa viande est la meilleure du quartier.
A toujours vouloir chercher à casser les gens on en oublie un peu l'essentiel : les livres. Question de goût, moi j'aime ce qu'ils publient.

Nicole

Un grand merci à Cynthia: grâce à un des liens qu'elle a fournis ci-dessus, j'ai pu visionner le reportage en entier. C'est beaucoup plus complexe quand on voit l'ensemble. GCS paraît plus sympa, on sent le type un peu las de n'avoir aucun pouvoir de décision, un peu largué face à la relation fusionnelle qu'entretient sa femme avec le grand "Jean-Do" dont son gendre dit lui même qu'il est une star avec laquelle on ne peut pas rivaliser. Inouï de voir l'auteur noir (je n'ai pas bien compris son nom) réclamer 20 000 euros d'à valoir, alors que son précédent livre s'est vendu à 800 ex! Et quand GCS et sa femme se plaignent de trouver des soutifs en imprimé panthère quand ils font le ménage après le passage des certains auteurs qu'ils hébergent gratos pendant une ou deux semaines "pour qu'ils puissent écrire tranquilles(sic)", c'est tordant.
Celle qui fait le plus pitié, c'est Max Monnehay; faut vraiment être aux abois pour mendier un emploi de lectrice. Enfin bon, elle a qu'à travailler pour de vrai, comme tout le monde.
Moralité: ne laissez jamais une caméra de télé entrer chez vous!

Cécile de Quoide9

Après Wrath et Mister In Cold Blog, moi aussi j'y suis allée de mon "petit chant d'amour" à Gilles Cohen Solal (message du 17-08-09)
http://ceciledequoide9.blogspot.com/2009/08/gilles-cohen-solal-strip-tease-integral.html

Olivier

@Ding-Dong!
Je persiste : c'est affligeant. Parce que ce n'est pas la vie que je cautionne. Ce n'est pas parce qu'une majorité se comporte comme un troupeau d'animaux doués de parole que cette majorité a raison et qu'elle doit imposer son modèle aux autres. J'ai le choix d'avoir une opinion différente et personnelle (quoique partagée par une minorité), au risque (assumé) d'être marginalisé.

cardamôme

j'étais très curieuse de voir enfin ce fameux documentaire dans son intégralité. Quand il fût fini, je me suis dit : "ce type-là ne doit pas se faire que des amis." Les regards foudroyants de l'un des auteurs de sa propre maison (dont j'ai d'ailleurs oublié le nom, pas la maison mais l'auteur) nous renseigne du mépris que GCS semble susciter chez l'intelligentsia. Et c'est drôle, mais finalement, j'ai trouvé plus antipathique cet auteur (décidément je ne me rappelle plus) que GCS lui-même.

cardamôme

Ah, j'oubliais. Ce que j'ai préféré: cette scène mémorable pendant laquelle GCS et son auteur, vraisemblablement au salon du livre, réclament respectivement adossés à une barrière, une bière et un café à un larbin grognon. Quand GCS fait une leçon de savoir vivre à son auteur, qui l'oeil humide lui rétorque: ah bon, mais quand ai-je pu être chiant, mais donne-moi un exemple, un seul... et que munis tous deux de la bière et du café, le plus pénible (devinez) au lieu de dire merci demande à la bonne âme : HEUUU... est-ce qu'il a du sucre?

cardamôme

Pardon: est-ce qu'il Y a du sucre

Melly

@ Nicole, l'auteur noir et beau gosse :) s'appelle Georges Yémy. Conseil de lecture : Suburban Blues.

-sTraTe-

Même moi j'en ai parlé, pourtant j'y connais rien en auteur :

http://leshumeurs.wordpress.com/2009/08/05/la-gueule-de-lemploi/

Ca peut paraitre un peu pub comme ça mais, en réalité, je n'ai pas le courage de résumer mon propos en commentaire d'un billet qui a plus de deux jours et que personne ne lira de toute façon.

fabio

J'ai tout de même l'impression d'assister à une mauvaise série B et je ne suis pas certain qu'ils se soient vraiment laissés filmés "au naturel". L'hypothèse d'un accord tacite avec la prod consistant à parodier un diner auteur/éditeur de cet acabit (tu baises : j'te publie) moyennant finance n'est pas à exclure. Ou bien autre possibilité, plus probable cette fois j'en conviens, celle du reportage tronqué - il l'est de toute façon au montage - mais véridique ; un diner comme tant d'autres entre une n-ième nymphette en quête de gloire, tombée entre les mains expertes du gilou qui sait s'y (et les (oups désolé)) prendre pour les n... euh non publier (après). Si l'on considère GCS comme une bite sur pattes dont la tête de gland éjacule conneries sur conneries cette dernière hypothèse l'emporte haut la main. Ce goujat sans retenue au manque de finesse certain mérite d'ailleurs très largement que l'on parle de lui en ces termes. L'alcool - ce poison - délie les langues et gilles l'a bien pendue. Mais est il vraiment bourré ? Ceci excuserait (à peine) cela. Tu fais bien Wrath de diffuser cette vidéo. Toute comédie de ce genre est bonne à démasquer. Ding Dong, j'adhère pleinement à ton point de vue. Oui les livres signés chez EHO sont savoureux et après tout leurs histoires de fesses on s'en fout pas mal. Mais c'est tout de même un drôle de larron que d'ormesson fille a épousé là. Gilles me fait penser à ces vieux machos libidineux et rancis mis en scène dans les films de Max Pécas. En fait j'aurais préféré ne pas voir l'extrait ; cette vidéo est un outrage à ma conscience puritaine de gauchiste libéral qui croit en des valeurs morales saines et efficaces dont le mérite fait partie. Je ne digresse pas, je suis en plein sujet : cet idiot d'éditeur est la pièce parfaitement huilé d'un mécanisme social qui dans son ensemble tend à l'eugénisme parfait en évinçant insidieusement les êtres les plus défavorisés génétiquement pour ne garder que les meilleurs éléments. On ne fait plus de distinction entre l'inné et l'acquis et ce qui est censé être mérité ne l'est pas toujours. Le volontarisme est devenu l'excuse parfaite pour essuyer les plaintes des rebuts.(c'est la version vulgarisée de la thèse que je poursuis actuellement soit dit en passant). Enfin bref gilbert se dit "elle est bonne, je vais la sauter, pour ça il suffit d'une promesse de publication". De toute façon, qu'on se le dise, les acteurs du milieu littéraires sont aussi médiocres que quiconque. Mais ce qui les rends particulièrement pitoyables, c'est qu'ils ont à leur portée une panoplie de miroirs signés Balzac, Céline... qu'ils ne cessent d'encenser avec ferveur alors qu'il leur suffirait de si pencher pour y voir le reflet de leurs bassesses quotidiennes. Si je ne m'abuse heloise et gilles ont une fille. Et ce que j'espère par dessus tout dans cette histoire c'est que la petiote a vu ou verra la vidéo. Ce contre exemple à ne pas suivre l'éclairera sur les pratiques douteuses de son père et la fera reconsidérer ce qu'il est convenu d'appeller "amour" quand elle entendra son papa dire à sa maman : je t'aime. (eh oui ton père il butine un peu partout). Une note positive pour nuancer ce qui précède : il existe des éditeurs sérieux pour qui les mensurations ne font pas partie des critères de jugement. Laclavetine est l'un d'eux. Un éditeur plein de bon sens s'il en est, sachant discerner ce qui relève de la bonne littérature ou non et fuyant les mondanités pour ce concentrer et promouvoir ce en quoi il croit et qui lui tient à coeur : la littérature. A chacun son boulot.

Nicole

@Melly
Je note cette info.Merci.
@-sTraTe-
Ben moi je l'ai lu votre billet; elle est vraiment jolie cette Max M sur les photos publiées sur votre blog. Mais vous voyez bien que ça ne suffit pas toujours puisque Héloise D'Ormesson a dit NON:-D

-sTraTe-

Merci ;)

Ataraxic

Tout est truqué de A à Z, avec une improvisation qui suit un canevas écrit au préalable et j'ai du mal à croire que vous vous soyez laisser prendre...

poupouille

Au moins il sait prendre du recul et analyser ses actes !
Vu ce matin sur un blog : un entretien où il s'explique.
C'est toujours mieux que de lui cracher dessus sans avoir sa propre vision du tournage.

martingrall

Wrath ou comment vivre en vrai les reportages télépublicitaires. GCS fait l'acteur, très mauvais parce que cela se voit, ou alors, il joue à Pinocchio ou mieux Cyrano. Dans ce promoreportage, il se trouve quelques moments de bravoure. Envoyer un auteur faire le stagiaire. cet auteur la, parce que celui qui reste EST un vrai auteur lui..pas encore écrivain, mais avec quelques années drivé par Héloïse.... Il manque juste le sketches du Schpountz. Quoique.

Le seul mauvais point pour E.H.O c'est de ne pas avoir sollicité, Jean-Pierre Mocky, ou Chabrol.
Pour faire une bone satyre, il faut ce qu'il faut. pas d'à peu près.

Hélène.

C'est incroyable et pourtant ... Pour compléter le tableau, je vous poste le lien d'un blog qui parle de la partie d'en face : les journalistes (ou UN journaliste culturel) qui dans le genre n'est pas mal non plus.
Quand ceux-ci rencontrent ceux-là, ça doit être grandiose !
http://judith.baywords.com/

coach outlet

Très semblable à votre article, très J'espère que vous faire mieux!

nike air max pas cher

Les blogueurs a publié l'article, je suis très intéressé par les détails de l'histoire à l'intérieur de bien parler, vivante et merveilleuse, merci de partager.

nike air max pas cher

Les blogueurs a publié l'article, je suis très intéressé par les détails de l'histoire à l'intérieur de bien parler, vivante et merveilleuse, merci de partager.

mich

C'est toujours avec beaucoup de plaisir que nous lisons vos messages si vivants et merveilleux, Cher Air Max.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats