Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Les lycéennes qui écrivent, vues par Nicolas Rey | Accueil | Laurence Viallet: une éditrice pas convaincue par les auteurs français »

27 avril 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

dfe

"Je me réserve donc le droit de sélectionner les textes les plus intéressants avant de les transmettre aux auteurs"

Tout est dit....

Panthere

Comme c'est marrant... 2 sur 3 sont édités chez Léo Scheer.

Sans compter que ce que vous proposez là, Wrath, Léo Scheer le fait depuis belle lurette.

A part ces quelques considérations, l'initiative à du mérite. Je trouve cela constructif.

Amanda Letaille

Oui, tout est dit par dfe...sans avoir lu les coms, j'allais m'apprêter à copier-coller exactement la même phrase, tellement significative: "Je me réserve donc le droit de sélectionner les textes les plus intéressants avant de les transmettre aux auteurs".

Après avoir joué aux écrivains, LMJ joue aux éditeurs.

Dans 2 ans, il y a le rôle de Nicolas Sarkozy qui sera vacant. Pourquoi ne pas monter un parti politique. Notoriété (éphémère mais) assurée. C'est bien votre objectif, non?

Ivanovitch

Vous êtes bien grincheux tous. Vous vous plaignez que Wrath ne fait que critiquer, etc... et quand elle prend une initiative... vous critiquez.
A part ça il me semble qu'il y a quand même quelques précautions à prendre lorsqu'il s'agit de critiques ou de conseils aux auteurs sous peine d'être contre-productif, d'aller vers l'incompréhension, voir la prise de bec. Je m'explique : il est stupide d'adresser n'importe quel texte à n'importe qui. Le point de vue de Jean d'Ormesson, par exemple, sur un manuscrit de polar hard boiled ou de SF cyberpunk sera t-il pertinent ? Probablement pas. J'ai connu la même mésaventure avec poil2plume et elle pourra vous en parler. Si l'on excepte la mauvaise foi de l'aspirant écrivain (certains diront la mauvaise foi certaine, c'est affaire de style...) il y a quand même des divergences qui peuvent être profondes et marquées entre auteurs, concernant le style, la conception de la littérature, de l'intrigue, etc... Si je reprend mon expérience personnelle avec poil2plume, par exemple, outre ses commentaires pertinents (caractère effacé et passif du héros par exemple) certaines remarques portaient sur des choix d'écriture et là on court au drame. Poil2, par exemple, me suggérait de tout réécrire à la 3ème personne, d'alterner les points de vue avec l'histoire d'un deuxième personnage en parallèle etc... Là, vous l'avez compris il s'agissait en fait d'écrire un nouveau roman. Poil2 me suggérait également de sabrer les descriptions qu'elle trouvait chiantes. Là, de nouveau, divergence : que les descriptions soient chiantes, c'est une chose, de là à les sabrer il y a un pas important à franchir. Il se peut qu'elles soient simplement mal torchées ou sans intérêt ou encore que Poil2 n'aime pas les descriptions, voir les deux. D'autres lecteurs m'ont dit apprécier au contraire tout particulièrement ces descriptions que poil2 trouvaient chiantes. Bref, ce n'est qu'un exemple destiné à illustrer la difficulté d'un tel exercice. Pour que ce dernier soit productif je pense qu'il faut un minimum de méthodologie :
1 que les aspirants écrivains aient une idée du style et des affinités littéraires des auteurs publiés (cf exemple avec Jean d'Ormesson)
2 que la critique soit "cadrée", pourquoi pas sur le modèle des fiches de lecture des comités, de manière à tendre vers une certaine objectivité et ne pas tomber dans les conseils "à la manière de" qui sont tout à fait improductifs.
Je pense que Poil2 pourra développer.

novi

En vérité, il n'y a pas un de ces auteurs se croyant arrivé de par un best seller ou une édition qu'il prétend prestigieuse qui ne puisse être déboulonné en cinq minutes de lecture par l'ouvrage d'un inconnu surgi de nul part. Il pourra continuer de faire illusion en s'appuyant sur la notoriété de sa diffusion, mais en lui même, il saura.

On peut tuer un écrivain en lui faisant simplement lire les lignes d'un autre.

Amanda Letaille

Il n'y a pas de grincheux ou pas grincheux. La question est: quelle est la légitimité réelle de la personne pour s'ériger en sélectionneur de manuscrits. Quand on voit les critères habituels de "statisfaction" de l'impétrante vis à vis de la littérature, le projet ne paraît non seulement pas pertinent mais peut-être destructeur pour certains (c'est déjà le risque que l'on prend avec un éditeur expérimenté, mais là...).

En même temps, il y a toujours des victimes consentantes pour les apprentis bourreaux.

Autre question: que viennent faire ces trois auteurs dans cette galère?

novi

Nulle part (faute de frappe).Merci de corriger.

Ivanovitch

Au passage il faut saluer la gentillesse de ces auteurs qui prennent de leur temps pour donner un coup de pouce aux aspirants écrivains. C'est toujours important d'avoir un retour sur ses textes, c'est même essentiel pour se "situer".

becdanlo

@Ivanovitch: effectivement 36 lecteurs, 36 avis différents... parfois contradictoires. Bien différent de la situation d'un éditeur qui demande de revoir notre copie dans la perspective d'une publication : on satisfait une seule personne qui a le pouvoir de nous publier... même s'il se trompe :)

poil2plume

Tout ce que dit Ivanovitch est parfaitement juste. Il se trouve que j'ai une sensibilité qui m'est propre, question écriture. Celle d'Ivanovitch est intéressante, elle est même brillante à certains endroits. Il est vrai qu'il est difficile de faire la critique d'un auteur de SF si soi-même on n'accroche pas du tout. La remarque d'Ivanovitch est d'autant plus pertinente qu'elle soulève un gros problème : faudrait-il sélectionner d'abord les lecteurs suivant le genre dans lequel écrivent les aspirants écrivains ? L'éditrice pour laquelle je lis des textes le fait bien. Je ne lis que des manuscrits à caractère historique ou régionaliste. Les journaux intimes, les récits d'enfance ancrée dans une région précise sont lus par un auteur spécialisé dans ce domaine. Ainsi, sélectionner des textes dans le cadre d'une critique est contre-productif, vu que le lecteur réagira par rapport à sa propre sensibilité.
Pour finir, je n'ai rien contre les descriptions, bien au contraire. Elles doivent néanmoins servir de tremplin pour "ouvrir" le texte sur l'action suivante.
Jamais je ne me permettrai de prodiguer des conseils "à la manière de". C'est une aberration.
Bravo à Ivanovitch d'avoir soulevé ce problème. Les écrivains sélectionnés par Wrath pour constituer une sorte de comité de lecture seront sans doute confrontés à ce problème, de même que la personne qui en son temps a lu Nicolas Rey devait faire abstraction de ses goûts personnels pour établir sa fiche de lecture... Voilà enfin un thème passionnant pour les wannabes !

poil2plume

Autre chose : si Wrath procède préalablement à une sélection dans les textes, elle fait pire qu'un éditeur classique, puisque son choix ne repose que sur son appréciation personnelle. Chez un éditeur, ils sont à plusieurs. Il y a donc plus de chance d'être lu et critiqué de façon objective. Si l'initiative de Wrath est bonne en soi, elle est tout aussi discriminatoire que celles que prennent les éditeurs qu'elle déteste. Et le travail des trois auteurs qui acceptent ce défi est plus difficile que chez un éditeur dont le lecteur connaît les préférences, la "ligne éditoriale". Ici, ils partent un peu à l'aveuglette, car sur quoi vont-ils se baser pour dire qu'un texte est publiable ou non ?

r1

Des échanges qui se nouent, des manuscrits qui circulent, des histoires d'amour qui naissent, des gens qui se lisent et se répondent, gentiment, et même jusqu'à Lise-Marie qui donne dans le participatif...
Mais que se passe-t-il?
Est-ce bien le célèbre blog Wrath ou Coeur2Livres, la maison d'édition en ligne des Bisounours?
Novi est devenu gentil et corrige de lui-même ses fautes d'othographe...
Ivan0vitch n'appelle plus à kidnapper et torturer les auteurs autofictionnels...
Le Koala et NLR ne s'y sont pas trompés : il ne viennent plus, c'est trop mou ici, ça sent son Bayrou.
Et j'aime pas balancer mais quand même, vous noterez que c'est depuis que Poil2Plume et Panthère ont pris le pouvoir que tout le monde s'aime ici.
J'dis ça, j'dis rien... Je vais aller voir sur le blog des ELS, il paraît que ça s'insulte un peu là-bas...

Marco

Très bonne initiative, Lise-Marie, rien à dire. Et les 3 auteurs qui sont prêts à jouer le jeu ne sont pas seulement serviables, ils sont également tout à fait sérieux et avisés (je connais un peu leur manière de penser).
Les critiques sont assez comiques en l'occurrence: les "wannabe" n'ont rien à perdre dans l'opération, quand bien même Wrath-la-terrifiante-discriminante-aux-mains-vides barrerait la route à beaucoup _ il n'est pas question d'édition, mais de conseils possibles, rien de plus rien de moins.
Mais bon, comme le souligne r1, ce soudain élan de petit projet constructif est tout à fait déstabilisant pour qui ne veut voir que du fight.

novi

Les auteurs promotionnant leurs livres sur le ouébe, ont cet avantage qu'ils reçoivent beaucoup plus de commentaires,de critiques honnêtes ou malhonnêtes ( l'auteur concurrent sous pseudo), que le publié dans le circuit librairie, qui lui n'aura affaire qu'aux chroniqueurs serviles et journalistes du même tonneau.

Il me souvient qu'à mes tout débuts, j'avais recherché l'avis d'un de ces auteurs auto-proclamé par le microcosme. Ce fut positif dans la mesure où il n'osa sans doute, trop attaquer vis à vis de sa propre production,avec cependant ce style de conseils amicaux du vétéran envers le débutant. La vie est parfois cruelle néanmoins. A la sortie de son dernier ouvrage, pensez qu'il se fit reprocher très exactement ce qu'il notifia au mien,style peut mieux faire malgré un bon début. Dans mon cas,c'était encourageant,dans son rôle de professeur, c'était ennuyeux.

Depuis, je ne m'intéresse plus à ce genre d'expérience, y préférant le lecteur de qualité au...Confrère, au collègue,pour pas dire au concurrent. Bref Ouanabi, ça n'existe pas, on prétend écrire ou l'on s'abstient.

A.

@Novi: à trop généraliser tu te contredis. D'un côté tu affirmes que "le publié dans le circuit librairie(...) n'aura affaire qu'aux chroniqueurs serviles et journalistes du même tonneau". De l'autre, tu nous parles d'une critique peu flatteuse à l'égard de l'"un de ces auteurs auto-proclamé par le microcosme".

poil2plume

@R1 : vous trouvez que "je te pisse à la raie" est plus constructif, que ça fait moins Bisounours ? Je ne me trouve pas spécialement accomodante, en tous cas moins que Panthère. J'aime assez mettre de l'huile sur le feu, histoire de relancer le débat. Pour peu qu'il y en ait un. J'admire par ailleurs l'extrême franchise d'Ivanovitch. Il aurait très bien pu dire, pour se venger, que je ne suis qu'une pauvre cloche qui emm... tout le monde avec ses exercices de style. Le dialogue et la confrontation entre adultes pas trop cons, ce n'est pas fait pour les cochons. Mais je vous titille, là, racontez tout ce que vous voulez, il en sortira bien quelque chose d'intéressant...

novi

@A

Oui,en effet, mais l'ouvrage de cet auteur a été très bien diffusé, et de ce fait, a bénéficié de critiques or cadre des quelques journalistes et chroniqueurs patentés service de presse, dont nous rigolons tous de la haute teneur littéraire, et à contrario ci et là : de petits chroniqueurs et lecteurs ont été plus critiques.

Plus largement sur ce débat, je dirais qu'il est assez difficile pour un auteur de décrypter les critiques -chroniques, et qu'il faille vraiment les mettre bout à bout quantitativement, pour en dégager quelque chose de constructif et de réaliste.

Panthere

Cher r1,

Oui, oui, je suis bisounours, c'est tout à fait cela ! (d'ailleurs, je ne sais pas me défendre !)

Voulez-vous que je vous insulte ? (je suis prête, moi aussi, à faire ma BA aujourd'hui)

Chère Poil2plume :

Je trouve la réaction de Arnaud pour le moins inattendue, et elle m'a bien fait rire, surtout après avoir lu la réaction de r1.
Franchement, ce blog est complètement déjanté, et c'est ce qui fait son charme.

novi

@Panthere,

Fouettez-le et qu'on en parle plus.

Panthere

Dans ce cas Novi, je n'hésite plus. Je le fouette jusqu'à ce que sang gicle et peau se balafre.
Ca fait du bien, tiens.

r1

LMJ n'a visiblement pas le même sens de l'humour que nous puisque les "insultes" d'Arnaud ont disparu... Hé, Lise-Marie, c'était pour rire !

poil2plume

Mince alors ! Panthère qui se met à fouetter Novi jusqu'à faire pisser le sang ! Ca devient joliment glauque, là. Et R1 qui relève effectivement la censure de Wrath. Si on est là dans le monde enchanté des Bisounours je mange ma souris et l'ordi qui va avec !
Sérieusement : Wrath en sélectionneuse de texte, c'est une blague ? Si les auteurs qui acceptent le défi peuvent se prévaloir d'éditeurs tout à fait crédibles (mais Novi dira le contraire), qu'en est-il de Wrath qui n'a jamais rien publié nulle part et qui n'a aucune expérience en matière de comités de lecture ? Je sens qu'on va encore bien rigoler dans les posts à venir...

Le Poète de l'année

Et tous ces gens en mal de notoriété qui écrivent des commentaires pour se donner l'illusion d'exister derrière des pseudos ridicules !!!

Dahlia

Aymeric passe chez Léo Scheer? Pourquoi? Avec quel roman? Pourquoi n'est-il pas resté chez Flammarion? J'exige tous les détails croustillants sur cette affaire! *diktat*

Panthere

Dahlia, vous êtes publiée ?

r1

@Le Poète de l'année : pour moi c'est ça ou jambon-purée-télé dans ma petite ville de province, coup de fil de ma mère vers 21h30 (pendant la pub). Ici au moins on rigole...
@Dahlia : hou là là, personne ne vous dit plus rien chez ELS... Ça sent le roussi pour vous on dirait...
@LMJ : belle initiative votre EPW, faut le dire quand même quand c'est bien (à la fin du bal, on paiera les musiciens...)

wrath

@Amanda Letaille: sérieusement, réfléchissez avant de laisser un commentaire. La comparaison avec Sarkozy est tellement lourde qu'elle décrébilise votre propos (à supposer que vous en ayez un).

@les autres: Pour mettre les choses au point:
1. Le partenariat EPW est gratuit.
2. Mon blog reçoit plus de 1000 visiteurs uniques par jour.
3. Même si entre 50 et 100 wannabes participent, c'est encore trop pour les trois auteurs publiés qui ont généreusement accepté de lire les textes.

Il faut donc bien une barrière quelque part. Voilà pourquoi je me réserve le droit de sélectionner les manuscrits les plus intéressants si et seulement si la demande des wannabes excède l'offre de lecture.

Sachez que ce genre de service de "lecture professionnelle" est un vrai business en Angleterre (autour de 175 euros pour un avis sur un synopsis et 50 pages de texte):
http://www.literaryconsultancy.co.uk/fees.php#structure

Mon but n'est pas de faire de l'argent, ni de jouer à l'éditeur. Je cherche simplement à briser les barrières entre outsiders et insiders du milieu hostile de l'édition.

@Marco: "ce soudain élan de petit projet constructif est tout à fait déstabilisant pour qui ne veut voir que du fight."

Mon blog a toujours eu un aspect constructif: éclairer les wannabes sur les vraies pratiques de Saint-Germain.

Benoit

C'est chouette, on peut envoyer des textes en anglais aussi?

wrath

@Benoît: no problem, my dear :)

Pirloui

Effectivement, tout est dit avec ce: "Je me réserve donc le droit de sélectionner les textes les plus intéressants avant de les transmettre aux auteurs."
Après tout, vous sélectionneriez Shriver plutôt que McCarthy. Si j'étais wannabe, je ne prendrais pas le risque d'être filtré par vous.

PhJ.

Ce que je ne comprends pas, c'est : quelle est la différence entre ce louable projet et toutes les maisons d'édition ? Dans une maison d'édition, on envoie son texte, il est filtré par quelqu'un dont on ne sait pas s'il est compétent ou non (le lecteur/Wrath) puis, s'il a passé ce barrage, il est lu par le comité de lecture (c'est-à-dire, souvent, des auteurs publiés, ou en tout cas des "professionnels"). C'est exactement la même chose, non ? (Si ce n'est que dans une maison d'édition, on peut avoir le vague espoir d'être publié ensuite. Là, si les trois lecteurs trouvent l'idée ou le roman formidable, qu'est-ce que ça lui apporte, à l'auteur ?)

Amanda Letaille

Je persiste, Wrath. Vous fantasmez votre vie. Vous jouez à. Pourquoi pas, tant que ça ne nuit pas aux autres. Or, voyez-vous, malgré vos déclarations et me basant sur vos jugements habituels dont ce blog est le vecteur, je ne suis pas sûr du tout que vos jugements soient utiles aux "wannabe" qui auraient l'illusion d'obtenir des retours constructifs. Votre analyse du monde en général, et du monde éditorial, est essentiellement toxique. C'est votre état d'esprit: au moins assumez le.

Et puis, quelle prétention. (...) "ce genre de service de "lecture professionnelle". God damned, mais pour qui vous prenez-vous? !

Décoincez un peu. La comparaison avec Sarkozy, c'était de l"humour (vache certes). En fait, vous seriez plutôt une sorte de nain de jardin de Yann Moix: le goût immodéré et incontrôlable de la provocation pour faire parler de soi (pourquoi croyez-vous que vos "1000 visiteurs par jour" passent sur ce blog? Pour votre professionnalisme?). L'air du temps a changé, les gens se sont lassés. La provoc attire encore un peu, mais elle ne fait plus vendre (cf. les ventes burlesques de Moix).

Ivan0vitch

@ PhJ : vous le faites exprès ou quoi ? Vous pensez que les éditeurs envoient les fiches de lecture avec les manuscrits refusés ? Hors il se trouve qu'avoir un ou plutôt des avis sur ses textes est primordial pour un jeune auteur, un aspirant écrivain en règle générale, c'est précisément ce qui permet de se situer, de progresser, de connaître ses défauts etc...

Thierry Tuborg

@ PhJ ("...Là, si les trois lecteurs trouvent l'idée ou le roman formidable, qu'est-ce que ça lui apporte, à l'auteur ?...")

Heu... si l'un des trois lecteurs - ou Lise-Marie - trouve ça formidable, eh bien il (ou elle) va tout simplement plagier l'idée (en corrigeant les fautes de français).

(Je précise que ce post est ironique... quoique.)

Marco

Ph.J: eh bien, je crois que ça n'a juste aucun rapport avec le système éditorial, puisque là il s'agit de recevoir des avis détaillés, des suggestions, des encouragements (ou pas); ça ne signifie d'ailleurs pas que c'est mieux, c'est juste différent. Certes, ça ne mène pas à une publication _ pour une fois qu'il y a un truc complètement désintéressé c'est plutôt bien, je trouve: Wrath a raisonde rappeler que les "services" offerts par 3 "camarades" sont généralement PAYANTS _ il y a tout un marché, assez lamentable, sur ce créneau du conseil/coaching littéraire; toute initiative qui propose la même chose gratuitement est à mon avis bienvenue.
Et puis je me permets d'insister: Aymeric Patricot, Mano, Stéphane Boudy, ce sont des regards sur un texte qui sont loin d'être inintéressants.
Reste le fameux tri opéré par Wrath si nécessaire. Bon là, assez d'accord avec Pirloui (mon vieil ami Pirloui!!), penser qu'elle est susceptible d'écarter un Mac Carthy fait un peu froid dans le dos _ mais encore une fois, l'enjeu est à relativiser (j'ai du mal à imaginer le wannabe qui va se pendre parce que Lise-Marie n'a pas permis à son texte d'accéder à un lecteur bénévole: "même Wrath ne veut pas entendre parler de ma nouvelle, cette fois, c'est certain, je suis artistiquement mort").

Marco

Wrath à Marco: "mon blog a toujours eu un aspect constructif". Euh... Je la trouve très bien, ton initiative du jour, mais ne m'en demande pas trop quand même :)

Pirloui

@Marco
Ce qui est intéressant finalement, c'est que Wrath n'aura pas plus le temps que les 3 auteurs de lire tout ce qui lui sera envoyé. Elle fera donc une sélection de ce qu'ELLE trouvera le plus intéressant et écartera la majorité de ce qui lui parviendra (en supposant que son initiative ait du succès) sur la base d'une lecture superficielle qui ne lui permettrait pas, par exemple, d'envoyer de lettre de refus circonstanciée. Et quand bien même elle pourrait tout lire, ce ne serait encore que ses goûts (aussi médiocres puissent-ils être) qui serviraient d'étalon.
A l'arrivée, tout est bien là (et c'était ce à quoi je faisais allusion en mentionnant McCarthy): ce sont des subjectivités qui font le tri. Wrath pense qu'elle sait ce qu'est la bonne littérature. Elle estime donc que son système de sélection est, plus que celui des grandes maisons d'édition, basé sur la notion de qualité littéraire objective. Mais il n'en est rien, évidemment. D'après ce que j'ai pu apprendre des goûts artistiques de mademoiselle Jaillant je ne vois pas ce qui lui permet de se positionner en juge objectif de quoi que ce soit. Ou alors, il faudrait que tous autant que nous sommes acceptions que Shriver écrit mieux que McCarthy.

Et la boucle est donc bouclée. Mais jamais ne sera abordée par mademoiselle Jaillant la question de ce qui constitue la qualité littéraire. Qu'elle s'aventure sur ce terrain, et tout son petit château de cartes paramo s'écroule complètement.

Panthere

Ce que je conseillerais plutôt aux auteurs en herbe, c'est de déposer leurs manuscrits en ligne chez Léo Scheer :-) Au moins, là, ils auront de vrais commentaires.
Parce qu'ici, même si l'initiative a du mérite, elle me laisse assez perplexe quant aux résultats, sans compter que deux auteurs proviennent de chez Scheer, ce que je trouve tout de même incroyable, alors que Wrath vomit cette maison d'édition ainsi que leurs auteurs.

Marco

Panthère: "deux auteurs proviennent de chez Scheer, ce que je trouve tout de même incroyable". Quelle bien étrange conception vous avez là... Vous pensez vraiment qu'un auteur ne peut rien faire en dehors de "sa" maison d'édition? Ils ont prêté serment? Bracelet électronique? Remarquez au passage qu'ils ne "proviennent" pas de telle ou telle maison, ils passent de maison en maison, la nuance ne doit pas vous échapper...
Par ailleurs, un wannabe peut bien déposer son manuscrit sur une bonne dizaine de sites en ligne (vous êtes au courant qu'il y en a un certain nombre?) ET aussi demander un avis, ici ou ailleurs (risque encouru = 0). Là encore, quel étrange réflexe restrictif.

Pirloui: eh bien, vu que vous êtes encore plus ancien que moi sur ce blog (ah, nostalgie:), vous n'ignorez pas que pour Wrath, un récit romanesque qu'elle pense objectivement bon, c'est un récit plutôt "classique" avec des personnages nettement définis, un certain nombre d'actions qui s'enchaînent à un certain rythme, abordant des thématiques exaltantes (la rebellion...) et/ou en rapport avec le quotidien réel ou fantasmé des classes moyennes, le tout servi par un style "efficace" _ en gros: effets de réel prioritaires, phrases de longueur moyenne, hypotypose (et toute autre figure en -ose) proscrite. (bon, j'ai résumé, Lise-Marie, je sais bien qu'il y a des exceptions dans tes oeuvres-culte). Certes cette conception m'apparaît insuffisante _ mais enfin, les gens qui viennent "chez" Wrath et qui sont intéressés par sa proposition, par définition, soit partagent cette conception, soit ne sont pas gênés par cette conception. La question que je me pose par contre, c'est: est-ce que le tri possiblement opéré par Wrath correspond au tri qu'opéreraient à la même place Aymeric Patricot, Mano ou Stéphane Boudy? (vous avez le droit de vous exprimer, les gars :) _ ce sont quand même eux les principaux intéressés, après tout.

Thierry Tuborg

Lisent-ils ce blog ?

Marco

Ah! Ah! bien vu
(alors là, s'ils ne réagissent pas)

Panthere

Cher Marc,

Si vous aviez bien lu mon commentaire, ce ne sont pas les auteurs qui me rendent perplexes, mais bien l'attitude de Wrath, qui a été chercher, justement, ces auteurs là, qui viennent de chez Scheer (et d'ailleurs) alors que depuis trois ans elle fait la pub de LS en le démolissant.
Avouez que c'est tout de même très curieux, et surtout, pas très élégant de sa part.
On pourrait presque prendre cela comme de la provocation, ou un besoin de se faire remarquer de la part de Wrath.

Francois Martini

Elle est très forte, reconnaissons-le.

pat

Eh oui, il m'arrive de consulter ce blog !
D'autant que je m'apprête à relancer le mien...

Je ne me sens pas plus légitime qu'un autre à commenter les textes d'auteurs en herbe (j'en reste un, finalement...), mais j'ai répondu "pourquoi pas" à l'invitation de Wrath parce qu'il n'est jamais inintéressant de lire des textes !

Pirloui

@Marco
Le truc c'est qu'on se fout pas mal de ce qu'elle pense objectivement bon. Parce que ce qu'elle pense objectivement bon, ne l'est que subjectivement, pour les gens qui partagent cette conception de la littérature.
Je ne veux pas faire injure à Wrath, mais il est très clair pour moi que la couche de culture dont elle dispose est extrêmement fine. Elle a donc des goûts petits bourgeois qu'elle prend pour le paroxysme du bon goût. Et quand elle donne aux grands éditeurs parisiens des leçons de littérature on n'assiste à rien d'autre qu'à un choc de conceptions.
En gros quand elle fanfaronne qu'elle s'autorisera à faire le tri dans les tombereaux de manuscrits qu'elle recevra, on pourrait lui demander dans quelles conditions cette sélection se déroulera et si elle ne ressemblera pas à ce qu'elle dénonce de la part des comités de lecture des maisons germanopratines.

stéphane

aux collègues mano et patricot: quand j'ai vu vos noms sur l'écran hier... je me suis dit que j'irai acheter un de vos livres dès le lendemain... chemin faisant je me rends chez deux grands libraires cet après-midi à bordeaux, et non ! mort au Virgin et mort à la Fnac, pour ma part je savais déjà
très bonne idée de wrath: premièrement parce qu'il n'est pas si facile d'être lu en ayant un retour (contrairement à elle je ne pense pas que ce soit le rôle des éditeurs de faire un retour aux auteurs, quand on envoie un manuscrit, on n'est pas à l'école: normal qu'il n'y ait pas de note ni d'appréciation..., ce n'est pas non plus l'université qui, elle, recherche une objectivité (pour faire réfléchir surtout: c'est son rôle), l'éditeur, lui, est inscrit au registre du commerce donc... que l'on n'attende pas de lui des trucs de prof !
d'ailleurs ceux qui font des retours personnalisés sont plus énervants qu'autre chose: c'est la plupart du temps tout à fait inutile pour l'auteur et même souvent c'est méchant, sciemment méchant de la part de jeunes en dea de lettres en stage dans les comités de lecture des grandes maisons ou d'écrivains hargneux... en bref, qu'est-ce qui les autorise?... rien, rien de plus que vous et moi.

deuxièmement ce n'est pas si facile d'avoir un retour intéressant de la part de ses proches (amis) ou de sa famille: la jalousie qui qualifie l'être humain selon hobbes n'est pas un mythe (heureusement qu'elle ne le résume pas) dans la pratique, on va vous parler de conneries (les 3 fautes d'orthogaphe ou de français sur 150 pages) au lieu de vous parler du texte... ou on va adorer par ce que c'est votre cousine ou votre mère donc en gros par ce que c'est vous
(faire lire ainsi à des personnes étrangères: ni éditeur ni amis ni famille: bien, plus, plus, à mon avis...)
pour finir, mon expérience de lecteur du concours de nouvelles francophone de la compagnie du barrage a confirmé ce que je pensais déjà: il y a des textes très intéressants qui ne sont ni édités ni même éditables pour des raisons exclusivement commerciales (notoriété insuffisantes des auteurs ou plus simplement format: vendre du texte court par exemple est extrêmement difficile malgré de nombreuses exceptions à la règle)

en résumé, félicitations

Marco

Panthère: j'avais bien compris, mais Wrath ne les a pas obligés/corrompus non plus, hein! Par exemple, mister Pat, ici présent (salut à toi!), connait Wrath depuis... pfffuuu... c'est immémorial. Attention au plan parano, quand même :))

Pirloui: j'entends bien, mais, et je ne fais à mon tour que constater: les conceptions littéraro-wrathiennes sont fort répandues, fort partagées. Donc voilà, ce n'est peut-être pas la meilleure nouvelle de l'année, mais ça suffit à donner un sens à cette démarche. Par ailleurs, "tombereaux de manuscrits", hum ne surestimons pas son succès (ça sera surtout quelques dizaines de textes brefs, non?).

Wrath: eh! tu aurais pu m'inviter aussi, merde. (t'inquiète, je déconne).

Amanda Letaille

@Pat: "Je ne me sens pas plus légitime qu'un autre à commenter les textes d'auteurs en herbe." Alors pourquoi le faites-vous?

Si c'est "parce qu'il n'est jamais inintéressant de lire des textes !" Les librairies en débordent.

So what? Peut-être se constituer un lectorat potentiel (les fameuses "1000 visites par jour"), en vue d'une prochaine parution? Mais ce n'est bien sûr qu'une hypothèse extrêmement triviale...

pat

Bien vu ! Je suis un arriviste, à l'affût du moindre petit bout de succès... 1000 visiteurs qui liront mon nom... ca donnera quoi ? Une vente, peut-être ? Allez, un euro de gagné ! Chouette ! Avec ça je vais pouvoir lâcher mon boulot de prof ! :-)

novi

Heureusement qu'ils restent des profs pour encore écrire malgré la pingrerie des éditeurs en relation avec la mauvaise santé économique du marché du livre. Pensez que les autres ont autre chose à faire que de gagner un euro sur un bouquin effectivement ; ils doivent se chercher une activité rémunératrice,eux...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats