Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« Marien Defalvard, 19 ans et déjà publié chez Grasset! | Accueil | Comment je suis devenu un écrivain célèbre! »

18 août 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

MrrrNW

Ma chere Vancouwrath, je trouve ça très que tu répondes enfin aux questions qui te sont posées par l'un d'entre-nous, même si celle là tu y avais un peu répondu auparavant, de manière éparse et volatile, mais juste. Cependant et même si nos attentes t'importent peu, nous sommes toujours aussi nombreux à te demander chaque semaine, et sans jamais aucune réponse de ta part, pourquoi tu ne te lance pas toi même en tant qu'éditrice. Tu es suffisamment "notorious" pour recevoir des manuscrits et les placer dans pas mal de librairies alors où est le problème ? Tu pourrais même travailler depuis Vancouver si cela te chantait. Prend par exemple le cas de Stéphane Million. Il habite maintenant le sud-ouest, il travaille seul, et j'imagine qu'il n'a pas besoin de de rendre si fréquemment à Paris (hormis, peut-être, pour les séances de dédicaces de ses auteurs auxquelles sa présence, s'il le souhaitait, ne serait pas nécessaire). Aujourd'hui, travailler à 90% en de servant du web et de la poste est possible. Alors pourquoi pas toi ?

Anonyme

Mais c'est du grand n'importe quoi du début jusqu'à la fin.
Né l'écoutez pas par pitié. Je travaille aux Editions Grasset. Je vous en prie envoyez votre manuscrit, ils sont tous lu je connais les stagiaires et je peux vous dire que ça rame de bout en bout avec une 50aine de manuscrits à lire chaque jour. C'est énorme.
Si votre livre n'est pas accepté en comité de lecture c'est qu'il n'intéresse pas les éditeurs, qui je vous le rappelle ne sont pas là pour publier le premier venu qui en a envie et se juge le meilleur du monde, mais faire du chiffre donc évaluer ce qui va (d'apres leur expérience) se vendre.
Dans le cas où vous être refusé je vous invite à relire votre manuscrit, à le modifier, bref à remettre en question le style. Ca ne coute rien de retravailler son texte. Il y a trop de débiles persuadés d'avoir écrit le chef d'oeuvre du siècle qui sont tout simplement nuls. N'en faites pas parti et remettez en question vos travaux. Nul n'est parfait, le génie n'existe pas.

Bonne chance à ceux qui aiment lire et écrire.

Encore une fois je travaille aux éditions grasset.

Elsa C.

Vous vivez au Canada... comme il y a là-bas des éditeurs mais pas de St Germain des Prés, votre 'talent' et votre 'détermination' ne devraient avoir aucun problème à être reconnus et votre bouquin à être publié. Allez zou, bientôt un roman de Wrath chez ALire !

J'en profite pour vous demander un petit conseil : j'ai moi-même toujours réussi ce que j'ai entrepris sérieusement. Pensez-vous que j'aie de réelles chances dans la peinture, sachant que je n'ai pas touché un pinceau depuis la maternelle ?

Anonyme

Encore une chose : Marien Defalvard ne connaissait absolument personne dans le milieu de l'édition parisienne. C'est simplement un gamin de 15 ans qui a pris son courage à deux mains, envoyé son manuscrit à tout Paris et n'est publié que 4 ans plus tard. Pas de copinage pour être publié. C'est un fantasme développé par ceux qui ne savent pas écrire et qui préfèrent déverser leur fiel plutôt que de remettre en question leur travail. Par contre il y a du copinage pour y travailler. Mais comme dans tous les milieux...

François Martini

Pour ce Guillaume, le mieux est de devenir homosexuel (s'il ne l'est déjà) et de coucher avec les homosexuels du milieu de l'édition. On les rencontre à Saint-Germain-des-Prés et au salon du livre.

Anonyme

homophobie, c'est de mieux en mieux ce blog de merde. prochaine étape racisme ?

MrrrNW

Anonyme, pas la peine d'ânonner ici. Personne n'y croit. Mais si tu veux convaincre, ôse au moins dévoiler ton identité au grand jour. Tiens tes propos toi-même plutôt que de te cacher derrière un discours officiel. Et répond à cette question : à quoi servent les comités de lecture chez Denoël, POL et l'Olivier s'ils ne publient aucun premier roman cette année ? Se foutent-t-ils de nous ou bien n'ont-t-ils hélas reçu que 30.000 merdes sur 30.000 au cours des douze derniers mois ?

Anonyme

j'ai bossé en édito.
Effectivement ya des années avec 30 000 merdes. Si vous pouviez voir ce qui arrive à la pelle c'est affligeant.

Anonyme

Vous croyez franchement qu'un éditeur se risque à publier un type "pistonné" pour son simple nom ? Ca vous vient pas à l'esprit une seule seconde qu'il faut VENDRE et donc intéresser le lectorat !
Oui il y a des années à 30 000 merdes. Mais surtout il ya des maisons d'éditions qui vont mal et ne peuvent pas financièrement se permettre de parier sur un nouveau romancier. Parce que c'est un risque qui engage 50 salariés. Cessez d'être égoiste et de vous regarder le nombril.

Anonyme

" ma puissance en le domaine dépasse les bornes de l'entendement (rien que ça !)". Pour être bon il ne suffit pas de le dire, il faut le prouver. Les 3/4 des mecs qui balancent des phrases de ce genre, sont merdiques. Les auteurs publiés ont certes un égo surdimensionné mais ils ont de l'humilité, eux.

MrrrNW

C'est bon, je te crois. Pour faire preuve d'une telle arrogance il faut au minimum bosser dans l'édition.

Anonyme

MrrrNW, vos textes sont nuls par ex. Fautes d'orthographe, mots utilisés hors de leur sens, syntaxe mauvaise. C'est du ouioui au pays des jouets.

MrrrNW

C'est bon pas la peine de chercher plus loin. T'es sans doute un wanabe qui joue à l'idiot utile de l'édition. Ce blog est encore et toujours une jolie cour de récréation. Mais c'était quand même plus drôle hier avec la fausse bourgeoise qui faisait semblant de faire de la lèche à notre ami marin.

Ivanovitch

Trés intéressant témoignage d'Anonyme. Je cite : "Je vous en prie envoyez votre manuscrit, ils sont tous lu je connais les stagiaires et je peux vous dire que ça rame de bout en bout avec une 50aine de manuscrits à lire chaque jour. C'est énorme."
Confirmation de ce que l'on savait déjà : les manuscrits sont traités "à la pelle" par des stagiaires sous payés (voir pas du tout), et qui n'en ont rien à foutre. On retrouve bien ici l'image du tas de fumier à déblayer tous les matins par les commis... Trouver ça "énorme" me laisse dubitatif. Mais bon, il faut bien faire quelque chose de tout ce papier...
"Si votre livre n'est pas accepté en comité de lecture c'est qu'il n'intéresse pas les éditeurs, qui je vous le rappelle ne sont pas là pour publier le premier venu qui en a envie et se juge le meilleur du monde, mais faire du chiffre donc évaluer ce qui va (d'apres leur expérience) se vendre." ça, pas de problème, on savait déjà : l'édition c'est un business, le mec à une entreprise à gérer etc...
"Dans le cas où vous être refusé je vous invite à relire votre manuscrit, à le modifier, bref à remettre en question le style. Ca ne coute rien de retravailler son texte". C'est là, à mon humble avis, que le serpent se mord la queue et qu'on entre dans un processus de formatage de la production en AMONT de la part des auteurs. Comment s'étonner dés lors que la production soit globalement coulée dans le même moule, avec le même style (justement), et la même absence de propos (je parle des grandes maisons, hein, pas du milieu "underground" ou la variété est plus conséquente) ?

Cavalerie

Anonyme, vous dites:

"Si votre livre n'est pas accepté en comité de lecture c'est qu'il n'intéresse pas les éditeurs, qui je vous le rappelle ne sont pas là pour publier le premier venu qui en a envie et se juge le meilleur du monde, mais faire du chiffre donc évaluer ce qui va (d'apres leur expérience) se vendre. "

Oui mais c'est justement le problème , l'idée du chiffre immédiat. Mais la littérature peut-elle vraiment exister dans le culte du chiffre? Je comprends bien votre propos, mais cela ne peut conduire qu'à la médiocrité. Peut-on, en effet, encore avoir de l'ambition littéraire dans le cadre d'une logique commerciale, surtout aujourd'hui que les lecteurs possèdent une culture littéraire de plus en plus mince? Il me semble que c'est pénétrer dans un cercle vicieux où la littérature est condamnée à s'étioler si aucun grand auteur n'est publié sous prétexte de ce culte de la vente, parce qu'il faut seulement répondre à la demande du lecteur. En politique comme en art il faut parfois savoir violer un peu les attentes des gens , les sortir de leur logique, pour parfois amener un certain progrès, ce qui n'est pas possible avec une logique commerciale, puisque l'offre ne fait que répondre à la demande, alors qu'en art l'offre doit aussi précéder, générer la demande . Un oeuvre se construit souvent dans le temps parce qu'elle éduque le regard de ceux qui la lisent, la manière d'écrire des autres écrivains, et que ça prend du temps. Proust parlait très bien de ces phrases nouvelles qui nous perdent et nous déconcertent d'abord et pour lesquelles il faut laisser le temps à notre esprit de les assimiler. Alors le commerce...

Beaujean

François Martini est un bon beauf qui retrouve le ton de Fulmi (un pseudo) sur le forum de France 2 au temps où il y sévissait.
Racisme, homophobie. Il y a tout pratiqué, croyez-moi

Cavalerie

Quand même y' un truc qui me chiffonne Wrath , en lisant ce billet : si l'on résume non seulement vous n'avez jamais été publiée mais en plus vous n'avez plus la volonté de l'être donc vous n'êtes plus à strictement parler une "wanabe" Si , comme vous l'affirmez, vous menez une vie épanouissante, quelle est la raison de ce blog et quelle légitimité détenez-vous pour parler d'une milieu que vous ne connaissez manifestement que très peu et auquel vous êtes heureuse de ne pas appartenir?

Des enceintes

Anonyme vous êtes l'échec français incarné... vous parlez de 30 000 merdes mais ça fait près de 50 ans que vous publier des écrivains de merdes... que personne ne lit... et c'est bien pour cela que devant tant d'incapacité à choisir le "bon cheval" vous en êtes réduit à faire le marketing de la merde... continuer avec des chevaux boiteux qui passent "bien " à la télé... mais la ramenez pas avec votre "tri selectif" votre analyse de MrNw est inadmissible... car c'est surement pas les Foenkinos, Gavalda etc. qui représentent des exemples... quand à dévoyer le sens des mots c'est justement l'esprit créatif... la distorsion... mais vous etes un de ses médiocres qui se planque derrière un establishment de pacotille... qui va de plus en plus aller vers l'assistanat d'Etat pour survivre... vous me rappeler le petit bureaucrate russe que Dosto décrit si bien... vous devriez déjà apprendre à respecter l'écrivant qui d'ailleurs ne demande le plus souvent que des conseils pour s'améliorer... Maintenant la mise en péril de la boite d'édition on voit que vous ignorez les rouages productif du milieu dont vous affirmez faire parti...

La production d'un livre ne coute rien... La promo est englobée dans des packages avec des attachés de presse -tete d'infirme- vous travailler en stock quasi 0 la prise de risque est absolument minime... ce qui vous plombe c'est les mauvais choix antérieurs... les merdes que vous avez a tout prix voulu défendre comme Angot... qui devrait être interdit à la vente tellement c'est nul... mais la encore les petits copains les relations faussent le jeu... oui vous puez la merde éditéee vous y avez laissé votre cerveau s'ébattre... et comme le disait le divin Céline.... "La merde a de l'avenir, vous verrez on en fera de beaux discours"

Tom Cantor

Putain, comme ça tourne en rond...

Il ne faut pas être grand clerc pour savoir que l'anonyme a raison. Au sujet des années à 30 000 merdes, entre autres.

Lire un manuscrit, c'est vite fait, quand c'est une merde, ça prend trente secondes, et la plupart sont des merdes qui prennent trente secondes. 1% va être vraiment bon et celui-ci va être lu.

Si vous voulez être lus, assurez-vous que votre truc est... lisible, au moins. Faites-le lire d'abord à un ami, un vrai...

Enfin... Rabâcher de telles évidences c'est un peu pénible.

C'est marrant, "Merde en barre", comme titre.

Des enceintes

tom cantor 1% va être bon pour être de la merde... labellisée... rien d'autres... s'il y avait une vrai culture du livre... il y aurait des ventes... des vrais lecteurs... et pas cette sale image marketing de la ménagère de moins de 50 piges que tf1 arrive à piquer facilement à Grasset ou actes Sud...

MrrrNW

Au dernières nouvelles 1/100 correspond à non 300/30000 et non pas à 0/30000, mais je peux parfaitement concevoir que l'on soit plus doué pour la littérature que pour les mathématiques. Tu vois, Tom, je suis d'accord avec toi. Je pense en effet que le nombre de manuscrits dignes d'intérêt est très faible. Mais quand tu tombes sur un péteux arrogant qui soit disant bosse chez Grasset et te ressort le fameux couplet du "un manuscrit non publié est forcément mauvais" (putain faut voir les monticules de merdes en rayons) et le refrain du "tous les manuscrits sont lus, mais bien souvent sur 30000 aucun n'est acceptable", ça fait quand même gentiment sourire... Ce genre de type finira sans doute seul en maison de retraite et j'imagine déjà la gueule qui le fera quand son infirmière accroc à Secret Story l'écoutera d'une oreille distraite en acquiesçant gentiment... C'est déjà ce que pas mal font, mais du haut de sa chaise il n'en a tout simplement pas encore conscience. Heureux soit les prêcheurs et les bienheureux.

Des enceintes

La ménagère de moins de 50 ans c'est Dépentes en moins ratée... elle a quand meme des enfants elle a accepter de se faire "sauter" meme si elle aime pas la position du male sur elle... elle est rock n roll... fume des oinjes... ecoute manu chao ou Cantat... donc "rock and roll"... galope après le "jeunisse" donc aime le rap meme si ça lui casse les oreilles... prend des cours de révolte pubertaire avec son assos culturels de quartier... et hesite à se faire tatouer parce que maintenant c'est peut etre has been... gros problème mise à part sa haine des états unis... qu'elle cultive paradoxalement avec la télé... oui car elle est fans des series... elle n'achète un livre qu'une fois par an... et là... tout les éditeurs essayent de s'arracher son "budget culture"... évidemment le calcul est mauvais et seul reste les écrivains qui dans le circuit ont un certains poids (journalistes... fils de politique...amant d'homme de pouvoir... homme de réseaux type grosse organisation associative)... bref tout ce lectorat est bien loin des grands écrivains classique... le rôle des maisons d'édition étant pourtant de faire découvrir des passerelles... et pas de s'avachir lamentablement sur l'hôtel du court terme... comme un trader sur son "spread"... on peut le dire aujourd hui l"éditeur est le brocker de la culture et ses écrivains ses traders... cela ne vit que de fantasmes jusqu'à ce que la vérité des chiffres leurs retombent sur la gueule...

Aurélien

S'il y a bien une chose qui confirme les dires de notre éditeur anonyme, c'est bien la qualité des écrits des blogueurs qui trainent par ici. Franchement, vous êtes tous nullissimes. Et prétentieux, par dessus le marché.

Des enceintes

Hé Aurélien va finir ton Nesquick... t'as des moustaches étranges...

Des enceintes

C'est pas du Nesquick ?... et tu reviens de l'étable ?... non... ne me dit pas que ?!...

Muriel

Hey, tous les wannabe, z'avez pas un bon livre à écrire plutôt que de traîner vos plumes moisies ici ?

Des enceintes

Hey Muriel... toi qui t y connais en matière de moisi... tu veux nous montrer les dessous de ton écriture ?

Un ami qui vous veut du bien

Vous me faites rire. C'est un peu un blog pour les loosers de l'écriture ici. Les enragés qui se tripotent fascinés par leur ego. Si les maisons publient des textes moyens/nuls c'est aussi parce que vous leur envoyez des daubes. Ca vous vient pas à l'esprit ça ?

Bonne chance à vous, misérables.

PS: quand on voit la qualité des commentaires longs de 20 lignes, paranoïaques, fascinés par SAint-Germain et qui ne rêvent que d'y entrer, on comprend facilement les 1% de bons textes, et encore...

MrrrNW

C'est exact, le complot est partout, à peu de choses prêt. L'expression "tu ne crois pas si bien dire" aura rarement été aussi appropriée qu'en cet instant. Mais libre à toi d'être un mouton des masses médiocres et de souhaiter le rester. Après tout, les maîtres du monde t'ont bien fait la leçon. Ils sont tout puissants parce que c'est juste et tu finiras à fond de cale pour la même raison... Les choses sont si simples à qui aime bêler... Bêêêhhh oui... :)

Gustave

Tout ceux qui traînent dans ce rade sont des loosers. Je traîne aussi dans ce rade. Donc, donc, donc... je suis un... je suis un...

Yves

j'adore les rebelles de clavier. révolutionnaires jusqu'au bout des touches.

Dark Vador

WAOW-WAOW-WAOW!
On voit que les vacances sont passées par là. Les cerveaux sont bien reposés. Ou alors c'est l'orage qui couve. Y a eu comme qui dirait un moment magique. Failli me pisser dessus.

L'anonyme de chez Grasset décroche la première place: le ton péteux semi-indigné du stagiaire-esclave a quelque chose de touchant. La petite complainte du fils de qui s'évente avec un de ces manuscrits de merde. Ou alors un gros mythomane. Mais mon pt'tit bonhomme, estime-toi heureux de faire ce job: tu pourrais être pompiste ou guichetier d'autoroute. T'es à Saint-Germouille? Profite. Si t'es un peu malin, tu peux même conclure avec la stagiaire du burlingue d'à côté, tu sais, celle qui a fait Sorbonne: si tu t'y prends bien, elle te raconteras sur l'oreiller sa thèse sur la pulsion de mort dans la littérature portugaise médiévale. Ca peut t'amener jusqu'à l'aube, ça. En même temps, t'as l'air d'avoir surtout fait une école de commerce, non? Obsédé par la vente, tu régurgites tes cours transi en espérant décocher la timbale auprès de ces éditeurs et leur grande "expérience" de la vente. Tu t'es trompé de boutique, garçon. Va vendre des clous ou du jambon. Quoique.
Mention spéciale à ta répétition toute en finesse: "Encore une fois je travaille aux éditions grasset." En fait t'es un peu con. Si t'avais filé ton mail perso, ça promettait un beau casting de prétendantes à l'édition. Dans le tas, c'est bien le diable si tu trouvais pas de quoi conclure. Imagine le kif: un petit coït vite fait sur un bureau chez Grasset. L'aventure quoi.

Mention pérénité à Martini pour son humour pince sans rire. Les indignés de service ont plongé tête baissé (comme d'hab').

Mention "classique obsessionnelle" à Wrath qui a élargi son vocabulaire: on est passé à "morpions" et "lécheurs de cul". Y'a du progrès. L'air canadien, sans doute (si ça se trouve elle habite à Bécon-les-Bruyères).

Mention spéciale "gros naïf" ou "arnaque" au petit Guillaume qui a l'air si désespéré qu'il mérite quelques réponses.

" j'habite à Paris Bastille, je ne connais personne". T'es mal barré ou tu le fais exprès, faut faire un effort. Investis dans le budget bières et mojitos, ça devrait passer tout seul. N'oublie pas le déodorant. Prévoir un mouchoir pour tes mains moites (clause éliminatpire).
"Comment se retrouver à table avec les gros éditeurs ? " Martini a raison, faut coucher. Sinon, je vois pas ce qui pourrait les intéresser. Là aussi, faites un effort. Probablement pas votre conversation. Prévoyez un peu de muscu. Les abdominaux bien sculptés (sans gras) sont appréciés.
"Comment les attirer ?" Voir ci-dessus. Surtout ne pas mollir.
" où, quand quoi et qui ? " Sois pas bégueule, n'importe qui fera l'affaire.
"Je veux écrire et être lu". Ben...y'a plus qu'à.
"(même si l'édition va au plus mal en ce moment)," Epargne ce genre de conneries à tout le monde. PERSONNE n'a envie d'entendre gémir un giton dépressif.
"c'est au fonds de mes tripes". Si tu veux écrire, commence par nettoyer de ton cerveau les vilaines petites traces de clichés. C'est vrai, y'a du boulot. Evite comme la peste les études de journalisme (sinon t'es foutu). Si tu veux seulement être publié, privilégie les études de journalisme. Un stage télé est fortement recommandé. Là aussi, il est de bon ton de donner de sa personne.
"j'ai des raisons de croire que ma puissance en le domaine dépasse les bornes". Garde ta "puissance" (humpf...) pour le cinq à sept, tu vas en avoir besoin. Au fait, tu as quel âge, mon biquet? Seize? Dix-sept? C'est normal: montée de testostérone. Pas ving-cinq, quand même?
"Je veux à tout prix y arriver". Tu manques d'ambition; les déclarations d'intention ne sont pas suffisantes. Il faut passer à l'acte (voir plus haut).
"J'en pleurs même". Evite les fautes d'orthographe. Et de raisonnement: tu ne peux pas être arriviste ET pleurnichard.
"vous êtes ma dernière bouteille à la mer.” Bon. Oublie la littérature. Tu te mélanges les pinceaux. C'est toi la dernière bouteille à la mer, banane, pas celle à qui tu l'envoies.
Finalement, fais comme Anonyme. Fais des études de commerce (boîte à fric mais pas trop chère, elles se valent toutes, elles ne valent rien). Ou éventuellement du droit. Tu pourras alors pénétrer le milieu d'une autre manière que précédemment. Mais c'est nettement moins romantique.

Dubbit Hatif

Attention: le dernier commentaire de wrath est un fake!
-la "vraie" wrath n'est pas aussi grossière. Vulgaire, oui. Ca oui. Mais moins grossière.
-la flagellation scatophile n'est pas son fort. Jamais wrath ne se traiterait de sous-merde.
-la lucidité non plus: jamais wrath ne se traiterait de "has been". C'est un truc de vieux, ça.
-la faute à "j'avoue" est peu crédible (ou alors séjour très très prolongé au Canadaland).
-"J'aime passer sous le bureau!". Non, ça c'est pas "notre" Wrath, ça. Wrath ne parle jamais directement de sexe. On se demande parfois si elle n'est pas une simple vue de l'esprit, d'ailleurs. Ou alors c'était un fantasme longtemps refoulé.

Enfin, le vrai portrait de Wrath est là: "Je suis plutôt maligne, déterminée et dynamique. J’ai toujours réussi tout ce que j’ai entrepris sérieusement. Je suis estimée de mes collègues. Je gagne bien ma vie et je voyage souvent." Un beau CV à l'anglo-saxonne.
A moins que ce ne soit aussi un fake. D'ailleurs, on dirait que le ton a changé...comme après une lobotomie. Ou un ami bloggueur "de garde" pendant les vacances? Je demande un démenti de la vraie Wrath. Si elle existe.

MrrrNW

Mon cher Yves, au 21ème siècle les révolutions occidentales passeront plus par les claviers que par les pavés. Hélas j'en suis désolé pour toi si ton goût du sang ne peut se satisfaire que du terrorisme norvégien à la sauce Breivik. Tiens, un bon livre pour toi sur les "vilains complots qu'il ne faut pas évoquer sous peine de passer au mieux, pour un illuminé, au pire, pour dégénéré" : Gouverner par le chaos, publié chez Max Milo. Ça te fera peut-être un peu gamberger.

Francois Martini

Calme-toi, Beaujean. On a le droit d'être beauf. Mais toi, si tu vois de l'homophobie dans "ma" méthode, faut consulter, mon grand.

Anthony

Bonjour,

Je publie en décembre mon premier livre (un thriller retraçant la prise d'otage du personnel d'une maison d'édition par un écrivain) à compte d'éditeur. Un manuscrit travaillé a ses chances. Après des refus en grandes et moyennes maisons d'édition, j'ai tenté les petites et on m'a dit « oui » du premier coup ! Bonne chance !

MrrrNW

Anthony, je te souhaite bonne chance. C'est amusant car on a le même prénom et que j'ai eu la même idée de pitch il y a quelques semaines (j'imagine qu'on a pas du être les seuls après nos premiers refus). Ce que tu évoques est tout à fait vrai les petites maisons lisent et éditent les manuscrits qu'elles reçoivent. Et pour cause, non seulement elles en reçoivent peu, mais leurs éditeurs n'ont pas non plus dix mille copains dans la com qui tentent de leurs faire passer leurs propres romans. Évidemment avec ce genre de maison tu vendras difficilement plus de 200 exemplaires de ton livre, mais ce sera déjà un début et peut-être une ouverture sur un avenir plus heureux. Encore une fois félicitations et bonne chance. Et n'hésite pas à nous donner le titre de ton livre et le nom de ton éditeur.

Des enceintes

C'est amusant le même avatar entre anonyme et un ami qui vous veut du bien... drôle... tu reconnais toi même que les maisons d'édition publient de la merde... franchement t'es vraiment le dernier des dernier... je crois que je vais envoyer tes posts à ton employeur... je vais localiser ton IP... on va voir tout de suite si tu es en CDI ou CDD...

PetitGibus

@ Des Enceintes

Putain, le coup du CDD qui devient pas un CDI : mort de rire !! Mort de rire !!

@ François Martini

Ton commentaire sur les pédés de Saint-Germain : hilarant !! Mort de rire !
Putain, les mecs, heureusement que vous êtes là.

PetitGibus

Bon, l'autre jour, j'avoue, j'y suis allé un peu fort avec ce cher Philippe Jaenada : je l'ai blessé, je le regrette.

Je suis contrit (pour utiliser un terme que ne renierait pas Marien-rien dans sa prose sucrée et luxuriante).

Néanmoins, beaucoup de gens ont pu penser, ont dû penser que j'étais parti dans un délire pas possible en prêtant à Philippe toutes sortes d'excentricités, comme ces histoires de minitel rose, ou de romans harlequin.

Eh bien non, je tiens à dire officiellement que tout est vrai (aussi incroyable cela puisse-t-il paraître) : dans les années 80, Philippe a bien été animatrice sur minitel sous les noms de "Claire" et "Sophie", et il a bien traduit (sans comprendre un mot d'anglais) des romans harlequin.

Voilà, Philippe, je voulais rendre justice à ton parcours... digne d'un roman, ma foi ! (et encore, on mettrait ça dans un roman, on n'y croirait pas).

Ceux et celles qui veulent vérifier, tout est dans l'interview filmée qui suit.
C'est "Confessions intimes" ("La nuit, je rêvais, j'étais inondé de sperme !"... Véridique, hein !) :

http://www.dailymotion.com/video/xducw7_philippe-jaenada-confessions-d-un-e_creation

Après, je mens pas quand je dis que Philou est un gars bien sympathoche (et je fais ce commentaire pour lui rendre justice, après toutes les choses désagréables que j'ai dites sur lui).

Anthony

@ MrrrNW : Merci beaucoup de ton intérêt, je n'étais pas du tout venu pour me mettre en avant, mais je te donne l'information donc :) Mon livre retraçant la prise d'otage d'une maison d'édition par un écrivain s'appelle : Les destinées manuscrites aux éditions Kirographaires. Il est déjà en prévente (avec une dédicace) sur le site. Il sort le 22 décembre 2011 Voilà :)

http://www.edkiro.fr/les-destinees-manuscrites.html

Je sais bien que je ne risque pas d'en vendre des masses. Peut-être que Lise-Marie voudra en faire un sujet lol. Je l'ai écrit d'instinct maintenant à voir, mais ça aura été une belle aventure. À ma grande surprise, j'ai même reçu des lettres personnalisées de grands éditeurs ce qui m'a encouragé c'est toujours bon signe ;)


MrrrNW

PetitGibus, ça ne me plait pas particulièrement de venir jouer au défenseur de la veuve et de l'orphelin. Surtout que Philippe n'est ni l'un ni l'autre et qu'il n'a certainement pas besoin qu'un justicier avec ou sans masque vienne tapoter son apologie (au sens antique) sur son clavier, mais tes règlements de compte tout à fait personnels et intimes n'ont rien n'a faire ici. Ce blog est suffisamment défoulant pour que tu n'aies pas besoin de ça pour t'amuser. Tu es ridicule lorsque tu penses tacler notre ami Philippe sur un parcours qu'il assume pleinement et dont il récite les grandes lignes à qui veut l'entendre et tu tombes particulièrement bas lorsque tu parles de son pêché mignon pour la boisson (que je n'ai jamais vu corrompre sa personnalité ne serait-ce qu'une minute). On en a tous un non ? Toi, par exemple, c'est de régler tes comptes en public comme les mégères qui hurlent et baffent leurs gosses en plein supermarchés.

A ce que j'ai compris de ton presque-monologue (à peine interrompu par le principal intéressé), tu as voulu considérer Philippe comme une sorte de mentor ou de parrain mais il n'a pas été suffisamment convaincu par ton texte pour te filer le coup de main que tu espérais... N'avait-t-il pas le droit d'avoir une opinion négative de ton manuscrit ? N'etait-ce pas déjà sympa d'y jeter un œil ? Peut-être a-t-il été simplement trop franc dans ses critiques ? Franchement avec un tel égo et une telle colère tu ferais mieux d'ecrire des chansons pour Booba, peut-être que tu perdrais moins ton temps...

Nicole

@Anthony: pour avoir été "échaudée" par des propositions qui semblaient alléchantes de "petits éditeurs" bien placés sur le marché (par ex "Les deux encres" à Cholet et "Vents salés" à Bordeaux) et se sont en fait révélées du compte d'auteur déguisé en "édition participative avec l'éditeur", je vous pose franchement les questions suivantes: quel contrat avez-vous signé avec edkiro ? Vous a t-il demandé une participation financière ?

Dark Vador

Et voilà. L'instant magique est passé. On retombe dans les petites querelles d'égo habituelles. Dommage, ça commençait à redevenir intéressant.

Anonyme

Des enceintes j'attends tes menaces avec le plus grand plaisir. Cela dit je pense que tu es une couille molle qui n'en fera rien.
Bonne journée !

