Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« A quoi sert un diplôme de creative writing? | Accueil | Rentrée littéraire: toujours les mêmes! »

21 août 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ce n'est pas pour être pessimiste …

Mais :

http://refusdediteurs.webs.com/

Mettez vos nom et adresse dans les cartouches gris, vous avez des réponses personnalisées qui vous font faire l'économie des frais d'envoi.

PhA

Il y a la question "A qui ?", bien sûr (et là on n'est jamais mieux servi que par ses lectures à condition qu'elles soient curieuses) ; il y a aussi la question "Quand ?" Quand, par rapport à la saison, mais aussi par rapport à l'histoire de la maison, qui peut être en période de recherche parce qu'elle est toute récente, ou parce qu'elle change un peu sa ligne, ou parce que, tiens, ce serait bien d'avoir un premier roman de plus pour la rentrée (ça c'est pour les gros) donc on va y regarder de plus près que d'habitude ; il y a aussi des maisons qui sont en fin de vie, si on arrive à le savoir c'est une économie ; et d'autres dont le programme éditorial est bouclé jusqu'au printemps 2012 au moins...
Bon courage. (Tout le monde en effet n'a pas la chance de n'avoir "strictement aucune chance" - dans la mesure où être publié dans une grosse maison est une chance plus grande que dans une autre - mais c'est un autre débat.)

Du Belvédère

Ne croyez pas ce que disent les recalés du système : qu'est-ce qu'ils y connaissent, s'ils n'ont jamais été publiés nulle part ?
N'allez pas vous fourvoyer chez de minuscules éditeurs, si vous voulez éviter une carrière à la Novi. Visez d'abord ceux qui ont un attaché de presse, ceux qui sont au moins référencés à la Fnac, ne serait-ce qu'avec quelques ouvrages, ne serait-ce qu'au quartier "petits éditeurs". Les grosses maisons peuvent aussi vous publier, mais mieux vaut alors avoir identifié le directeur littéraire le plus ouvert à votre genre de littérature. Ce n'est pas toujours aisé.
Le piston peut aider, s'il est porteur de futures ventes, s'il relaie une caisse de résonance médiatique. Mais il n'est nullement indispensable, contrairement à la légende.
Envoyez votre manuscrit propre et complet si vous voulez vous donner toutes vos chances : respectez les usages du milieu où vous voulez entrer.
L'idéal, c'est d'avoir un bon manuscrit. Et de l'envoyer par la poste au bon moment (Ph. A a raison, il sait de quoi il parle).

PhJ.

Rien ne change, c'est bon. Un peu comme Du Belvédère, ci-dessus, je pense qu'il faut prendre très exactement le contre-pied de tout ce que préconise Wrath. (Dont le but, au cas où certains ne l'auraient pas compris, est que personne ici ne soit édité – sinon, comment expliquerait-elle son échec ?)
1. Envoyez votre manuscrit avant tout aux "grosses maisons". (Je connais des tripotées de wannabes "hors-milieu" qui ont été publiés dans des grosses maisons.)
2. N'envoyez pas de mail aux éditeurs, petits ou grands, avant votre manuscrit. Ils n'auront, petits ou grands, qu'une réaction : "Oh non, pitié, encore un boulet." Ils ne peuvent évidemment rien vous promettre ni même vous laisser espérer avant d'avoir lu ce que vous écrivez.
3. Envoyez votre manuscrit entier. Si vous attendez d'y être "encouragé par un éditeur", les poules feront une razzia sur les brosses à dents avant que vous n'ayez acheté les timbres.

novi

Novi s'en fout, et tous les gogos qui rêvent de la pseudo gloire de ces auteurs éphémères dont la durée de vie sur un rayon de Fnac n'excède guère celle des papillons..., le font sourire, ou soupirer de mépris selon l'humeur du jour.

Les livres de Novi vivent une vraie vie loin des paillettes et des faux semblants de cet univers grotesque de l'édition, et vu la teneur des dits ouvrages : c'est très bien comme ça...

Novi peut voyager incognito,rencontrer des gens clandestinement, être au cœur de l'action lorsque c'est nécessaire, et tout cela n'a pas de prix à une époque où tous se vend, y compris la connerie humaine.

Novi a perdu ( suite a des drames humains) deux éditrices en deux ans et il estime que c'est une bonne expérience lorsqu'il s'agit de relativiser ce petit monde pitoyable de l'édition.De surcroit,pas plus aujourd'hui qu'hier, Novi n'a décidément aucune envie de serrer la main de l'un de ces charlots qui servent de larbins à l'édition industrielle et qu'on nomment directeurs de collection ( autant traiter directement avec leurs donneurs d'ordres si le cas était).

Finalement, Novi a envie que ses livres murissent tranquillement comme le bon vin, et ce à l'abri de la compromission,de la médiocrité, et pour tout dire de l'ennui profond de la production actuelle. Et puis mon Belvedére, soyons odieusement capitaliste : Ils étaient où vos princes de l'édition cet été, pendant que Novi se prélassait à Cancun en lissant sa carte Platinium ? A la Tranche-sur -mer ? Comme vous dites si bien, il s'agit avant tout d'un choix de carrière, n'est-ce pas...

PhA

Un petit bémol tout de même à votre n°1, PhJ : ne privilégiez les gros éditeurs que si le texte est assez "facile" à publier ; la prise de risques, ce n'est pas vraiment leur spécialité. (Un conseil à ranger la rubrique faites-comme-je-dis-mais-pas-comme-j'ai-fait.)

coucou

Des chercheurs ont montré que 10 ans de travail étaient necessaire avant de produire quelque de correct(quel que soit le domaine-la littérature, la peinture, la recherche scintifique...)
Si l'on ne se préoccupe que du but à atteindre(par exemple se faire éditer chez un grand éditeur), en rejettant tout échec, on risque beaucoup de nuits blanches.
Si on considère que le chemin est aussi important que le but, si l'on aime écrire, si l'on considère que l'échec fait parti de la vie, on avancera certainement.
Bien évidemment, ces remarques ne concernent pas les fils ou filles de.

Clément

Cela peut correspondre a une histoire pour les editions Michalon qui m a publié

Diarée lugubre

g envi de lacher une grosse chiasse lugubre et gelatineuse, je ne sais trop pourquoi, mais un gros caca pateux bien homogene dans vos faces me fairait le plus grand bien

La gastroenterite m'inspire

Diarée lugubre

VOUS ROMANCIER OU ARTSIQUE ECRIVAIN OU LES DEUX NE PENSEZ PAS A LA PUBLICATION MAIS A LA DEFECATION

ECRIT SANS BUT PRECIS ET TES IDEES SERINT LIBRE COMME UN PEUPLE APRES LA MORT D1 DICTATEUR!

Effets secoondaires des refus de manuscrits

Au sujet de Diarrhée lugubre
Eh voilà. À force de voir leurs manuscrits systématiquement refusés depuis des décennies, il y en a qui pètent les plombs …

diarée macabre

caca prout!

diarée macabre

g jamais envoyé de manuscrit lol
chui pas conne à c'point!!!!!!!!!!!!

:)


fo jamais publier ces ecrits ça sert à rien bandes de looser, c'est pour ça que vous etes là,à vous glander! moi chui tombé sur ce site par hasard! et franchement vous me faites tiép!!!

vs etes là a pleurnicher comme des tapineuses qui souffre de douleur anal!!!
:))

WRATH T OU PETITE BOURGEOISE QUA RIEN A RACONTER

CACA PRUUUUUUT

Brune

Bon, ben, non, rien à raconter ici... Lassante cette Wrath, incapable de répondre aux commentateurs qui la font exister... Science pipoteuse en chef...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats