Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« La couverture du prochain Houellebecq... | Accueil | Votre manuscrit sera lu si vous achetez un livre "maison" »

08 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Varg

Dans le domaine du livre "technique", cela arrive plutôt fréquemment. C'est comme cela que j'ai publié, il y a plus de dix ans, trois bouquins chez le plus gros éditeur d'alors. Je sais que c'est une pratique qui perdure.

Les éditeurs ont tout intérêt à maintenir une veille sur tout ce qui s'écrit et je sais que certains le font. C'est une façon finalement commode de mesurer la « qualité à la vente d'une écriture », sans doute moins aléatoire que le roman venant de nulle part. En gros, le public déjà constitué vous indique que ceci est désirable...

Cela ne veut pas dire bien sûr que les habitudes de réseau et de copinage disparaissent pour laisser la place au cercle vertueux du talent.

Cela ne veut pas dire non plus que tout blog avec un public est tenu par quelqu'un de talent, capable d'écrire quelque chose d'intéressant. Vous en êtes d'ailleurs un parfait exemple.

Don Lo

L'orgueil me pousse à clamer qu'un éditeur prestigieux m'a contacté pour mon blog !
La modestie m'impose de préciser que c'est juste pour m'envoyer des bouquins dont il espère que je dirai du bien sur ledit blog.

Mais les inconnus qui signent chez XO après avoir connu le succès en direct, c'est les auteurs d'Oksanna Pollock, par exemple.

Bernard Bernard

"Vous en connaissez, des éditeurs prestigieux qui contactent des blogueurs? Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé (et mon blog rencontre un gros succès depuis pas mal de temps)."

C'était donc ça: vous n'avez pas été édité et vous en voulez à la terre entière.

Un gros succès, une douzaine de commentateurs réguliers (novi, varg, etc)? C'est une plaisanterie, j'espère...

becdanlo

Être édité à partir d'un blog thématique, c'est un peu un enfermement, voire Bénédicte Desforges qui après avoir publié "Flic", vient de sortir "Police mon amour". Ou Wiliam Rejault (Ron l'infirmier) qui après la Chambre de Camus a publié "Maman, est-ce que ta chambre te plait...survivre en maison de retraite"...

Ivan0vitch

Mais il ne s'agit pas d'un mythe : ce type de blogueuse est édité justement parce qu'elle a déjà un public. L'éditeur possède donc la garanti de rentrer dans ses frais, au minimum, et de pouvoir faire une campagne de promo à partir d'un "buzz" déjà existant. Le produit est de plus déjà calibré pour une cible précise (le blog d'infirmier, de flic, d'avocat, etc...) et est déjà connu de la cible.
Bref il s'agit de produits totalement déjà marketés en amont, le rêve de l'éditeur moderne. Globalement on se situe souvent aux marges de la chick litt...

Jean-Michel

quand le chien mord la main qui le nourrit - soit, il le nourrit mal - il ne faut pas s'attendre à être adopté avant longtemps.

novi

Je ne crois pas qu'il soit dans les mœurs françaises de tout simplement aller au contact, et cela couvre le secteur économique tout entier.L'édition pas plus qu'un autre business.

Je côtoie des ingénieurs dits de très haut niveaux en informatique ( ben oui Varg, la CRM ) et j'ai pu constater qu'autant au fil des années, au gré de missions, où ils se sont taillés un réputation certaine chez des clients, que le bouche à oreille s'est mis en branle, autant les employeurs institutionnels se sont montrés incapables de prendre contact,préférant passer de couteuses annonces pour se voir remettre le CV,signe d'allégeance du futur salarié. Non,pour eux, les offres -valablement rémunérées de plus- sont toutes venues de l'étranger. La constante d'un appel téléphonique dans un anglais parfois zézayant.
Varg, nous soumet son cas en précisant qu'il y a de cela, plus de dix ans. Peut-être autrefois était-ce plus courant ;qu'il y ait des changements comportementaux générationnels dans l'entreprise est une évidence.Sans compter le chômage de masse - il y a pléthore de manuscrits comme il y a de CV.

Mais il est, au fond, sain qu'une industrie d'un autre temps s'arqueboute sur sa sclérose. Si l'édition estampillée s'intéressait aux écrits de demain, ceux qui ont besoin d'ombre pour éclore : elle les faneraient irrémédiablement avant l'heure.

Nicole

On peut être blogueur et n'avoir aucun avenir littéraire et/ou talent littéraire, soit . Mais le fait d'alimenter un blog avec humour et constance peut encourager à écrire un vrai livre. Ce fut le cas de Zoé Shepard (Aurélie boulet), à laquelle ses amis répétaient "fais en un livre , fais en un livre". C'est ce qu'elle a fait, rédigeant "Absolument débordée" livre relatant de façon romancée ses déboires et la gabegie qu'elle observait chaque jour au sein d'une administration territoriale. Cinq mois après, elle se retrouve suspendue de ses fonctions; http://www.sudouest.fr/2010/07/01/zoe-shepard-ce-n-est-pas-un-pamphlet-contre-la-fonction-publique-territoriale-130249-756.php le Conseil régional d'Aquitaine n'a pas apprécié d'être mis en cause dans une fiction; pourtant le roman se passait dans une mairie, l'auteur écrivait sous pseudonyme, elle était virtuellement inattaquable. La justice en a décidé autrement. Il n'y a plus de vraie liberté d'expression, cela devient terrifiant.
Cette fille a écrit un livre, l'a publié, mais elle a ruiné sa carrière...
Je précise, après renseignement pris auprès de personnes qui travaillaient avec elle, que ce n'est aucunement son blog qui l'a faite publier, pas plus qu'un quelconque piston; Le sujet du roman était suffisamment intéressant et pamphlétaire pour qu'Albin Michel le publie très vite.

Ivan0vitch

@Nicole : "Le sujet du roman était suffisamment intéressant et pamphlétaire pour qu'Albin Michel le publie très vite."
Il y a là une antinomie.

Ibicus

Mais vous ne racontez rien, dans votre blog, Lise-Marie...

Nicole

@Ivanovitch.
Expliquez-moi où est l'antinomie ? Le roman est intéressant de par son sujet (les dysfonctionnements d'une administration territoriale); un sujet pamphlétaire donc, par là même vendeur, de quoi effectivement donner envie à un éditeur commercial de le publier...
Ce qui est navrant dans l'histoire c'est que la fille écrit ce bouquin pour se libérer d'un poids, et en même temps essayer d'en rire, et elle se retrouve éjectée comme une délinquante. Albin Michel doit se frotter les mains d'avoir réussi à faire parler d'un livre, je ne sais pas si l'auteur s'en sortira aussi bien, car les droits d'auteur ne compenseront pas la perte de son salaire.

novi

C'est à dire qu'une autofiction publié par Albin Michel peut-elle être encore un pamphlet digne de ce nom...

Dans le registre des blogs qui cartonnent, serait celui d'Agnès maillard, dit le Monolecte..., connu tel le loup blanc de la toile,récompensé et cité maintes fois en exemple pour la qualité de plume. Or, Agnès Maillard s'auto-édite. D'une part, un certain amour propre militant lui fait éviter l'envoi béat de manuscrits à des gens qu'elle fustige d'ordinaire en tant que système, et d'autre part, il ne semble pas non plus qu'elle doive repousser les assiduités de quelques directeurs de collection alléchés par l'odeur du véritable pamphlet.

Bon à moins qu'être subversif de nos jour consiste à fustiger ""les dysfonctionnements d'une administration territoriale" - allez savoir...

Ivan0vitch

Oui, vous avez saisi, novi : être pamphlétaire chez Albin Michel, c'est un peu comme être révolutionnaire au Figaro... Mais bon, chacun a les rebelles qu'il se choisi (oui, je sais ça ne veut rien dire, et alors ?).

sirius

"Vous en connaissez, des éditeurs prestigieux qui contactent des blogueurs?" Fleuve Noir n'est pas prestigieux, il surfe sur la tendance - aux franges de la chick-litt - et capitalise sur un blog qui a déjà un public - la moitié du chemin est faite.

bibi

Bah si c'est possible ; buzz monstre, blog "in" et manuscrit potable ça me semble une bonne recette, une bonne porte d'entrée. Mais il revient à l'auteur, toujours, de faire le premier pas. L'éditeur n'ira jamais démarcher auprès des ouanabis blogueurs même s'il trouve leur prose délicieuse. Mais on peut tout de même se faire une petite notoriété sur le net, jouir du succès d'une identité virtuelle et joindre l' e-carte de visite au manuscrit (quand les liens avec le milieu n'ont pas déjà été tissés...)

caroline

Maîtresse annonce dans sa bio son roman à paraître aux éditions Héloïse d'O:
http://maitresse.typepad.com/maitresse/bio.html

Marie.

"Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé (et mon blog rencontre un gros succès depuis pas mal de temps)." Vos déclarations ont toujours un arrière goût d'amertume chère Wrath !

Francois Martini

Votre blog n'a rien de littéraire, Wrath, ni par le style, ni par le contenu. Il n'est pas technique, pas socio, pas drôle (ni triste). Nul ne vous proposera l'édition de quoi que ce soit.

bibi

@ françois martini :

Quelqu'un qui écrit des soi-disant romans qui s'ouvrent de la sorte :

"J'ai décidé d'être un héros, un vrai héros, qui n'a peur de rien, alors, depuis ce midi, je suis un vrai héros, qui n'a peur de rien"

n'a pas sa place pour juger de ce qui relève ou non de la littérature (et ferait mieux de fermer sa gueule tout en ne nous la montrant pas ; mieux vaut l'avatar abstrait assigné aléatoirement que cette moue d'autosatisfaction sur baroudeur échevelé). Donc oui, selon moi ce blog est littéraire quoique tu en dises.


r1

www.lequipe.fr, ils ont fait encore plus fort : le blog marchait tellement bien qu'ils en ont fait un journal papier quotidien !

Francois Martini

@ Bibi :

1) un roman ne peut être soi-disant. Seule une personne peut parler d'elle-même. Apprenez le français, ce sera déjà bien.

2) Je suis un héros est sous-titré : « Fantaisie que j'ai honte d'avoir écrite ». Ce n'est donc point un roman.

Seriez-vous aussi bête que vous en avez l'air ?

melly

@r1 XD ^^

melly

ça me fait penser à Shallon Lester qui qui est passée du blog puis vlog pour Glamour au reality show sur MTV. ça corrobore la thèse wrathienne. En vloggant pour une revue en vue, Shallon était déjà une insider.
Est-ce que le blog mènerait à la publication papier et le vlog à l'émission de TV voir le film ? Quoi que je ne me vois pas voir un film basée sur Downtown Girls.

melly

basé, un film basé... sorry ^_^

Don Lo

L'ouverture du roman de François Martini me fait plutôt rigoler.
Et me donne envie de savoir la suite.
Chéri(e) Bibi, vous ne me semblez pas mieux placé(e) que Martini pour savoir ce qui est littéraire ou pas, mais lui, il écrit.

Alcor

En fait il y en a des tas, des blogs qui sont devenus des bouquins.

Stéphane Million a publié une blogueuse encore récemment, si je me souviens bien.

Francois Martini

@ Don Lo :

C'est assez court. on peut le lire en ligne, ici.
Have fun !
http://fr.martini.free.fr/livres/chinois_entier.html

bibi

@ Martini :

Ha! Ha! Ha! Vexé, il s'est empressé de traquer l'erreur.

1) Sache que la plupart des dictionnaires d'aujourd'hui ont intégré à leur définition de SEPT adjectif un second sens d'usage moderne autorisant son emploi devant ou derrière un nom qui n'est pas une personne consciente d'elle-même. Seuls les puristes dont tu sembles faire partie le refusent encore.

2) Ruse éculée et facile. AssuMMe ce que t'écris, un point c'est tout. A ton âge quand même! schème ridicule vraiment : tu as envie d'écrire, tu écris mais tu as vaguement conscience de la médiocrité de ta prose alors pour parer aux éventuelles critiques tu te poses d'emblée en petit plaisantAin et fier de l'être (alors que t'aimerais tant que l'on vante les mérites de tes écrits)


Ah mais je connais le français! ULM te dit quelque chose? La rue, l'école? Je peux te scanner ma carte d'étudiant si tu veux. Je connais plutôt bien la littérature et de l'avis de certains de mes professeurs ma plume est bien comme il faut. Seulement moi je ne suis pas là pour pérorer dans de vagues exercices de styles contrairement à certains autres ouanabis qui désespérés de l'être pensent trouver un public sur cette plateforme.


P.S : j'ai volontairement laissé trainailler quelques fautes dans mon message, à toi de les trouver (histoire d'occuper le retraité que tu es autrement que par les habituels mots croisés et Sudoku. Indice : si tu ne les VOI pas (on a souvent des problèmes de VU à ton âge) : regarde bien les majuscULE.

Envoi moi tes réponses dans un prochain message!

Bien à TOA

Francois Martini

Qu'il est drôle.

Don Lo

"Seulement moi je ne suis pas là pour pérorer dans de vagues exercices de styles contrairement à certains autres ouanabis qui désespérés de l'être pensent trouver un public sur cette plateforme."

Bibi bouffi, tu n'es manifestement pas là non plus pour faire la pub de ton école.

Et si tu étais là, comme nous tous, pour te montrer un peu, perdre ton temps et remplir le vide par du vide ?

Marco du Sud

Je propose à Wrath le post suivant: "La rue d'Ulm, deconstruction d'un mythe". Mon Dieu, mon cher Bibi (pseudo riche en signifié...)normale sup en serait donc à former l'âne suffisant que vous semblez être...? Je suppose que vos lignes nous sont accessibles en quelque endroit du net ? Pourriez vous nous signaler la situation de leur écrin afin que nous allions y puiser le même ébahissement que vos enseignant devant votre juvénile talent, votre plume musclée?

Héloïse S.

Aaaaaaah, BIBI ! On a trouvé l’Internaute du Mois !

Citation n°1 :

« Je connais bien la littérature et de l’avis de certains de mes professeurs, ma plume est bien comme il faut ».

(Tremblez lecteurs de ce blog, Dieu vient de descendre parmi vous : quelqu’un qui connaît bien la littérature vous lit, vous juge, et même quelqu’un dont la plume est bien comme il faut SELON DES PROFESSEURS, ce qu’il n’y a pas à discutailler, s’abaisse jusqu’à vous, il vous écrit mais TENEZ VOUS LE POUR DIT, IL N’EST PAS DES VÔTRES : IL EST MEILLEUR, IL NE FAIT QUE PASSER, IL SECOUERA SON ENCENSOIR ET HOP, IL RETOURNERA D’Où IL VIENT, lieu inacessible à vous autres profanes, homoncules : misérables wannabes….)

Je m’en remets à la Citation n°2 :

« Seulement moi je ne suis pas là pour pérorer dans de vagues exercices de style, contrairement à certains autres ouanabis qui désespérés de l’être pensent trouver un public sur cette plate-forme. »

Primo : Il y a là comme un paradoxe.
Plusieurs même.

Péroraison A L’ÉTAT PUR ! Magnifique !

Secundo : un DIAMANT : « ouanabis déséspérés de l’être)

Ouanabis, wannabes, vouloir-être, si je ne m’abuse.
J’adorerais que vous m’expliquiez dans ce français si maîtrisé de quelle manière quelqu’un qui veut être (donc n’est pas), pourrait être désespéré d’être.

-Contrairement à certains autres non-étants désireux d’être et désespérés de l’être. –

Je ne suis pas, je veux être, mais je suis désespéré de l’être je suis désespéré d’être ce qui n’est pas : comment puis-je être désespéré si je ne suis pas : être désespéré d’être ce qui n’est pas. Etre désespéré de ne pas être. Mais je suis pas !!! je ne suis pas !!!
Je vous ai perdu, vous m’avez noyée.

Tertio : Qu’est-ce que c’est que ce tutoiement déplaisant ? Avez vous déjà gardé les cochons avec votre interlocuteur ?

Et puis : « schème », un « schème », voilà qui sent fleure bon la rue d’ULM. INDEED. Nous plébéiens, ignorants, employons le galvaudé « schéma », mais vous, il vous faut des schèmes : une fine bouche, un Des Esseintes.

Enfin, sachez que vos sorties sur la vue basse des personnes âgées m’a beaucoup blessée dans ma très chère grand-mère qui, atteinte d’un glaucome depuis 1998 ne peut plus s’adonner à ces mots croisés qui la passionnaient tant. Ah je me souviens de ma chère Bonne-Maman, nous la croyions endormie sur son fauteuil, quand soudain, levant crayon et menton d’un geste indicible, elle s’écriait : « ONANISME » !

Je décèle également dans votre post- pamphlet ? discours ? une obsession remarquable de l’âge des personnes. Par deux fois, vous renvoyez Mr Martini à son âge. D’où vous vient cette obsession, cette manie ? Tout nous intéresse, quand il s’agit de vous.

Et enfin, oui, scannez nous donc votre carte d’étudiant. Elle comporte une photo, je présume. Nous a-do-re-ri-ons connaître votre doux visage, nul doute qu’il est aussi harmonieux et serein que votre prose. (Dans ce monde de laideur, tous instant de grâce est le bienvenu.)

Héloïse S.

PS: Bibi, puisque Bibi il y a, n'est pas plus normalien que je ne suis le souverain pontife.
Un reliquat de respect et de gratitude envers cette institution qui forma nombre d'écrivains que j'admire et de parents que j'affectionne, me pousse à lâcher ce scoop.
La rhétorique de Bibi passe à peine le brevet des collèges. (Euh...T'as quel âge d'abord?...Et euh, d'abord, moi je suis pas là pour pérorer ok?
Hahaha, ouais parce qu'à ton âge, on a des problèmes de vue..pfffffttttt hihihi, t'as vu comme je l'ai cassé!"

Sans parler de "Envoie-moi tes réponses dans un prochain message!" qui rappelle étrangement le style d'une publicité SFR.
"Avec SFR illimité, envoie des SMS à tous tes amis!"

Bibi a treize ans et demi, et nous ne sommes pas très fair-play de nous acharner ainsi sur un pré-adolescent. Alors pardon BIBI, tu as pris pour ta génération, aujourdh'ui, mais nous autres adultes, avons beaucoup de soucis, d'angoisses, de problèmes de santé (la vue par exemple), nous sommes un peu à fleur de peau, tu verrras dans quinze ans.

Bertrand

Sinon ce qui est bien c'est du livre au blog comme font certains. les lecteurs peuvent signer le livre d'or

Chloe

On attend toujours un sujet "Déconstruction du mythe du manuscrit par la poste et publié".! Wrath a reçu des témoignages à plusieurs reprises et n'a jamais souhaité développé le sujet . preuve qu'elle ne croit pas à ce qu'elle affirme, constate que cela existe mais préférer passer ceci sous silence...bizarre

bibi

@ Tous les aigris :

1) La jalousie est un vilain défaut.

2) Comme il est facile de vous faire enrager ! Et comme votre bêtise est étendue (ma vue porte loin et je n'en vois pas le bout)! En écrivant le message je me suis dit "bêtes comme ils sont ils vont mordre à l'hameçon et redoubler de haine à mon égard". Ca m'amuse assez de voir que l'effet escompté a bien eut lieu.


@Heloise S. : "Vouloir être" d'accord mais vouloir être quoi ? Ce franglicisme, renvoie en réalité à un STATUT d'auteur en devenir, statut peut enviable et peut envié et la signification originale du mot (qui n'est pas à traduire littéralement comme vous le faites) ainsi que sa nature grammaticale s'en trouvent modifiées (il s'agit en réalité d'un changement de lemme). On peut donc être logiquement désespéré de n'être qu'un wanabee (c'est l'état de transition induit, la passe incertaine qu'il empreinte qui sont suggérés, voyez-vous?).
Votre démonstration aléatoire est sans assise et pleine de truisme.

Nicole

Eh bien, au moins, on aura eu notre tranche de franche rigolade grâce à Bibi qui a provoqué deux commentaires hauts en couleur d'Héloïse S.

@chloé: oui c'est vrai, Wrathy ne parle JAMAIS des quelques cas de gens publiés par la Poste. A sa décharge, à part Georges Flipo et Jaenada, tous les autres "écrivains assurant croix de bois, croix de fer...que la Poste a été leur sésame" intervenant ici, le font sous pseudo...Le wannabe est comme Saint-Thomas: il veut voire pour croire:-D
Pour ma part, depuis que je fréquente les blogs littéraires, c'est à dire depuis 2006, je n'ai connu que deux cas d'auteur publié par la Poste. Le premier n'était pas un "vrai de vrai" débutant: la revue Décapage avait publié quelques mois auparavant deux de ses nouvelles et il m'a confié que cela avait pesé dans la balance. la deuxième est Zoé Shepard dont je parle plus haut.

LysNoir

Si Bibi est à Normale Sup avec une telle orthographe, Anelka y est aussi. Avec toute l'équipe de France.

Héloïse S.

@ Bibi.

NA!

Don Lo

Chère Nicole,

le fait de commenter sous pseudo n'est pas une façon de se cacher, si l'on publie aussi des livres sous ce pseudo (Don lorenjy).

J'ai été publié après avoir envoyé un manuscrit par la Poste : les grandes maisons l'ont assez logiquement refusé (il y avait trop de travail dessus) et une petite maison l'a publié, après avoir investi le temps nécessaire pour que ce soit publiable selon ses propres critères.
Et, pour voir si c'était un hasard ou un coup de chance, j'ai envoyé un autre manuscrit sous un autre nom (le mien cette fois, soit une permutation de mon pseudo, ceux que ça intéressent trouveront) à d'autres maisons.
Il a de nouveau été refusé par les plus grandes, mais lu et assorti de propositions d'appui (oui, on peut dire piston) vers des éditeurs de taille moyenne et finalement publié.

Le mythe du manuscrit arrivé par la Poste est bien un mythe en regard de la fraction publiée, mais il repose aussi sur une certaine réalité... très limitée. D'où l'intérêt de conseiller aux wannabes - dont l'unique objectif serait d'être publié - de commencer par se poser la question : qu'est-ce que je peux écrire de publiable ?
Cet obstacle commercial levé, il leur sera toujours loisible de proposer à leur éditeur de l'art ou de la littérature novatrice ensuite.

Les purs artistes ne se posent pas cette question, font ce qu'ils doivent ou peuvent, ne s'occupent même pas des réponses quand ils envoient un manuscrit par la Poste ou par pigeon voyageur, et leur éventuelle publication n'a rien à voir avec la qualité de leur travail. Le nombre de lecteurs potentiel non plus, ce qui explique la frilosité des éditeurs à leur endroit.

Alexia

Lise-Marie, vous avez été contactée par deux éditeurs, à ma connaissance. Léo Scheer et Gilles Cohen-Solal, qui malgré l’espoir d’exploiter votre prétendue niche de lecteurs, ont renoncé à publier votre manuscrit. Est-ce à dire que vous n’avez ni talent ni lecteurs? Les blogueurs se font éditer, non pas comme vous le prétendez «grâce à leur blog», mais en raison soit de leur talent, soit d’un lectorat conséquent qui se manifestent au travers de leur blog, soit pour ces deux raisons réunies. Et pensez un peu mieux! Si quelque chose ne vous arrive pas à vous, cela n’empêche pas que la chose arrive à d’autres. Ce n’est pas un argument: votre personne. «Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé»; et pire! Cela se retourne contre vous: on peut dire que vous n’avez ni le talent, ni le nombre de lecteurs susceptibles d’intéressés le moindre éditeur. Personne n’a envie d’engagé de l’argent pour publier votre prose, à l’évidence. Alors vous pouvez toujours imaginer que si vous étiez la fille du Pape (ce qui est difficile, ma foi!) alors dans ce cas les éditeurs seraient à vos genoux, et à vous richesse et célébrité. Ça fait du bien de passer beaucoup de pommade imaginaire sur ses blessures narcissiques! Je vous comprends. Il vous reste l’autoédition. Mais comme seule l’étiquette de l’éditeur vous intéresse (pour la gloire et la célébrité)?— vous n’avez que faire de partager votre univers littéraire avec des lecteurs, vous en resterez là, à vos jérémiades impuissantes.

Nicole

@Don Lo
"Les purs artistes": mon dieu... vous vous adressez à moi en tant que "pur artiste" Sous-entendu; je suis quoi moi, une merde d'artiste obsédée uniquement par la publication et pour qui écrire c'est comme faire du tricot ? Décidément, quelle prétention. Mais au nom de quoi et de qui prétendez-vous être un artiste et qui plus est doté de pureté intellectuelle????

Dernier point: vous n'aimez visiblement guère Wrath et ne venez ici que pour la contredire ou donner des leçons de morales. votre place il me semble, serait nettement plus logique et utile chez léo scheer, qui vous a publié dans sa revue et qui manque cruellement de commentateurs ces temps ci. Mais je comprends que c'est plus distrayant de venir ici faire la mouche du coche que d'intervenir sur un blog où il ne se passe absolument plus rien...

poil2plume

Alexia : voilà qui est balancé et clair. Wrath ne songe nullement à cultiver un talent quel qu'il soit, c'est trop dur et on la comprend. C'est bien plus facile et rigolo de taper sur les éditeurs, les auteurs à succès, les jolies filles qui publient et autres minets qui hantent la jet-set. Donc, la conclusion wrathienne tombe tel un couperet de guillotine : inutile de créer un blog, inutile d'envoyer un manuscrit par la poste, bref inutile d'écrire puisque Sainte Lise-Marie a décrété du haut de sa chaire que c'était de la fumisterie. Et les nombreux témoignages qui prouvent le contraire sont nuls et non avenus.
Tenez, il y a Anna Sam et ses Tribulations d'une caissière. Les éditions Stock n'ont pas hésité à la publier. Le bouquin est sans prétention mais il analyse assez finement le regard d'une hôtesse de caisse face à la marée noire de clients plus ou moins ubuesques. L'éditeur a fait un bon choix. Des tas de gens ont envie de savoir comment ça se passe dans la tête d'une caissière qui voit défiler un catalogue de caractères dignes d'un La Bruyère...

novi

Un blog où il ne se passe plus rien,dixit Nicole en colère après Ivan.

C'est bien la problématique des blogs en général ; il faut l'animer, ce monstre ; l'alimenter sans cesse et avec de la qualité s'il vous plait, sous peine d'être envahi par les trolls ; créer sans cesse le buzz mais sans tomber dans la vulgarité. Et puis, on se retrouve un jour avec une tronche de gourou devant gérer sa secte,son microcosme.

je ne sais point si c'est, au fond,très compatible avec la fonction d'écrivain, si la création n'en pâtit pas. Il y a une forme de piège là dessous.Comme ici bas, ce charmant bistrot du commerce, pas trop mal fréquenté si l'on considère ces échanges entre des gens infréquentables à la base. Certes la patronne, notre Wrathie, nous sert à boire sans compter l'ivresse possible,mais au fond au delà de savoir si la bière est bonne : on discute bouquins, éditions,publications, et ce dans un monde éditorial où ce genre d'échange ne se pratique guère. N'est-ce pas là une forme de succès. Allez dans 20 piges ,on parlera de nous comme on évoque les surréalistes. On aura pour quelques uns d'entre nous, écrits une bonne vingtaine de bouquins ; on s'arrachera certains en tant que collector ; Wrathie fera des émissions de téloche où elle décrira l'ambiance à l'intention des morveux des Fac de lettres. Et puis une nouvelle vague arrivera et nous traitera de vieux cons,considérant qu'il serait temps que nous laissions nos places à de nouveaux talents.

ET les éditeurs dans toute cette histoire ? Bah, on se souviendra que ce n'était pas grand chose ; ils ne payaient jamais leur tournée, faut dire, ces cons...

Varg

« on discute bouquins, éditions,publications, et ce dans un monde éditorial où ce genre d'échange ne se pratique guère. N'est-ce pas là une forme de succès.»

« Allez dans 20 piges ,on parlera de nous comme on évoque les surréalistes. »

« On aura pour quelques uns d'entre nous, écrits une bonne vingtaine de bouquins ; on s'arrachera certains en tant que collector »

novi, sincèrement, indiquez-nous le nom de votre fournisseur parce que ça a l'air d'être de la bonne...


Nicole

@Novi
vous dites avec plus de virulence ce que je pense souvent: beaucoup viennent ici en se pinçant le nez,mais ils viennent tout de même; le blog de wrath est toujours aussi fréquenté, elle parvient à régulièrement attirer de nouveaux chalands, sans le vouloir, c'est cela qui est le plus étonnant...il y a même des pointures qui daignent intervenir:genre Pierre Jourde, cela dit sans ironie; je ne suis pas aussi pure et dure que lui en littérature, le trouve parfois un peu trop élitiste, mais il a beaucoup de talent et d'intelligence, et c'est toujours intéressant quand quelqu'un qui connait le milieu intervient..les gens lisent ce blog, parce qu'en dépit des outrances et des énormités parfois écrites par Wrathy, il s'y passe toujours quelque chose: comme dans la vieille pub pour les galeries Lafayette:-D

r1

Nicole, nous venons par l'odeur du sang alléchés. C'est la comédie humaine qui se joue ici, avec ses humiliations, ses ego, ses trahisons, ses vanités, ses éclats et ses amitiés (et souvent aussi de la bonne rigolade, avouons-le). Et c'est comme la télé-réalité (mais nous sommes des gens cultivés, nous...), il y a parfois des gueules connues, yipee yeah, donc l'espoir d'un quart d'heure de gloire. LMJ, en fait, c'est comme Benjamin Castaldi ou Nikos : tout le monde s'en moque mais en audience, ça cartonne !
Bon, certains viennent aussi ici pour générer du trafic sur leurs blogs, mais ça faut pas le dire, c'est secret...

Nicole

@r1: oui il ne faut pas le dire, que ce blog est une super locomotive, ça contrarierait certains grincheux^^

Varg

Il serait d'ailleurs intéressant que Lise-Marie coupe pendant un temps les possibilités de commenter ses billets. Cela lui permettrait de mesurer plus finement l'exacte audience de sa pensée — puisque l'on ne viendrait plus que pour elle, ses mots, sa monomanie — et peut-être la nécessité de travailler la matière de ses billets pour espérer conserver, alors, un niveau d'audience équivalent.

Une fois ceci fait, le retour au régime des commentaires sans lien extérieur débarrasseraient ceux-ci de nombreuses tentations d'autopub*. Ce blog aurait une autre gueule !

* novi serait exempté car l'autopub chez lui relève d'ube mutation génétique...

novi

Vous confondez, cher Varg,la notion de compétition, la revendication de la libre concurrence, pour tout dire l'égalité des chances..., avec la bête auto promotion commerciale.

En tant que primo auteur, j'ai plus provoqué, pour pas dire chercher saine querelle aux auteurs estampillés, à l"édition industrielle,que véritablement promotionné mon livre, car si cela avait été le cas et vous le savez fort bien avec des exemples de gens tel Miss Paladini qui aura su vous convaincre de la chroniquer..., que ma démarche a plus contribué à m'exclure, à obtenir la sainte excommunication - bref le contraire de ce que l'on recherche avec une promotion purement commerciale d'ordinaire.

Je me suis ainsi -mais c'était le but recherché- grillé chez les éditeurs estampillés, fait beaucoup d'ennemis chez les auteurs de polar, détesté de tout ce petit monde de valets qui grenouillent autour, et réussi à concentrer un petit lectorat ( plus quelques vrais amis) que j'ose appeler de qualité.

Ce genre d'autopub, je la revendique...

En fait, vous proposez à Wrath de changer le partage de la discussion, le débat, le consensus, pour de l'auto promotion à sens unique. Z'etes quand même un petit vicelard dans votre genre...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats