Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Le Prix de Flore vu par Thomas Clément | Accueil | Les “auteurs Grasset” se serrent les coudes »

15 novembre 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maginhard

« Le Prix Goncourt vous empêche à jamais d'être aimé, comme il faut, par ces inconnus admirables de qui l'on veut être aimé. »
(Alain-Fournier, Lettre à René Bichet, 2 novembre 1912, dans : Alain-Fournier, "Lettres au petit B.", Émile-Paul Frères, Paris, 1936, page 183.)

numero1

Houellbek, Goncourt, pfouu...
A part ça ? C'est les vendanges tardives aussi à Vancouver ?

pff

Ouelbec admirable de cohérence, comme on peut le voir ici
http://www.lepost.fr/article/2010/11/09/2298673_prix-goncourt-quand-michel-houellebecq-expliquait-qu-il-etait-achete.html

novi

Voila le résultat de la médiatisation pour un écrivain...

Devoir faire le bouffon à la téloche,raconter des conneries, faire allégeance au système en quelque sorte.

Vous imaginez Houellebecq débarquant bourré sur un plateau, disant qu'il con-chie Sarko, que les prix littéraires,c'est de la merde, et s'en serait fini de sa carrière d'écrivain national.

Pis bon faut comprendre, il est pas américain, il peut pas prétendre ne pas parler français et faire le chien comme le bouffon d'outre atlantique, la coqueluche des bobos franchouillards : Ellroy.

Iris

Non. En revanche nous relirons Rester vivant et cette épigraphe de Jules Renard en tête du chapitre "Survivre" : "Le métier des lettres est tout de même le seul où on puisse sans ridicule ne pas gagner d'argent." Arf.

coucou

Peut-être que l'écrivain "lisible"(tout comme le peintre très classique)sait que son livre (ou sa toile)trouvera preneur mais n'aura rien de plus...
Et peut-être qu'un écrivain "moins lisible"( tout comme le plasticien moderne) sait que son livre se vendra peu mais qu'il sera plus libre d'inventer... et d'obtenir un prix.
Personne n'impose d'écrire du "lisible" ou de "l'illisible"; c'est à chacun à faire appel à sa sensibilité.
Et enfin, selon moi, un artiste ou un écrivain doit s'intéresser plus au chemin qu'il parcourt qu'à l'arrivée proprement dite( bouquin lisible, pas lisible, prix, argent...)

numero1

Tiens j'ai l'impression d'un ras le bol, depuis quelques temps. Et ce n'est pas le seul blog concerné... Et si l'édition, la littérature, piquaient simplement du nez ? Ce n'est pas ça le vrai nouveau sujet ?

Pirloui

*Yaaawwwwn*

Qu'est-ce qu'on se fait chier ici.

novi

""Et si l'édition, la littérature, piquaient simplement du nez ? Ce n'est pas ça le vrai nouveau sujet ? ""

Y a de ça...

Francois Martini

Les seniors, qui n'ont que quelques années de plus que Houellebecq ont, en général, déjà acheté son roman.

Ah, Lise-Marie et l'art de dire des bêtises…

novi

Les seniors ? Les vieux quoi..., non seulement ils ont élu Sarko, mais en plus,ils se cultivent avec du Houellebecq, d'où la déclaration d'allégeance du dit auteur envers le prince.

Francois Martini

En France, on est senior à cinquante ans. En Allemagne à 67.

Jan

Les vieux ont élu Sarko
Les vieux lisent Houellebecq
Donc Houellebecq loue Sarko

Ah Novi, avec toi, le temps ne fait rien à l'affaire...

novi

""Les vieux ont élu Sarko
Les vieux lisent Houellebecq
Donc Houellebecq loue Sarko

Ah Novi, avec toi, le temps ne fait rien à l'affaire..."""

Le temps ne fait souvent que conforter ce que l'on savait déjà.

grand mère cul

Oui je suis assez d'accord avec François, le dernier Goncourt tout le monde l'a déjà acheté cette année, surtout les aînés. Noël devrait par ailleurs être l'occasion d'acheter des livres d'art, que l'on ne peut pas s'offrir habituellement ou des livres de cuisine! J'avais une arrière grand-mère qui lisait 7 livres par semaine, tous les dimanches nous devions lui apporter 7 pavés. A 94 ans, elle pouvait se souvenir de chaque chapitre et même de la page qu'elle citait. Elle appréciait les livres érotiques plus particulièrement, les trucs bien relevés, bien trash. Le concept d'aînés, tout un programme. Le beau livre d'art érotique pour les grands-mères, à trouver cette année...

cecyl

Wrath (la colère) est la véritable identité de King Bradley, le chef d'Amestris. Il est une expérience réussie de Father, qui a mêlé une pierre philosophale au sang d'un humain normal. Ayant été humain, Wrath peut vieillir, c'est le seul homonculus dans ce cas. Il a "l'œil ultime", un Ouroboros à la place de la pupille de l'œil gauche, qu'il garde généralement caché sous un bandeau (on le croit d'abord borgne). Cet œil lui permet de voir à l'avance les mouvements de ses adversaires, une aide précieuse pour un épéiste hors pair.
Il est pratiquement achevé par Scar à la suite d'une série de batailles après l'ouverture de la porte de vérité le jour promis. Il s'est battu jusqu'à l'extrême limite, et Ran Fan récupère ce qu'il reste de sa pierre philosophale

Hi !

Que la littérature repose en paix ?

kohnlili

Ben pour moi, c'est ma femme qui l'a volé, le Houellebecque. Et j'adore cet auteur. L'ennui, c'est qu'on le dit "assagi". C'est fou les arguments crétins qu'on peut entendre...

novi

18 commentaires seulement sur Houellebecq, que voila un auteur qui déclenche les passions.CQFD.

Plus intéressantes ces quelques réflexions de fond sur le systèmehttp://bibliobs.nouvelobs.com/20101119/22515/sacrer-le-couple-houellebecq-despentes-cest-dramatique

Allez les libraires, allez les chroniqueurs corrompus, faut vous bouger le cul si voulez encore toucher l'argent de la corruption...

Michel

J'aime bien l'attitude de MH sur la photo, il doit penser : "bon, maintenant que tout est foutu, on fait quoi ?". Comme dit plus haut, on sent une fatigue générale, c'est le moins qu'on puisse dire.

PhJ.

Ouais, bon, en même temps, Nabe crève de jalousie, c'est tout.
Quant à Houellebecq, pas sûr qu'il se dise "tout est foutu". Au contraire.

Francois Martini

C'est évident. Nabe a raté sa carrière et Houellebecq est plutôt en train de se dire : faut tenir encore un mois jusqu'à Noël, puis c'est les grandes vacances !

numero1

MH se dit en effet "tout est foutu"... mais pour VOUS, pas pour moi. Moi j'ai eu le Goncourt, je le méritais bien (depuis le temps), et vous, la littérature – ce qu'il en reste –, le monde de l'édition, eh ben c'est la cata, ça part en couille, j'aimerais pas être à votre place les petits...

Francois Martini

C'est que Houellebecq n'a jamais considéré l'écriture et la publication comme un passe-temps pouvant déboucher sur une publication. Il a étudié la question, créé ses réseaux, s'est infiltré, a tissé sa toile, participé à un mouvement (Perpendiculaire) qu'il a su utiliser comme un levier, et a produit une littérature très professionnelle, correspondant à un créneau commercial disponible, et s'est imposé à force de travail littéraire et médiatique.

C'est très loin des préoccupations des intervenants de ce blog (moi y compris).

numero1

C'est vrai, il avait un plan, comme un architecte. D'ailleurs "son" Goncourt il l'avait clairement prévu pour 2005 (grosse déception perso, dépression hivernale, film raté, etc.). On peut dire qu'il a pris un retard de 5 ans par rapport à ses prévisions. Mais là c'est fait – en attendant le Prix Nobel de littérature, bien sûr, ultime consécration.
Un scientifique rigoureux et malin : voilà ce qu'il faut être aujourd'hui pour casser la baraque. En somme une sorte d'androïde aux rouages bien huilés. De là à dire que ce sont eux qui resteront dans l'Histoire, c'est une tout autre question.

numero1

J'ajoute enfin que ce qui fait le succès d'un écrivain (ou de n'importe quel artiste) est de moins en moins lié à son œuvre elle-même. Mais à tout un tas d'autres raisons extra-artistiques (réseau, entregent, construction d'un "personnage", etc.). Si MH n'avait pas été aussi diaboliquement intelligent et su si bien s'entourer, son oeuvre aurait d'ores et déjà gagné les abysses avec la sûreté d'un batyscaphe, fût-elle aussi riche et pertinente en "vérités et autres observations contemporaines". Car il y a des auteurs, peu ou pas connus, qui écrivent bien mieux que lui, tout en ayant un regard aussi affuté.

AK

@Numéro 1, c'est justement ce que décrit très bien MH avec le monde de l'Art contemporain, et c'est ce que j'ai apprécié dans son dernier livre, qu'il pense aussi à mêler la chance dans le trajet de l'artiste, un faisceau d'événements qui tout à coup suscite l'événement médiatique. La rencontre avec la plus belle russe de Paris, la carte Michelin, l'attachée de presse, etc. etc.

numero1

AK,
Tout à fait. Bien que son dernier livre ne soit pas le plus réussi, il y est montré combien un artiste, sans le "périphérique" nécessaire, n'est rien, n'existe pas. Il a un peu poussé le cliché à mon avis (la "plus belle russe" de Paris, l'idée ringarde et éculée, faussement poétique, des cartes photographiées (mais attention, avec l'appui du puissant Michelin...), l'attachée de presse "la meilleure de Paris", etc. A en être invraisemblable. Mais c'était juste pour que Madame-Tout-le-Monde comprenne bien (il fallait une démonstration scientifique mais de niveau CP). MH est un malin – je le répète – jusqu'à prévoir qu'il serait de bon ton de parler en bien des entreprises françaises et des bonnes vieilles traditions. Tout cela a fait beaucoup rire (sous cape) les intellectuels, mais Madame Tout-le-Monde, elle, a plongé. C'est bien entendu son roman le plus populaire à ce titre.

numero1

Encore que Madame-tout-le-Monde ne sache bien évidemment pas qui sont Jeff Koons et Damien Hirst. Mais comme elle aime apprendre elle ira sur Wikipédia (pour bien comprendre ce roman usiné pour gagner).

AK

@numéro 1 Je me considère à bien des égards comme Miss Tout le monde mais je sais malgré tout que principales acheteuses mondiales dans l'Art contemporain sont les filles et maîtresses des oligarques russes, ce qui explique d'ailleurs pour beaucoup la médiocrité et le malaise dans l'art en ce moment. Donc la jolie russe avait malgré tout sa place. J'ai trouvé cela au contraire, subtil et très juste, mais je ne suis pas une grande intellectuelle, il est vrai.

numero1

AK,
Vous savez, les intellectuels c'est à peine un dix millième de la population française ; ce n'est donc pas sur eux que compte MH pour orner les bibliothèques Ikea du Pas-de-Calais aux Pyrénées. Ils ont juste été importants (enfin certains d'entre eux) pour sa stratégie, ils ont donné l'impulsion, le crédit. Stratégie étudiée pour "ratisser large" évidemment. Et emporter le Goncourt haut la main.
Ce que vous dites sur les Russes est juste, donc OK pour la présence de la blonde platine dans le roman. C'était vraiment le minimum, un cliché obligatoire. Mais pour le reste... MH a même joué du "serial killer" au meurtre "atroce", afin que les lecteurs de Harris ou Ellroy s'y retrouvent (ils ont été déçus ceux-là par contre, houla !...). Bref, "La Carte et le territoire" est quand même un des romans les plus préfabriqués que j'aie jamais lus. Mais il m'a fait parfois sourire, c'est déjà ça. On l'oubliera vite, cela dit (contrairement aux Particules élémentaires, notamment).

Francois Martini

AK et Numéro1, je ne peux que dire que je suis bien d'accord avec vous.

novi

"""Bref, "La Carte et le territoire" est quand même un des romans les plus préfabriqués que j'aie jamais lus. Mais il m'a fait parfois sourire, c'est déjà ça. On l'oubliera vite, cela dit (contrairement aux Particules élémentaires, notamment)."""

Je ne peux qu'acquiescer aussi à cette cynique mais juste vision des choses.

numero1

Ah, j'oubliais. J'ai dans mes amis une personne qui se trouve être dans le giron direct de MH, et il paraîtrait que chez Flammarion ça a été le conseil de guerre pour "avoir le Goncourt à coup sûr et casser la baraque même à l'étranger", le milieu "hostile" de l'édition (sic notre hôtesse) ayant produit – cette-fois ci particulièrement – ce qu'on peu considérer comme le summum du lobbying et de la préparation en amont. Tout a été pesé, au milligramme près. Du choix de l'entreprise Michelin dans le corps du texte (il a longtemps été question de Dim (où l'artiste devait "photographier des entrelacs de bretelles de soutien-gorge et de bas comme des autoroutes de l'information"), puis de EDF (et son réseau hydroélectrique) ; mais Michelin a été préféré pour sa couverture territoriale et son rayonnement international), jusqu'au nom du protagoniste (dans le premier jet il s'appelait Julien (ou Jules ?) Bouleau ; mais ça a été refusé par le conseil en stratégie de MH, arguant que ça ne sonnait pas assez "artiste qui déchire" ; Jed Martin c'est tout autre chose, outre que ça fasse magnifiquement anglo-français, l'idéal marketing en somme...). En passant bien sûr par l'orchestration de la "mort de l'auteur", sublime, un must connu pour faire couler beaucoup d'encre. Très forte la Houellebecq's Team. Imbattable et parfaite. C'est qu'il faudra encore travailler dur pour le Nobel, en 2014.

Eh oui on parle bien peu du dessous des "cartes", de ce qui se trame au delà de la littérature pure... et du "territoire". On peut le comprendre.

Faites de beaux rêves.

Max

Ça a pas l'air de wrathouner bien fort...
On s'inquiète un peu...

Francois Martini

C'est un peu rude (merci, numéro 1) de tailler un costume d'ennemi public numéro un à Houellebecq, mais c'est bon à lire.

Francois Martini

@ Max : Houellebecq vient de révéler ce que tout le monde savait : il est exactement le genre d'écrivain arriviste que Lise-Marie exècre, elle doit être sous quadruple dose de Prozac.

LS

Vous vous méprenez l’ami. Jaillant n’exècre pas les arrivistes, mais le fait de n’être pas elle-même arrivée. Ce n’est pas du tout la même mentalité.

Jed M.

Non, mais franchement! Je vous le demande! Quelle grand-mère espère encore, dans le noir secret de sa libido (ressuscitée), recevoir au bord du sapin Houellebecq et son prix Goncourt? Offrir à Noël un Houellebecq, ça vous révèle tout à fait!

Ooo

C'est faux!

AD

C'est extraordinaire de lire les commentaires sur Houellebecq. Si ce que dit Numéro 1 est vrai, à savoir la préfabrication du Goncourt par la maison qui l'a reçu, on peut douter de toute production littéraire par les "grosses" maisons d'édition et de toute écriture personnelle. Il faut donc se réjouir de pouvoir publier dans une petite maison honnête qui croit encore à la littérature. Au lieu de rechercher la publication dans les grandes entreprises d'édition, battez-vous donc pour faire connaître ces précieuses petites structures qui font vivre des voix originales.

Francois Martini

Bah non. moi, je préférerais gagner directement beaucoup d'argent. mais je ne veux pas coucher avec des mecs. Problème…

wrath

Un lien interessant:
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9587

Cactus

L'argent appelle l'argent. Quand on en a, tous les moyens sont bons pour en avoir encore plus. N'empêche ce que dit numero1 est assez scoopesque. Mais pas étonnant, surtout a la lumière du lien mis par wrath.

Francois Martini

J'en ai (enfin !) lu cent pages et je le trouve marrant, ce roman.

Fessée

Petite Lise-Marie encore et toujours hautaine et à côté de la plaque. Les "seniors" que tu mentionnes à la fin de ton petit article n'attendraient donc de la littérature qu'un peu de "distraction" ? Les vieux ne recherchent que l'entertainment ?

Ma pauvre petite, ce n'est pas en méprisant ainsi une partie du lectorat que tu arriveras un jour à quoi que ce soit. Les vieux ne sont pas tous des grand-parents gagas ou radoteurs qui cherchent juste un peu de "distraction". Les vieux ne sont jamais que des jeunes usés - et tu devrais attendre d'avoir leur âge pour procéder à de telles simplifications, on te les pardonnera plus facilement.

Et ceci dit quoi qu'on pense de Houellebcq, d'ailleurs.

Francois Martini

Finalement, il m'a beaucoup plus. J'en parle ici :
http://stvvtlpdcda.blog.free.fr/index.php?post/La-Carte-et-le-Territoire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats