Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Gallimard: 1000 manuscrits en 1950, 20 000 aujourd’hui? | Accueil | “Paris je t’aime” de Myriam Thibault (16 ans) publié par Léo Scheer (63 ans) »

18 décembre 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jules de Goncourt

Et si vous n'êtes pas publiée après avoir brillamment investi vos dollars canadiens dans tous ces ouvrages, Lise-Marie, êtes-vous remboursée? Ce serait la moindre des choses, tout de même.

Ivan0vitch

Félicitation pour se post constitué uniquement de publicité.

Ivan0vitch

"ce"

Francois Martini

Ils veulent leur Marc Levy, donc.

edo

J`insulte tous ceux qui participent a ce coucours_y compris notre hote. J`ecris du pays de Galles, donc je n`ai ni accents ni cedille sur mon clavier.

Nicole

Cela donne une image totalement déplorable de Flammarion. Ont-ils donc tant de mal que cela à vendre pour en arriver à faire des concours rivalisant avec ceux de TF1 et M6 ? Ils ont décroché le Goncourt cette année, cela ne leur suffit pas ? Et quel grand écart: d'un côté on fait genre "on se la pète littéraire en obtenant le prix le plus prestigieux"; de l'autre on fait de la retape commerciale d'une vulgarité crasse. LAMENTABLE.

MrNW

J'insulte tout ceux qui viennent du pays de Galles et qui n'ont ni accents ni cédilles sur leurs claviers, y comprit le commentateur précédent.

Veuillez accuser.

salut

tiens je vous emmerderais bien moi, et déclinerais ainsi une petite romance trash!

moi

Vous n'arrêtez pas de critiquer ce ''système''...et vous voulez participer à ce concours stupide...je commence sérieusement à me demander si vous réellement conne.

MrNW

Il y a même des rumeurs qui disent qu'elle a voulu coucher pour se faire éditer. Moi je le trouve pas mal, c'est dommage que je ne sois pas éditeur. Puis bon... Ce n'était peut-être qu'une légende aussi.

novi

Mister NW,

Si la chose vous turlupine au point de vouloir vous faire éditeur pour..., venez faire un tour sur mon mur FB : il regorge de fort belles lectrices, et de surcroit, pour la plupart, intelligentes et cultivées.

Laissez le triste Varg à ses masturbations solitaires et son pendant le Rictus à ses chèvres, et devenez enfin dispensateur de la verve et du verbe à l'intention des dames ( 75% du lectorat disponible au bas mot de nos jours, pensez y !).

MrNW

Et à quel adresse peut-t-on trouver ce fameux mur auquel vous pendez vos lectrices bienveillantes ?

novi

Ah ben, mais sur Face Book bien sûr, où mon mur est public.

Et il n'y a pas que des lectrices, y rodent aussi quelques jolies et non moins sulfureuses auteures ( publiées mais que ça ne dérangent pas de fréquenter un horrible écrivaillon auto-édité dans mon genre).

Comme quoi, il n'y a bien que le ouanabie pour croire encore au prestige de l'édition.

MrNW

Le simple pseudo de Novi me suffira à vous trouver ?

Petit Rictus

"Laissez le triste Varg à ses masturbations solitaires et son pendant le Rictus à ses chèvres"

Tiens, je croyais que vous ne m'aviez pas lu.
Ultime précision : ce sont VOS chèvres, enfin, celle des légionnaires manouches qui peuplent votre prose et vos rêves.

novi

Mister NW,

Non, Novi m'attirait par trop les correspondances enflammées des belles nationalistes serbes, et je savais plus quoi faire de toute cette prose en cyrillique, sic...

Tapez Christian Gouy ( même sur Google,ça redirige).

@Rictus

Laissez tomber, c'est épuisé au même titre que mes tirages chez Lello...

Petit Rictus

Des tirages à la demande épuisés ? Comment est-ce possible ?

Petit Rictus

En tout cas, l'initiative de Flammarion n'a rien d'infamante. La couleur est annoncée (de l'eau de rose un brin acide), et le boulot demandé n'est pas considérable... Un synopsis et un début, 12500 signes, voilà la bonne façon de présenter son boulot. Allez Lise-Marie, allez-y (sous pseudo, hein, tout le monde vous connaît, y compris au sein de collections qui n'ont rien à voir avec vos tentatives ; vous aurez sans doute plus de plaisir, si vous y parvenez, à lever le voile au moment opportun).

Varg

« Des tirages à la demande épuisés ? Comment est-ce possible ?»

Dans le monde magique, tout est possible !

Va chercher bonheur...

novi

@Varg

Quand je parlais d'ignorance en matière d'auto-édition...

Quelques renseignements utiles aux primo ouanabies alors !

Un petit éditeur classique ne peut proposer de l'édition à la demande puisque contrairement aux véritables plates formes d'auto-édition qui elles sont des imprimeurs (TBE filiale d'un gros imprimeur) disposant d"un parc d'impression numérique capable d'imprimer en des temps records de un à des centaines d'exemplaires.

Les petits éditeurs tels Lello ou votre ami de la Creuse, Varg, doivent se contenter, eux, de commander de façon tout à fait classique des tirages ( minimum de 100 à 500 pour le numérique, voire plus en Offset ) chez des imprimeurs ( Copy Média leader chez les petits éditeurs), d'où le classique bon à tirer, et stock de livres inévitable, et le fatal, mais oh combien formidable tirage épuisé.

C'est en général la problématique de l'éditeur classique qui lorsqu'il n'a plus assez de trésorerie, ayant donné trop d'exemplaires aux services de presse par exemple ou trop de dépôts vente aux libraires, ne peut plus régler les factures de l'imprimeur.

En général aussi, en cas de dépôt de bilan, l'auteur ne touche rien, ayant sur ce coup, bossé gratis pour des enculés des services de presse qui refourguent les bouquins sur Ebay, et bien sûr engraissé des libraires aux trésoreries aussi déficitaires .

Comprenez mieux, cher Varg, la révolte des auteurs devant un système qui les broient ( or les idiots utiles de type Rictus pour qui l'égo suffit comme salaire) et pourquoi, il est devenu vital de sortir de ce système pourri pour passer du producteur au consommateur sans intermédiaires douteux.

Mais vous, Varg, vous êtes juste un consommateur béat, petit profiteur d'un système vous assurant de la lecture gratuite à condition que disiez du bien de quelques ouvrages, et peu vous importe les conditions de fabrication et de création de votre nourriture culturelle.

Ne croyez point cependant que je prétende à la révolutionnaire posture façon blanche colombe, puisque je vis moi même d'un commerce basé sur l'exploitation de milliers de Chinois, parfois des enfants, eux mêmes approvisionnés en matières premières tachées du sang des guerres pour s'en procurer ( les composants électroniques),et aux poumons limés par les plastiques recyclés, mais moi, je suis lucide en tant que vil importateur, acteur d'un commerce international hypocrite, et ne me réfugie point derrière un situationnisme de pacotille, vitrine factice de la culture.

Varg

Le dispositif m'assurant de la lecture gratuite s'appelle la bibliothèque publique. C'est là que je retire la plupart des livres que je lis. Je n'ai donc pas besoin de dire du bien d'un roman pour en lire, sauf si j'en ai apprécié les qualités.

Pour le reste, que vous soyez un pourri de profiteur avec une posture anti-capitaliste et un discours politique pas très en cohérence avec vos goûts de luxe ne m'avait pas échappé, mais je pensais que cela devait rester entre nous.

Merci pour les informations sur le secteur de l'auto-édition. C'était très intéressant.

novi

Je comprends tout à fait votre mauvaise humeur, cher Varg, vous ayant, et je le reconnais, un peu bousculé rudement dans vos convictions.

Néanmoins, comment faites-vous pour vous procurer des ouvrages -tels Noon Moon par exemple- en bibliothèque, alors même qu'ils sont tout justes parus ?

Vous m'épatez, d'autant qu'il me semble pour vous lire ( vos chroniques étant les moins pires, mêmes si trop influencées par vos idéologies,du net ; vos homologues pratiquant la brosse à reluire à une telle échelle,eux)de temps en temps qu'il y a une rubrique signalée comme service de presse chez vous, non ?

Et puis Varg, quelle naïveté ! Laissez donc ça à l'admirateur de Izzo et de Giesbert. Vous devriez savoir qu'un auteur doit plonger ses mains dans la merde pour pouvoir transcrire sans raconter trop de conneries sur des milieux par natures fermés au lecteur innocent. De Céline à Perez-Reverte, tous ont vécu, assisté de près, à ce qu'ils ont transcendé ensuite sur du papier.

Regardez Izzo puisqu'on en parle, tant qu'il s'agissait de nous narrer des couchers de soleil sur Marseille, de nous faire partager la trompette de Miles : ils nous a fait rêver tel le poète qu'il fut, mais pour le reste de ce qu'il a tenté maladroitement : on est mal, très mal.

Pour écrire, il faut être au cœur du système, point de possibilités autre. Regardez Kemp, s'il n'officiait point où vous savez, pensez-vous qu'il écrirait de si bons bouquins ?

Moi je veux bien vous suivre sur les traces de S King, du roman imaginaire lorsque cela s'y prête, mais malheureusement lorsqu'il s'agit de faire sentir l'odeur de la merde au lecteur : il faut l'avoir senti soi-même auparavant, point d'échappatoire.

Allez cadeau du soir pour me faire pardonner ma brutalité :

"""Jacques Lefèvre écoute plus qu’il n’écrit : Blues Nightmare, sax velouté dans la nuit, harmonica qui déchire, et la guitare du Duke pour transcender des éclairs tranchants sous le casque, de quoi s’isoler d’un monde extérieur qu’il déteste ......: le sien, celui d’Aline avachie devant la télévision. Nerveusement, il clique sur You Tube et enchaîne avec « Bright Lights Big City ». Ce soir, il voudrait se saouler de musique, au moins jusqu’au bout de la nuit, tellement il a l’impression d’avoir rencontrer le diable guettant son âme dans les recoins de son manuscrit.
Cet après midi même, il s’est promené dans les allées du cimetière avec Steiner. Il lui a semblé que le ciel bas et gris de cette morne journée, a soudain reflété bizarrement sur le marbre des tombes, donnant à l’environnement l’impression d’un film en noir et blanc. D’ailleurs même Steiner habillé des pieds à la tête de gris lui aussi, lui a paru étrange lorsqu’il a déclaré avec le plus grand sérieux du monde avoir un lingot d’or à ajouter au chapitre du jour.

La suite de ce qu’il avait à lui proposer comme récit, ne l’a pas dégrisé, bien au contraire. Au bout du cimetière, lorsqu’il a demandé s’il s’agissait d’un fait réel, celui-ci a répondu en manquant de s’étouffer d’une quinte de rire, que non, c’était juste une histoire dont il avait entendu parler et intéressante à rajouter au livre en cours. Ensuite, accompagnant Steiner jusqu’au parking, il a frôlé de peu un léger malaise, plutôt une sorte de vertige, en découvrant la nouvelle voiture de son visiteur : une Porsche cabriolet d’une couleur gris mat incroyable, coiffée d’une capote d’un gris perle étrange, même les jantes étaient grises foncées.
Sentant son trouble, Steiner lui a expliqué avec un sérieux amusé, presque condescendant, qu’il arrivait d’Italie, que c’était du dernier cri là-bas, ce film plastifié appliqué sur la carrosserie pour donner cet aspect mat et perlé impressionnant.
- Il faut noter le goût raffiné de la capote assortie. Ah ces italiens ! A-t-il gloussé. On a de nouveaux associés là-bas ; un jour, on t’emmènera, tu verras, c’est super.
Depuis quelques temps, il est passé au tutoiement avec lui ; parfois il alterne selon la conversation. Aujourd’hui, il l’a trouvé plus affable, plus guilleret que d’habitude.

Pourtant ce soir devant le clavier silencieux, il n’a pas trop le cœur à l’ouvrage. Surtout après avoir consulter un portail Internet dédié aux faits divers où s’étalait la description du braquage d’un dépôt de recyclage d’or de la région. Désormais, cette conscience de l’écrivain devant transcender entre réalité et fiction, lui parait aveuglante, mais surtout écrasante. Il arrive encore à sourire un peu en pensant à ce Bluesman, Robert Johnson, qui tira sa légende d’un pacte avec le diable, et il cherche sur la toile un morceau dénommé « Me and the Devil Blues ». Il n’écrira pas ce soir.

*******
Le soleil se lève à l'Est ( à paraitre).

Ivan0vitch

J'ai enfin saisi votre véritable nature Novi : j'avais d'abord cru que vous étiez cette nouvelle forme de vie découverte par la NASA et se nourrissant d'arsenic mais la réalité est plus triviale : vous êtes une sorte de Spam auto-édité. En lisant la dernière phrase de votre extrait ("Il n'écrira pas ce soir") j'ai eu comme une sorte de révélation : "mais il ne s'arrête donc jamais ?"

novi

Le pacte avec le diable ! Ivan ! Il n'y a que ça de vrai : êtes vous prêt à le signer pour écrire de bons livres ?

C"est la seule question qui vaille pour un écrivain...

Pensez y, le reste n'est que littérature sans intérêt.

Varg

Dans le pays magique, oui novi, j'ai été drôlement bousculé ! Mon humeur cependant est au beau fixe puisqu'on a pu vous voir, depuis le milieu de la semaine, sous votre vrai jour, ce qui était le but poursuivi.

Kemp a mis plusieurs années pour écrire Noon Moon, il a lu des dizaines de philosophes de l'antiquité dans le texte original après avoir appris le grec ancien, il a lu et tenté de comprendre la plupart des discours philosophiques dont se réclament Ouest et Est. C'est d'abord cela Noon Moon, un grand livre politique édifiant à qui l'auteur a donné la couleur d'un thriller d'espionnage vraisemblable (mais l'enjeu n'était pas dans ce dernier point).

Dans son cas, être au cœur du système n'était donc pas suffisant, juste un moyen pour construite sa vraisemblance sur certains points. Il lui a surtout fallu du travail, de la culture et du talent. C'est dommage que vous ne l'ayez toujours pas lu, vous auriez très bien compris cela.

Passer de Percy Kemp à votre prose, putain, ça dégrise...

novi

"""Passer de Percy Kemp à votre prose, putain, ça dégrise...""

Normal, Varg, le diable ne s'intéresse pas à votre âme ; il ne peut prendre celle d'un mort.

Varg

Et quel effet cela fait-il d'être le 178 985ème écrivaillon à se servir de l'histoire de Johnson ?

Au passage, je recommande la très jolie variation sur ce thème faite par Sherman Alexie dans Indian Blues, trouvable en poche.

Insomniaque

@Novi. Votre ineffable (et imbitable) prose m'a permis de m'endormir devant mon écran. Je garde votre extrait, naturellement, il me resservira : mieux qu'un somnifère. Encore merci.

Roberto Malraux

Le pays de Galles n'a qu'à se gratter. Moi, je participe. Avec mon histoire de conducteur de tractopelle tombant amoureux d'une collègue barbue qui se révèle être une actrice très célèbre et très grimée qui prépare incognito un futur rôle de prolétaire, je ne peux pas perdre, pour peu que je ne foire pas ma scène torride dans la cabine du tractopelle (penser à décrire la buée sur les vitres).

Dès que j'ai vendu dix millions d'exemplaires, je rachète Flammarion et j'autoédite mes Mémoires d'un prof de gym podagre, mon oeuvre ultime, qui devrait mettre fin à toute tentative littéraire pour les dix siècles à venir.

Jan

Si Novi a passé un pacte avec le Diable, le Cornu s'est bien foutu de sa gueule...

Insomniaque

D'un autre côté, notre ami me semble excusable. Novi scribus donne vraiment envie qu'on se paie sa tête, sa prétention semble n'avoir pas d'égale parmi les mortels...

Matinal

Novi, si c''est "à paraître", il faudra que l'auteur corrige ses fautes d'orthographe, en commençant par le titre.
Je ne comprends pas en quoi c'est un "cadeau". Je le trouve très mal écrit, ce passage. Si tout le livre est du même tonneau, il sera imbuvable : style pompeux, narration poussive. Une écriture en toc. Je ne comprends pas qu'un éditeur l'ait accepté : est-ce un vrai éditeur ? Et quel est l'auteur ? Est-ce un vrai écrivain ?

novi

En attendant, si ce n'est le diable, c'est bien le buzz qui s'est foutu de la tronche des quelques idiots utiles de ce blog, en me permettant d'exploser mon Rank Google en cette veille de Noël propice au cadeau livre...

Remerciements particuliers donc, à Varg dont on va finir par croire qu'il s'agit d'un partenaire duettiste ( redoutable acteur dans son rôle du vieil acariâtre cultureux à défaut d'étre culturiste), et mention spéciale pour l'homme qui se référait à Izzo et Giesbert, pour avoir citer mon nom et prénom à chacune de ses interventions ( les petits robots de google se sont goinfrés).

Merci mes ennemis ( on peut compter sur vous mieux que sur des amis), et ce aussi, avec une pensée attendrie et fraternelle pour tous les auteurs en train de crever dans l'indifférence du silence organisé par l'édition et ses larbins.

Rip Deal...

Varg

Le rank Google qui explose... Vous nous faites le coup à chaque sortie de vos auto-éditions mais vous ne savez même pas ce que cela veut dire.

Laissez-moi deviner, quant on tape Christian Gouy sur google, votre page facebook apparaît en premier, c'est cela ? Ça Madame c'est du rank google qui explose...

Jan

La cécité est l'état d'une personne privée de la vue.
La surdité est un état pathologique caractérisé par une perte partielle ou totale du sens de l'ouïe.
Le mutisme peut désigner l'aphasie, c'est-à-dire l'incapacité physique de parler ou le fait de rester volontairement silencieux.

De quelle affection Novi ne souffre-t-il pas..?

Le numéro 1 c'est qui ?

"Je suis au dessus de la normale, féfé enzo, j'arrive dans le game comme une tornade. Ils n'oublieront pas, ils se souviendront de nous.Je vais régner assis, je vais mourir debout. Sur le podium, il n'y a que nous.Tu veux t'asseoir sur le trône ? Faudra t'asseoir sur mes genoux !"

Petit conseil...

Ne joue pas avec la littérature, car elle ne joue pas…

kevin

Je crois surtout que Wrath n'a pas compris que ce concours n'est pas une idée de Flammarion mais du site "I love Words".
Les membres du jury et la maison d'édition ne sont que des partenaires pour lancer ce projet...

Petit Rictus

Ah, il est fort possible que le serveur de The Book Edition explose quand le futur roman des caves signé Novi sera disponible !

Entre autres blagues, on aura donc appris que les bouquins des services de presse poussent les éditeurs à la faillite : 150 ou 200 envois de livres coûtant 3 € pièce à 2,50 € l'affranchissement, voilà de quoi saper n'importe quel budget. Evidemment, en valeur absolue, on doit frôler les tirages de la saga des caravanes subversives, soit une sorte de graal pour notre popolardeux préféré...

Vous pouvez pensez ce que vous voulez de Giesberg, il semblerait que vos carrières respectives soient sans comparaisons. Je ne parle même pas de Mme Z, votre redoutable caution littéraire. Quant à Izzo, contrairement au chapelet d'âneries contenues dans vos posts, vous semblez ignorer ses décennies de travail journalistique et sa connaissance des quartiers nord de Marseille. Evidemment, son expérience ne rivalise pas avec vos vacances au camping et vos sorties au Luna Park, sources d'enseignements inestimables pour toute histoire se déroulant dans le milieu hostile du nomadisme.

Jan

@Petit Rictus

Pauvre type jaloux et aigri...

Jan

Novi ne te planque pas sous d'autres pseudos pour poster...
On t'aime tel que tu es, brillant, courageux et talentueux.

Mano

“Gardez le happy end, scénarisez, mais soyez réaliste, trash, signifiant, moderne" : n'importe quoi.

r1

@Roberto Malraux : Maylis de Kerangal vous a devancé sur le fuck en cabine avec buée (dans une grue, elle.)
Désolé, il va falloir trouver autre chose...

Léonie

On Writing Romance: How to Craft a Novel That Sells

ça c'est prometteur!

Marco

Voilà un concours qui prend ouvertement les participants pour des zappeurs incultes.
Rien qu'en lisant l'intitulé, on comprend que ni Flammarion ni Welovewords n'espèrent trouver le moindre talent littéraire _ au mieux, ils se disent que le gagnant aura écrit un truc parodique un peu marrant (éventuellement: marrant en le lisant au deuxième degré).

salut

Quel intérêt pour eux s'ils n'espèrent pas trouver un "talent'? Pourquoi faire ce cincours?

Marco

Salut: sans être dans le divin secret, on peut imaginer quelques pistes: faire buzzer, paraître dans le coup, produire de l'écriture facile à vendre, faire un gros clin d'oeil au lectorat-wannabe (Flammarion est votre ami), etc. Nul besoin d' attendre un "talent" pour tout ça.

Roberto malraux

Maylis de Kerangal ira en enfer. Si, en plus, elle a même pensé à la buée, je déplace mon intrigue au fond de la mine, et pendant 14-18 tant qu'on y est, et je renchéris avec un charriot à charbon. De la buée ET de la suie : que veut le peuple ?

salut

Ah oui! Merci Marco

salut

Alors, qui le fait finalement?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats