Ma Photo

Twitter

  • Follow wrath_lmj on Twitter

Mon ancien blog

Revues littéraires

« L’opération m@n de Léo Scheer: la grande entourloupe! | Accueil | Marie Modiano, papa et Gallimard »

24 février 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

dizi

On en a déjà parlé, je ne crois pas que les blogueurs soyent plus indépendants que les critiques des médias traditionnels. Les principales maisons d'éditions ont la capacité de distribuer des centaines de livres gratuits, les petites non ! Si on faisait une statistique des livres chroniqués par les blogueurs, à mon avis, on tomberait à peu de choses près sur les mêmes livres traités par les magazines.
Traités différemment ? Pas sûr non plus. L'expérience montre que les blogueurs "respectent" la notorité et se défoulent sur les petits.

Hermitecritique

Pour une fois, je suis plus ou moins d'accord avec Wrath. Mon dieu, je devrais consulter.
Il est vrai que la critique littéraire traditionnelle, surtout par les numéros littéraires des grands journaux et par les revues, est de plus en plus conformiste : cela est dû au copinage, mais ce n'est, à mon avis, pas le seul aspect du problème. Certes, les renvois d'ascenseur, les complaisances de certains auteurs qui sont aussi journalistes, et qui monnayent de bons papiers en espoir d'une publication future sont présents (ou des critiques qui sont employés par un patron auteur : exemples criants de Jérôme Garcin ou de Joseph Macé-Scaron bien analysés par Acrimed).
Mais il ne faut pas non plus sous-estimer le poids du grégarisme intellectuel : on voit souvent de nombreux journaux s'enthousiasmer sur un texte, qui va être critiqué par d'autres journaux, et ainsi de suite, enflant peu à peu une bulle d'enthousiasme qui n'a, avec ce mouvement, plus trop de rapport avec l'objet concerné. Combien de journaux se sont mis à quelques semaines d'intervalle, à célébrer le génie de quelques textes sans conséquence et dont eux-même oublient l'existence, une fois l'heure venue de l'inébranlable bilan de l'année, sanctionné par un classement des plus arbitraires et lacunaires ?
Je pense que la défiance, la perte de confiance en la critique littéraire traditionnelle vient de là.

@dizi
Je ne pense pas non plus que tous les blogueurs soient plus indépendants. Il est en effet difficile de trouver un blog de compte-rendus de lecture qui aille au delà des grandes maisons. Néanmoins, je ne pense pas que cela soit uniquement dû à la question du service de presse. Les maisons d'édition n'envoient pas systématiquement des services de presse aux blogueurs, ou alors à très peu. Il faut aussi prendre en compte que souvent les blogueurs chroniquent des livres qu'ils ont achetés avec leurs deniers. La question de la diffusion des textes, de la publicité, du soutien en librairie, se pose donc en parallèle avec celle du service de presse.

Pour ma part, j'ai ouvert un blog de critique littéraire il y a deux mois. Je n'ai jamais reçu jusqu'à présent de service de presse. Si vous vous attardez sur les maisons d'édition qui publient les livres que je chronique, je reconnais que ce sont souvent des grandes maisons. Cela est la conséquence du fait que je vis aux États-Unis cette année, et n'ai pas accès, ni par l'achat, ni par la bibliothèque, à des ouvrages publiés par des petites maisons. Une fois rentré en France, cela changera, car il y a beaucoup de petites maisons dont je suis et soutiens le travail, par exemple Quidam ou Attila, qui sont d'excellents éditeurs.
Néanmoins, je ne trouve pas (je souffre peut-être d'un manque de modestie) que les critiques que je publie soit futiles et ne soient pas le résultat d'une lecture attentive et que j'espère très attentionnée et soigneuse.
Je vous recommande pour finir, avec un extrême enthousiasme, de lire Solène, le dernier roman de François Dominique, publié chez Verdier : je l'ai lu sans service de presse, sans rien connaître de l'auteur, et c'est une merveille.
A bientôt

L'Hermite critique
http://hermitecritique.wordpress.com

dizi

Je suis allé voir votre site... et j'ai constaté, à ma grande surprise, qu'il n'y avait aucun livre de Philippe Jaenada, ce qui me laisse quand même perplexe !

Sinon, dès votre retour en France n’hésitez pas à réclamer des services de presse ("SP" pour faire pro) et si vos critiques sont "bonnes" vous en recevrez d'autres... que vous pourrez revendre d’occasion sur les libraires en ligne... avant même leur date officielle de parution. C'est un vrai bizness. Certains sont tellement débordés qu'ils ne donnent qu'une version à peine retouchée de la quatrième de couverture. Pour ma part je ne me fierai pas aux blogueurs "prescripteurs". On va encore me demander des noms...

Hermitecritique

@dizi

J'ai travaillé dans une des principales maisons d'édition parisiennes, pas au service de presse mais j'étais dans le bureau d'à côté, il se trouve donc que je sais comment fonctionne tout ça. Il se trouve que je fréquente aussi les bouquinistes, donc j'ai vu ces livres revendus et dédicacés. Majoritairement envoyés à de bons journalistes traditionnels.
Vous avez parlé de "certains" qui donnent une version retouchée de la 4eme de couverture. Je ne pense pas faire ça, j'aurais aimé que vous commentiez mon travail, m'enfin... Je signalerais aussi que je ne suis pas le seul à prendre du temps pour faire ça (en moyenne deux heures par jour, plus si possible)

L'hermite

PhA

Il est très bien parti, votre blog, l'Hermite ; ça fait plaisir
De la bonne critique littéraire dans les journaux, il en reste quand même un peu, en cherchant.
Des blogs vraiment fiables, qui n'espèrent pas les services de presse, qui proposent de vraies lectures, qui défendent de vrais éditeurs, il y en a aussi. Le problème, c'est qu'ils sont assez peu lus, ou que leur pouvoir de prescription est très limité. Il faut dire aussi qu'ils ont contre eux cet entêtement à vouloir parler de littérature.
Un blog où l'on cancane aura toujours beaucoup plus de succès.

wrath

@Hermitecritique: “Les maisons d'édition n'envoient pas systématiquement des services de presse aux blogueurs, ou alors à très peu.” Oui, c’est un vrai problème. Il ne vous reste plus qu’à copiner avec les attachés de presse...

Hermitecritique

@ wrath
Si votre commentaire a pour but d'insinuer que je regrette de ne pas copiner,
sauf votre respect, vous vous contredisez, et vous me faites dire ce que je ne dis pas.
Ma phrase n'est pas un regret. J'expliquai simplement que la prédominance des grandes maisons dans les livres chroniqués par les blogueurs ne pouvait JUSTEMENT pas s'expliquer uniquement par le service de presse.
Je me demande parfois si vous faites semblant de ne pas comprendre. Ou si vraiment vous ne comprenez pas ce que vous lisez.
Pour ce qui est du désir de "copinage" que dans votre commentaire vous me prêtez, c'est à la fois pathétique et infondé. D'une part parce que je n'ai pas comme vous le rêve de réseauter et de faire partie d'un milieu fermé, je suis juste un lecteur qui parle des livres qu'il lit. D'autre part parce que, si je venais à recevoir des services de presse, cela m'apparaîtrait logique dans la mesure où les blogueurs comme vous le dites, produisent de la critique. Si par exemple, mes critiques sont globalement louangeuses sur mon blog, c'est aussi parce que, devant acheter les ouvrages moi-même, je les sélectionne consciencieusement.
Si votre commentaire ne me visait pas et ne contient pas d'insinuations, alors j'ai mal interprété, il est vrai que vous ne dites pas clairement les choses dans votre réponse.

Triton95.wordpress.com

je suis un grand défenseur du bloguisme, mais si j'essaie de voir les choses avec recul, je me rends compte qu'il est très difficile à la plupart des blogueurs de ne pas servir de caisse de résonance à ce qui a déjà été traité par les medias. Effectuer une critique littéraire sérieuse demande un temps et donc des moyens considérables. A mon bien humble niveau, je laisse quelques lignes sur certaines de mes lectures, en espérant que ce soit utile, mais je sais que je ne commente aucun livre qui ne pourrait se passer de moi.

alamon

@Triton95 : chapeau pour votre honnêteté ! Sinon, je confirme que si vous êtes un petit auteur ou un petit éditeur ne prenez pas le risque d'être critiqué par un blogueur qui se fera une joie de pouvoir respecter son quota de critiques négatives.

Max

Eh les filles et les gars, j'ai un autre problème. J'ai proposé d'envoyer mon roman d'évasion à une blogueuse, elle n'en a pas voulu. Ben oui, Wrath, il s'agit de toi.

Marco

Très intéressant - et rare, votre blog. Vous n'avez pas fini d'être un ermite, je le crains - ou vous le souhaite, je ne sais plus trop.

(je m'adressais à Hermitecritique, pas à toi, Lise-Marie, pardon, hein)

wrathoune

Marie-Lisette et ses copines de "book-club" : la voilà la critique de notre temps !

Hermitecritique

@Marco
Merci. Ça me fait plaisir de savoir qu'il y a des lecteurs qui apprécient ce que je fais :)

Scott Summers

@hermitecritique : bon boulot, la critique du Delaume (ça change !)

Hermitecritique

@Scott
Merci du soutien. Mon blog est encore en décollage mais j'espère vite que les gens qui aiment la littérature le suivront avec régularité :)

mlk

C'est peut être aussi le lieu de parler de la supercherie des critiques sur les librairies en ligne du genre Amazon, FNAC ou chapitre.com où les appréciations les plus flatteuses sont rédigées par les maisons d'édition elles-mêmes sous couvert de pseudos... de pseudos clients. Ce que l'on sait moins, c'est que ces mêmes sous-marins vont taguer les livres de la concurrence. Allez ensuite faire enlever un commentaire débile, vous m'en direz des nouvelles.

Pauvres lecteurs, vous pensez être libres de vos choix : pas plus que lorsque vous achetez un pot de yaourt ou un frigo, votre inconscient est bourré d'injonctions.

Scott Summers

"votre inconscient est bourré d'injonctions."
Heureusement, elles sont contradictoires, ça nous rend un peu de liberté (évidemment, le prix à payer est que ça rend fou mais bon.)

mlk

...et pourtant , l’industrie (et le livre en est une) ne dépenserait pas tant d'argent en pub et promotion souterraine si au final elle ne remportait pas de nouveaux clients...

Em

Disons que sur Amazon.com, il faut maintenant ACHETER le livre pour pouvoir le commenter.Pour ceux qui travaillent en freelance, on voit souvent des offres venant d'auteurs qui vous paient $5 ou plus pour une critique de leur livre.

mlk

@Em : ça me paraitrait juste mais j'ai vérifié : je peux commenter un livre sans l'avoir acheté... par contre il faut être client, avoir acheté un livre (n'importe lequel) avant de pouvoir déposer un commentaire... je me trompe ?
L'achat de critique ne m'étonne pas !

Hermitecritique

@mlk
Il faut aussi relativiser le poids de la propagande. On a beau me répéter que David Foenkinos a une écriture légère, rafraichissante et tout ce que vous voudrez, c'est pas pour ça que je vais aller lire sa dernière oeuvre dispensable.

PhJ.

Pour ce qui est des blogs et du service de presse, ça s'améliorera avec le temps, pour l'instant c'est surtout un problème "technique". C'est vrai que les grosses maisons envoient beaucoup de SP aux journaux et télés (entre 200 et 300 pour Grasset, par exemple), dont une bonne partie est inutile (si l'attachée de presse est quasiment sûre que c'est Untel qui va critiquer votre livre dans Bidule Magazine, elle va quand même en envoyer aussi un exemplaire à ses collègues Truc et Machin, ainsi qu'à Chose, le rédac ched des pages Culture, pour que personne ne soit "vexé"), mais on connaît à peu près la diffusion, l'importance, des magazines en question. Pour les blogs, qui sont très nombreux, c'est encore assez délicat. Cette automne, quand mon roman est sorti, si j'appelais mon attachée de presse pour lui dire : "Tu peux envoyer un exemplaire à tel journal ?", elle le faisait en général sans tiquer. En revanche, si je lui demandais d'en faire parvenir un à un bloggueur (une dizaine m'ont contacté sur le net pour m'en demander), ça passait moins bien. "C'est très lu, comme blog ?" La plupart du temps, je ne savais pas. Du coup, elle me disait des choses comme : "Je ne peux pas envoyer un livre à tous les internautes qui le demandent." Comment faire le tri entre un vrai blog critique (comme celui de l'Hermite, apparemment, ou plusieurs autres) et un petit site qu'on remplit le dimanche matin quand on s'ennuie à la maison ? Ça se décantera avec le temps, bien sûr. Mais ensuite, quand de "gros" blogs seront sortis du lot aux yeux des éditeurs (il va falloir du temps, ce ne sont pas à proprement parler des enragés d'internet), il n'y a aucune raison pour que le problème de copinage, de réseau, qui existe dans la presse ne se représente pas exactement de la même façon sur le net.

Informel

C'est déjà le cas: une grosse douzaine de blogs + ou - littéraires sont considérés comme "influents" auprès de lecteurs potentiels (lectrices à 70%). Jusqu'à quel point? Mystère non résolu mais suffisament pour leur envoyer un SP.
Avec exactement les mêmes problématiques que citées par phJ ci-dessus. Sans que ça me pose le problème obsessionnel de Wrath: avec un peu de recul sur ce domaine, tout ce qui peut faire acheter de la littérature est bon pour la littérature.

PhJ.

Certes, Informel, mais sur ce coup-là, elle a raison. Je ne suis pas d'accord pour le copinage dans l'édition des livres (ça ne représente qu'un tout petit pourcentage – les éditeurs, qui consacrent entièrement leur vie à leur travail, ne s'amusent pas à céder 30 % de leurs rentrées de septembre ou janvier juste pour faire plaisir au cousin de Machin, c'est seulement un livre de temps en temps), mais pour la presse, c'est un vrai problème – et je suis bien placé pour le reconnaître : 70% des papiers écrits sur mes livres le sont par des gens que je connais. Je ne pense pas que ce soit, bêtement, quelque chose du genre "Je vais lui faire plaisir" (car je n'ai rien à apporter en retour –d'ascenseur), mais plutôt : "Tiens, je le connais, je vais lire son livre en priorité." C'est un peu chiant pour les auteurs qui ne connaissent personne (donc "Tout ce qui peut faire acheter de la littérature etc...", non, ça ne marche pas, c'est faussé au départ). Et ce sera pareil pour les blogs. Ça ne changera jamais, c'est impossible. Même ici. Wrath, qui ne me porte pourtant que moyennement dans son coeur, parle beaucoup plus de moi (ou d'Aymeric Patricot, par exemple) que des auteurs qu'elle ne connaît pas personnellement.

PhJ.

Et pour répondre à la première partie de ton commentaire : toi, tu le sais, qu'une douzaine de blogs critiques se détachent. Mais pas les attachées de presse. La mienne, chez Grasset (l'ex-mienne – j'ai quitté Grasset) est pourtant une femme jeune, moderne, ouverte, pimpante, mais elle ne s'intéresse pas du tout, professionnellement, aux blogs. Comme 99% de ses consoeurs (ce sont surtout des femmes, hein, les attachées de presse – David Foenkinos était une exception; on vit quand même dans un vieux monde, en France, encore basé sur des trucs de séduction d'un autre siècle (mais ça marche...)). Je me demande ce que certain(e)s attendent pour proposer ce service aux maisons d'édition... (Mon dernier livre s'est mieux vendu que les précédents, et je suis à peu près sûr que c'est parce que j'ai, moi-même, effectué dès juin une sorte de "travail" en amont sur internet – il s'est surtout bien vendu les trois premières semaines après sa publication, ça n'a pas grand-chose à voir avec sa qualité, je reste lucide et modeste.)

PhA

Le problème n'est pas tant la qualité critique du blog que la capacité de prescription. Il y a quelques blogs de critique vraiment excellents, mais je doute qu'ils soient très lus : il n'y a pas que les attachées de presse de Grasset à ignorer leur existence. (Vous avez bien choisi votre nom, L'Hermite.)

Klaus Witz

Euh, il est gentil, l'Hermite, mais ce n'est pas de la critique littéraire, qu'il fait; il s'agit au mieux de notes de lecture - pas dénuées d'intérêt, du reste, en tant que telles -, voire d'impressions comme livrées lors d'un goûter du club de lecture de Marcq-en-Baroeul. C'est utile, bien sûr, et ses billets à lui relèvent à l'évidence le niveau des réunions Tupperware ou de l'Amicale France-Loisirs à quoi ressemblent presque immanquablement les blogs de lecture, qui sont aussi con que légion. Mais quand même, n'allons pas tout confondre. [A cet endroit précis je fais de la rétention de métaphore offensante, et je m'en félicite.) Et au fait, pourquoi l'h ? Le Grand Lecteur Messianique s'appellerait Bernard ?

Hermitecritique

@Klaus
Je suis désolé de tant vous déplaire. Vous m'en voyez navré.
Pour le H, faites des recherches ou soyez juste cultivé.

Klaus Witz

Ho ho, double injonction de Saint-Sébastien sur la droite, qui connaît si peu de la critique qu'il ne la supporte pas et, vexé que cesse le dithyrambe, se mord le mollet avec ses propres dents de lait. Que c'est mignon.

Hermitecritique

Ce n'est justement pas de la critique, ce que vous avez fait.
C'est de l'opinion pure, dénuée d'argumentation. Argumentez, et je serai content de reconnaitre mes torts.

Klaus Witz

Vous confondez, mon petit Bernard, deux acceptions très différentes du terme "critique". Mon commentaire ne les réunissait dans une antanaclase que par souci de concision, de percussion, et par quelque rouerie linguistique assez bon enfant. Votre réaction, qui transforme le clin d'oeil en piège de sioux, préjuge remarquablement de vos capacités d'analyse, et c'est à cet égard un désastre. Qui m'attriste, à vrai dire, malgré le doux son de l'hallali. Quoi de plus injuste en effet que d'échouer déjà sur un échantillon ?

紫式部

Mon petit Klaus — ou faut-il dire Juan ?— souvenez-vous de Charleville et ne dites pas de mal de Marcq-en-Baroeul, c'est indigne de vous.

Hermitecritique

@Klaus

Nous laisserons le soin aux lecteurs de juger qui de nous deux témoigne d'une incapacité à argumenter. Votre réponse est à ce titre, une eau bienvenue à mon moulin.

ahlala

Au moins @Hermitecritique a le mérite de produire quelque chose, et les notes de lectures sont bien plus intéressantes pour un autre lecteur que la critique à l'ancienne à la recherche d'un bon mot qui claque, en quête de provoquer l'admiration de ses semblables.
On sent d'ailleurs chez @Klaus Witz cette nostalgie du combat à l'ancienne avec son choix des mots incisifs propre à égratigner, et le goût qu'il manifeste de ciseler ses armes linguistiques. Un goût qui va s'amplifiant au contact du vide, puisque @Klaus Witz ne crée visiblement que de l'amertume tapageuse et rien de plus, teinté d'une salaison de mépris. Cela doit d'ailleurs bien le contrarier. Vous devriez adopter une attitude compassionnelle cher @Hermitecritique, la vacuité est un fardeau plus lourd qu'il n'y paraît..

Rouget Anouar

Il suffit donc de "produire" quelque chose, même n'importe quoi, pour se voir décerner derechef le titre de méritant (Là est le véritable mépris, encore faut-il le voir).
Je me fiche bien de l'effort qu'il a du fournir pour rédiger ce qu'il faut bien appeler, ne vous en déplaise, des notes de lecture.
L'intérêt de ces notes? Celui, éternel, des lieux communs.
Rien d'autre? Négatif.

hassan

@ 紫式部 : ne confondez pas Juan avec sa soeur jumelle au regard flouté, qui n'a jamais rien à se mettre et met toujours son doigt là où il ne faut pas ^-^

ahlala

@Rouget Anouar l'intérêt des notes de lecture, c'est la lecture. Attention, lorsque vous vous penchez, vos médailles heurtent le rebord de votre assiette et risquent d'en fêler la porcelaine, ce serait dommage.
Repos.

Helios

Le vrai problème avec les critiques de l'Hermite, au delà de savoir s'il s'agit de notes de lecture ou d'autre chose, ce sont les lourdeurs, les boursouflures, toutes académiques et pataudes, du style. Un travail d'élève appliqué, très doué sans doute, mais d'élève tout de même, qui se regarde écrire et en est très satisfait. Pourtant, on voit clairement la structure de la dissertation (quasiment en trois parties), le choix plus qu'élitiste des œuvres traitées, les (involontairement risibles) tentatives de traits d'humour pour agrégé de philo (ah le passage sur le jaune poussin et la bibliothèque à ranger!), les expressions typiques de khâgneux telles que "l'on voit très bien que" etc.
Et finalement, on est frappé par l'arrogance qui se dégage de l'ensemble. De plus, le "faites des recherches ou soyez juste cultivé", réponse de l'Hermite à une critique mineure ici même, suffit à prouver que c'est un état d'esprit plus qu'une impression, que viennent confirmer inéluctablement ses réponses suivantes. Pas plus argumentées que celles de son interlocuteur mais sur le mode "mais enfin comment osez vous contester mon talent".
Par ailleurs le seul pauvre quidam qui s'est risqué à commenter le blog lui même s'est vu rembarrer aussitôt par l’Hermite, qui ne supportait pas je le cite son 'ton professoral'. Eh oui : la paille, la poutre, et l’œil du voisin...

LadyGaga

Il est amusant Helios que vous critiquiez ce que vous-même vous mettez en pratique dans votre commentaire tout aussi sirupeux qu'empoisonné.
Vous auriez plus de mérite à taxer L'Hermite de "petit con" que de nous fatiguer avec votre psalmodie toute aussi inutile selon votre système de pensée que les billets que vous "descendez".
C'est votre croisade, respectons la.

Rouget Anouar

L'intérêt des notes de lecture, c'est la lecture...
Tout bien considéré, la finesse de ta rêflexion et celle des "critiques" de l'Hermite ne dépareillent pas: vous êtes raccords.


Deux petits échantillons savoureux pris presque au hasard tant les perles sont nombreuses :

"Je répéterais juste que l’oeuvre de Guyotat est une oeuvre vraiment très, très importante du vingtième siècle."
(notez l'emploi du "juste", ce symptôme)

"j'aurais pu mettre n’importe quel livre de Faulkner, de Absalon Absalon à Lumières d’août, mais j’ai curieusement choisi une nouvelle, une simple et toute petite nouvelle, Une Rose pour Emily. Je n’ai pas plus de choses à dire dessus : c’est la perfection absolue de la nouvelle pour moi."

Hermitecritique

@Rouget
Si vous étiez honnête, vous préciseriez que ces phrases ne sont pas extraites des critiques (pardon, des notes de lectures) que j'ai postées, mais d'une autre rubrique, qui n'a pas vocation à analyser en détail les textes.
Votre colère devant ma médiocrité vous emporte.

Helios

@ladygaga.

Bien sûr,je commente, c'est négatif envers l'Hermite, c'est donc que je suis en croisade, ça a le mérite d'être imparable.
"Sirupeux et empoisonné", je ne comprends pas ce que ça veut dire, ni le lien que ça peut avoir avec mon commentaire, pas plus que "psalmodie".

Et non, je ne traiterai pas l'Hermite de "petit con", mais il voulait des arguments, j'ai lu très attentivement son blog, je lui en donne.
Je pourrais en trouver d'autres si nécessaire.

Mais apparemment, ça relève pour vous d'une sorte de crime de lèse-majesté.

LadyGaga

sirupeux, adjectif
Féminin euse.
Sens 1 Qui a la consistance du sirop

empoisonner, verbe transitif
Sens 1 Intoxiquer ou tuer avec du poison [Pharmacie]. Synonyme intoxiquer Anglais to poison

psalmodie, nom féminin
Sens 1 Chant ou récit monocorde

Voilà pour vos questions.

ahlala

Les critiques, notes de lecture, pamphlets, argumentaires, études et autres recensions littéraires d'Helios et Rouget Anouar sont attendus à l'accueil. Merci.

helios

@ladygaga

bien, je vais répondre à la hauteur de votre argumentation, mais c'est vraiment pour vous faire plaisir:

mon commentaire ne peut pas être sirupeux, il est fait de mots, de surcroît virtuels, et non pas de sirop. Je ne comprends toujours pas.

L'Hermite ayant commenté bien après mon premier comm, il est indéniablement en vie. Mon poison s'avère, de fait, inefficace à tuer.

Et mon commentaire (monocorde ou pas, c'est une vue de l'esprit) n'étant ni un récit et encore moins un chant, "psalmodie" est un terme particulièrement inadapté.

Maintenant, si vous voulez, on peut continuer sur cette lancée "c'est celui qui dit qui est", à reprendre le petit robert pour les nuls et surtout ne pas creuser le propos (enfin je parle surtout pour vous là), mais je ne vois pas l’intérêt.

purée

Bon d'accord le blog de l'Hermite est un must mais ça ne me dit toujours pas si la critique littéraire est morte ?

- l'autre qui dit que les blogueurs sont achetés à coup de SP

- cezig qui dit que sur Amazon c'est tout du pipo

- les journalistes c'est kifkif

- l'autre conscient qui dit que mon inconscient est saturé d'injonctions contradictoires

Je fais comment moi pour choisir un livre ?

Ivanovitch

Cette empoignade est très plaisante...

Marcel

Ces plaisantins ne sont pas poignants, par contre.

pioche et marteau

Marie-Lise, tu es mon idole, je t'aime à la folie.
et je te souhaite le meilleur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

PODWRATH: interviews d'écrivains et éditeurs

S'abonner aux PODWRATH

stats