Isabella de Sainte-Mareseville

Mon dieu, où sommes nous ? Chez les charretiers qui s'invectivent, se menacent pour un bout de chiffon dans un coupe-gorge...

Mon petit Marien, j'espère que vous ne fréquentez plus ces lieux, c'est épouvantable. Voyez ce qui arrive lorsque les "pourquoi pas nous" on la liberté de parole, imaginez-les si un jour ils s’approprient un quelconque pouvoir, ça sera terrible.

Je me fais une grande joie de pouvoir vous rencontrer à nouveau dimanche. Savez-vous qu'il y aura le Colonel T. ? Vous ne le connaissez sans doute pas, je vous le présenterai. Il est très drôle, on ne s'ennuie jamais lorsqu'il est là. J'espère que vous nous ferez l'honneur de lire encore quelques extraits de votre magnifique livre «Du temps qu'on existait». J'aime beaucoup votre voix lorsque vous mettez en bouche vos propres textes. Une voix encore juvénile mais où on sent déjà l'homme.

à bientôt,

Je vous embrasse avec tendresse.

Anthony

Bonjour Nicole :)

Je comprends votre méfiance, mais Kirographaires c'est du compte d'éditeur. Je n'ai rien payé, je vous assure !

Razgratis

Gibus, un garçon fragile et dénué de bon sens, ne s'est visiblement jamais remis des critiques de Phj: il n'est pas si facile peut-être de reconnaitre ses propres insuffisances.
Wrath demeure, quant à elle, visiblement persuadée que le Goncourt lui a échappé non pas faute de talent mais de connections utiles...
Lisez donc les écrits du Petit Gibus, ceux de Wrath, revenez en parler, nous en rirons, une fois de plus, ensemble.

Des enceintes

Anonyme... déjà tu nies pas le rapprochement... tu vas te faire poirer... comme un étron parisien... solitaire et fouetté par les vents du dédain.... élément qu'on ne trouve que dans la partie sixième dit strict... de ce bourg sur de lui et dominateur qu'on appelle Paname.... par un motocrotte vintage période chiraquiqui... par un alcolique anonyme sans pitié... dont le tatouage sur le bras.... indique une dédicace toute délicieuse... dédiée à une police allemande assez à la mode... dans les années 40 et dont on a finalement plus retenu que deux lettres (R.R. heu non c'est les lettres suivantes.... décidément... je ne suis pas écrivain pour 2 fifres moi)... le rouleau con presseur est en marche... numérote tes abbatis/Dabadie tu vas en avoir besoin... pars te faire photographier par le responsable "couverture" de ta société bien aimé... tant qu'il est encore temps... et que tu as si lâchement dénigré sous couvert d'un pseudo douteux... dont je suppose une utilisation antérieure... et même familiale... mais plutôt utilisé pour faire jeter en prison... toute personne rétif.... à l'idée de caresser le portait... du maréchal Pétain... avec un geste affectueux... en rêvant d'avoir le privilège de lui branler un jour... son chibre patriote... dans son bureau tout en acajou à Saint Yorre... chaque heure qui passe te rapproche un peu plus de Martini qui est responsable Pole Emploi à Allonzier la caille... et un peu moins des élites plumitives Jeanadesques... dont les pratiques d'alcool/d'alcove créer une fraternité... qui ne sont pas sans rappeler les joies grecques antiques... à l'époque où ils jouissaient encore d'une certaine solvabilité... et ne buvaient pas à Krom (Dieu peu connu de la débauche et de l'insolcvabilité)... Un entretien "préalable" est en route... la convocation avec le Q.G. (heu non... c'est encore les lettres suivantes...)ça sera pas de la tarte... et la prochaine fois... tu tourneras sept fois ta souris dans ta bouche (surtout il elle en redemande)... avant de nous jeter la pierre.... comme un funestre.... juge Iranien expérimenté... sa boule de pétanque... lors d'une lapidation "technique" et qui sait faire un carreau... avec le cochon nez de sa victime à 30 mètres... beurk !...

Des enceintes

A propos Phj... pour scott summers j'ai une petite idée... il aime Bret Eston et lisse... et il a le pseudo de scott summers qui donc est un héro de bd... Scott Summer a du mal à maitriser son pouvoir qui est logé dans ses prunelles... il en est un peu bègue... et met donc des lunettes Aflelou/Affreux loup pour se corriger... le rébus/rebut saute au yeux BEGUE-BD !... J'ai bon ?!...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats