Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Aymeric Patricot: enfin chez Gallimard! | Accueil | Tristane Banon: encore une auteure “découverte” par Stéphane Million! »

18 mai 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

salut

C'est curieux, un mois après avoir envoyer quelques manuscrits, je n'attends déjà plus de réponses. Et je ne prendrais certainement pas mon téléphone pour rappeler les silencieux. Ni mes pauvres manuscrits éparpillés dans une poubelle. Ils sont comme des bouteilles à la mer. Peu de chance que quelqu'un les trouve...

Ca doit être l'effet Wrath !

sophie

envoyer son manuscrit et attendre un coup de fil en se disant qu'il a du partir à la poubelle, c'est la preuve d'un réel manque d'imagination, une faute grave pour un écrivain.

jeansuis

Ne sois pas si modeste en attribuant à Wrath ce que tu dois à tes seules qualités.
Pas de réponse? C'est bien curieux pour quelqu'un dont le talent semble pourtant aussi lumineux.

salut

Tiens, je me suis fait des copains on dirait !

salut

Et la faute grave est passible de quoi ?

Thierry Tuborg

Demander de l'aide à Wrath parce qu'on n'a pas de réponse des éditeurs, c'est exactement ce qu'il faut faire.

Aldo Mourousi

Hahaha ! Tuborg est grand.

PhA

C'est bizarre : moi, la seule fois où j'ai eu manuscrit recommandé (et très bien recommandé), ça n'a rien donné du tout. En revanche, la Poste, sans autre recommandation que la mienne, oui. Allez savoir...

Des enceintes

Pha... votre dernier livre... il a fait combien de ventes ?...

Des enceintes

En tous cas envoyer rien au diable vauvert... ils se vantent de répondre après un an et demie !... sauf si on s'appelle Nicolas Rey bien sur...

PhA

Ohlala ! Une misère, comme d'habitude (je ne sais même pas exactement).

Des enceintes

50... 100 ?...400 ?... 1000 ?... faites pas votre grenouille de confessionnal... donnez une fourchette... ou plutôt une baguette... travailleur chinois !...

PhA

Dans les 500, j'imagine. J'ai sans doute tort, mais ça ne m'a jamais vraiment tracassé ; une fois que c'est parti, je pense au suivant.

Iris

***C'est excitant.***

Perseverari_non_diabolicum

… Par la poste !

180 refus. Une acceptation.

http://refusdediteurs.webs.com/

Bon, d'accord. Ce n'est pas chez Gallimard, mais c'est à compte d'éditeur.

Iris

Je parlais du post de Wrath, bien sûr.

MrNW

Se faire connaitre parce que l'on a eu un éditeur au téléphone ? Si ce n'est comme un orchidoclaste oublié dès le retour de la tonalité, quelle blague

Wrathiche, tout à fait sincèrement, pourquoi tu n'ouvres pas ta propre maison ? Tu es grillée dans le monde de l'édition, mais suffisamment "notorious" dans celui du lectorat pour que tes bouquins passent, ne serait-ce que d'une courte tête, le fameux cap des 700 exemplaires...

Ce que tu fais sur ce blog n'est ni contreproductif, ni productif. C'est du simple brassage de vent, du blabla lu et digéré aussi légèrement et avec la même absence de conséquences qu'une banale feuille de salade.

Le pire c'est que ce billet, comme beaucoup d'autres, est une simple rediffusion. Donc arrête de tourner en rond, reviens à Paris et affronte "réellement" le monde de l'édition ! LMJ Éditrice, on t'attend ! ^^

Marcel

Il ne faut pas tout confondre. ce n'est pas parce que des milliers de candidats à la publication, cherchant sur internet comment se faire publier, passent tôt ou tard par ce blog qu'ils achèteront des romans estampillés "Wrath" (pas plus comme éditeur que comme auteur).

MrNW

Si Marcel, et moi le premier. Suis-je stupide ? Peut-être, mais là n'est pas la question. Le fait est que je suis surtout curieux. J'ai déjà passé quelques heures sur ce blog et lu tout ce que Wrath avait a y dire quant aux valeurs qu'elle souhaitait véhiculer dans le monde de l'édition. Donc, si aujourd'hui, deux ou trois bouquins estampillés "LMJ Éditions" nous parvenaient sur le marché il est évident que j'irais en lire quelques pages en librairies... Puis plus si affinités... Comme souvent dans ces cas là.

De manière plus générale, même si je ne pense pas que mon cas serait si isolé, on peut vraisemblablement penser que Wrath serait invitée en télé (y'a pas de scrupules dans ce milieu, seule l'audience compte) et que les vacheries qu'elle aurait a y dire déclencheraient quelques polémiques. Que les raisons des diverses curiosités qui y feraient suites soient bonnes ou mauvaises, elles seraient en tout cas vectrices d'achat.

Donc, aussi bien économiquement que pour enfin défendre réellement ses
valeurs, notre sublimes amazone exilée 10000 kilomètres plus froid aurait tout intérêt à se lancer.

José Reed

Après le branlage de mouches veuillez me contacter sur mon site, merci.

wrath

@salut: bon courage!

Gustave

Quiconque publie par l'intermédiaire d'un entremetteur s'expose à un poison : le doute. Quiconque dispose d'un semblant d'estime de soi ne saurait s'y exposer. La Poste est et restera le seul moyen de publier (ou pas) la tête haute. Je vous le concède, le chemin est plus difficile.

Revenue de tout

@MrNW: j'ai lu votre texte sur le briseur d'orchidées, à mourir de rire!je trouve que vous avez du talent.
@Gustave: je suis triple d'accord avec vous, comme ça on ne doit rien à personne!
Le plus fort est d'envoyer un texte nominativement à un éditeur qui a le pressentiment qu'il va recevoir ce jour-même un texte qui va faire beaucoup de bruit, alors il le lit et cela n'arrive pas seulement qu'au cinéma, ce n'est pas magique, ça s'appelle: un concours de circonstances

Gustave

@Revenue de tout : je n'ai malheureusement pas la capacité de me trouver dans la tête d'un éditeur (l'expérience, sans doute, serait traumatisante). Que nous reste-t-il, pour provoquer un concours de circonstance ? Prier très fort dans notre petit coeur qu'un miracle se produise.

Marcel

@MrNW
Votre blog est très beau, graphiquement, mais dès qu'on essaye de lire, l'image de fond rend la lecture pénible. J'avais déjà auparavant cliqué sur votre lien et renoncé à lire à cause de ça.

Je vous l'aurais bien dit sur votre blog mais, en plus, je constate qu'il faut posséder un compte parmi divers types de comptes possibles que je ne possède pas et dont je n'éprouve pas le besoin.

Il me semble que, du coup, vous perdez des lecteurs et des commentateurs. Je dis ça pour vous, hein.

MrNW

Gus > A moins que ton nom te fasse assez de pub pour que ton bouquin se vende tout seul, on ne te publiera jamais simplement pour te faire plaisir, ni pour faire plaisir à quelqu'un qui t'aurait recommandé.
Une maison à quand même une réputation à défendre et ne va pas la risquer sur un texte qui ne serait qu'une enfilade de 45000 mots niveau 4èmeA du collège Valmy.
Tu pourras me répondre que la maison est tout à fait capable de faire appel à un nègre pour rewritter le bouquin. Mais dans ce cas tu imagines un peu l'histoire ?
"Un copain m'a filé un texte à chier, on voulait lui faire plaisir, donc on a filé 10000 euro à un mec pour le réécrire, puis on a dépensé presque autant pour l'édition et la promotion. Et voilà, on le sort".
Je sais de source sérieuse que même Houllebecq n'a pas réussi le coup pour une copine à lui, alors t'imagines pour un parfait inconnu sympatoche rencontré dans un coktail ?
Donc, oui, la plupart des mecs publiés sont recommandés mais, non, ils ne sont pas du tout publiés sur simple recommandation. De là, il n'y a plus aucun doute à avoir : leurs éditeurs y croient ! :)

Revenante > Merci mam'zelle de Tout. :)

Wrathouninette > Tu t'attaques au grand méchant Léo Scheer et tu joues les faux-jetons face à moi ? Pourquoi tu viens répondre quatre mots à Salut qui ne s'adressait pas à toi et que tu n'en mets pas un seul concernant les deux messages que j'ai précédemment laissés à ton attention ? Allez, un peu de courage ma grande et belle, réponds-moi. :)

alain

@mrNW : non, l'image de fond apparaît également en filigrane au milieu (ce qui perturbe la lecture). Allez voir sur le site de phA : il a aussi un fond noir (ou gris foncé), mais on y lit mieux.

Marcel

En même temps, je suis les liens et découvre des complexifications interrogatificatrices qui m'amènent à douter de votre attachement à ces textes et de de votre envie d'avoir à passer du temps à modérer les commentaires sur ce blog-là

salut

@ Wrath, merci.

@ MrNW, effectivement, j'avais également essayé de laisser un commentaire sans y parvenir mais je n'ai eu aucun mal à lire le texte. Alors ouvrez les com et je vous laisse un petit mot dessus...

Revenue de tout, vous parlez de vous ? D'un texte en particulier ?
Ne reste plus qu'a prier sa bonne étoile alors... :)

Max

De mon côté, sans aucune recommandation, j'ai tenté le coup par la poste durant l'automne dernier en choisissant douze maisons : quatre machines de guerre, quatre moyens calibres, quatre modestes éditrices. Dix d'entre elles m'ont retourné le manuscrit accompagné d'une jolie lettre sur papier gaufré. Une n'a pas encore répondu au bout de sept mois. De toute façon cela n'importe plus puisque j'ai signé mardi dernier mon contrat avec celle que j'avais inscrite en neuvième position sur ma liste. Clauses classiques du "compte d'éditeur" : la maison assume toute la responsabilité financière du projet, fait la promotion du roman, le diffuse en librairie dans sa région (le Nord), tire entre 1000 et 1200 exemplaires pour le premier jet, renouvelable par tranche de 1000 ou 1500 tant que le livre plaît au public, paie les droits chaque trimestre, s'occupe de tous les référencements de l'ouvrage sur Amazon & Co. Il me reste en retour à participer aux côtés des auteurs de la maison aux salons du livre (Le Touquet, Paris, Bruxelles et d'autres dans le grand nord), aux séances de dédicaces dans les FNAC, Furet, Chapitre, Majuscule, et répondre aux demandes d'interviews des médias...
N'empêche que je suis éberlué de bonheur devant ces ouvertures offertes par l'envoi postal : je n'ai fait que suivre les conseils de base fournis par quelques écrivains contactés au gré des blogs et des sites internet, sans négliger de peaufiner le fond et la forme de mes 300 pages, pour mon infini plaisir.
"Strictement aucune chance sans carnet d'adresse". Désolé Wrath, mais tu mens.

Marcel

Elle pourrait éventuellement se tromper, mais que Wrath mente, voilà qui me chagrinerait et m'étonnerait, à un point tel que ces propos me scandalisent.

Max, bête question... Quand vous vous rendez sur un salon sur obligation contractuelle... C'est à vos frais ? Déplacement, logement, repas ?

sirius

De Max : "peaufiner le fond et la forme de mes 300 pages, pour mon infini plaisir."
Ben oui, tout est dit.

Max

Marcel, boutez ce manque de confiance hors de nos vues : votre question n'est pas bête du tout !... Je ne me rends pas sur un salon "sur obligation contractuelle". Le retour dont je parle envers mon éditrice n'est que position morale et subjective. Je pourrais très bien attendre au creux de mon loft les quatre chèques annuels et ne jamais signer un ouvrage, elle ne m'en tiendrait même pas rigueur. Je participe aux rencontres que je choisis, celles qui me tentent, quand je veux, et le fais volontiers car j'apprécie ces moments où le livre permet de relier les êtres et les choses. Les coûts dont vous parlez sont intégrés dans mes dépenses de loisir, ni plus, ni moins... Pour moi cela fait partie de l'aventure d'une publication.

En ce qui concerne les propos de Wrath, je pense qu'il ne s'agit pas d'erreurs. Lorsqu'on affirme à longueur d'articles qu'"il est strictement impossible d'être publié en envoyant un manuscrit par la poste sans recommandation" alors que l'on sait pertinemment que des auteurs l'ont fait, le font et le feront encore, eh bien oui, Marcel, je suis prêt à répéter qu'on ment.

Dejan

Elle ne ment ni ne se trompe, disons plutôt qu'elle généralise.
Il y a certains éditeurs qui fonctionnent à la prise de risque zéro, et refuseront de publier des manuscrits d'inconnus à moins que ceux-ci soit effectivement recommandés (ou proviennent d'un ami et encore, tout dépend de la possibilité de prendre ce risque).
Et il y a effectivement des manuscrits qui passent à la trappe et n'y seraient peut-être pas passé s'ils avaient été remis directement au directeur de collection ou avaient eu une lettre de recommandation.

Bon, mais ça ne veut pas dire qu'aucun manuscrit ne passe pour autant entre ses mailles. Juste que tout dépend de l'éditeur, du manuscrit, et puis aussi de la chance.

Marcel

Je savais que ma question n'était pas si bête, elle se voulait faussement naïve, mais j'aime bien jouer au con, je suis doué en plus.

Comme vous détailliez votre contrat, j'avais l'impression que "Il me reste en retour à" signifiait que vous aviez l'obligation contractuelle de participer aux salons, répondre aux interviews, etc... faire la promo, quoi. C'est que je me suis effectivement posé ce genre de questions. Un auteur est-il tenu de faire cette promo ? Un certain nombre de salons spécifiés dans le contrat ? Lui rembourse-t-on les frais de déplacement, logement, nourriture, éventuel manque à gagner professionnel ?


MrNW

Et le nom de l'éditeur et du bouquin, c'est Secret Défense publié chez Jteldiraipas Editions ?

PhA

@ Marcel : tenu à rien, et défrayé, bien sûr.

salut

Non, le budget des salons de Max vient de celui de ses loisirs, donc de sa poche. Si j'ai bien compris Max. Je pensais en fait que les auteurs étaient invités par les salons eux mêmes.

@ Maw, félicitations !

Ivanovitch

Oui, enfin Wrath ne parle pas des éditeurs régionaux, Max( ce qui semble être le cas de figure vous concernant), mais des maisons parisiennes.
Cela dit, certains éditeurs lisent les manuscrits, évidemment. On commettrait cependant la même erreur en généralisant dans l'autre sens. Pour en avoir discuté avec une ancienne "correctrice", le prétendu "service des manuscrits" n'existe tout simplement pas dans certaines maisons, on refile simplement le boulot aux stagiaires ou on jette un coup d'oeil en passant lorsqu'on a un moment...

Marcel

Vous voulez dire qu'on jette un coup d'oeil aux stagiaires qui, vicieusement, en profite pour vous brandir des manuscrits sous le nez.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats